Des catholiques qui s'ignorent

La Lettre du cardinal Marc Ouellet

Vue de l'étranger, la polémique qui entoure ce qu'il faut bien appeler la confession de Mgr Ouellet apparaît étonnante. Difficile d'imaginer en France ou en Allemagne un tel émoi autour de la repentance, somme toute assez normale, d'un responsable religieux. L'affaire semble d'autant plus étrange que cela fait déjà un certain nombre d'années que l'Église catholique a entrepris de s'appliquer à elle-même la médecine qu'elle avait réservée autrefois à ses seuls fidèles.

Au lieu de regarder la déclaration de l'archevêque de Québec à la lumière des événements récents, peut-être faudrait-il l'inscrire dans l'histoire de l'Église. Certes, l'agitation permanente qui caractérise les médias rend difficile à comprendre des évolutions aussi lentes. L'Église ne vit pas tout à fait dans le même temps que nous, et c'est tant mieux. Lorsqu'un chef catholique parle, il porte deux millénaires d'histoire sur ses épaules, alors que nous avons parfois de la difficulté à nous rappeler le nom de notre grand-mère.
***
C'est peut-être en 1994 que le pas majeur a été franchi. Dans sa lettre apostolique, Jean-Paul II avait alors souligné qu'il était juste que, «le deuxième millénaire du christianisme arrivant à son terme, l'Église prenne en charge avec une conscience plus vive le péché de ses enfants». Plus tard, il précisait que, «lorsque les fautes sont confirmées par une investigation historique sérieuse, l'Église ressent le devoir de reconnaître celles de ses membres et d'en demander pardon à Dieu». Il s'agit, disait-il, «de répondre à une impérative exigence de Vérité».
Depuis, on ne compte plus les repentances. Jean-Paul II a d'abord scellé la réconciliation avec les juifs en se recueillant à Yad Vashem, le mémorial de la Shoah à Jérusalem. Puis il s'est excusé pour les erreurs passées: croisades, inquisitions, colonisation. Pour une institution qui se prétendait infaillible depuis 1870, il s'agissait d'une vraie révolution.
Depuis, les déclarations n'ont pas cessé. En 1995, c'est encore Jean-Paul II qui présente ses excuses pour l'oppression dont les femmes ont été victimes dans le passé. Le pape estime que le mouvement féministe a été «substantiellement positif» même s'il a sa part d'erreurs. Trop peu pour certains, mais pas à l'échelle d'une institution millénaire.
Dans chaque pays, cette nouvelle attitude a pris des formes particulières. En France, au moment de commémorer la déportation de centaines de juifs vers Auschwitz, l'évêque de Saint-Denis lit la déclaration de repentance de l'Église de France à l'égard des victimes du régime de Vichy. En 1992, l'évêque Charles G. Palmer-Buckle du Ghana s'excuse du rôle joué par les Africains dans le commerce des esclaves en direction des Amériques.
En 2002, le cardinal du plus grand diocèse américain, Roger Mahony, de Los Angeles, ne tarde pas à présenter ses excuses aux fidèles pour le scandale des prêtres pédophiles. Il est suivi par quelque 300 évêques et cardinaux réunis à Dallas, qui demandent pardon. Trois ans plus tard, le cardinal Daly fait la même chose en Irlande, un pays où 90 % de la population est catholique, le plus souvent pratiquante. La chose aurait été inimaginable dix ans plus tôt.
Et dire que certains trouvent que ce n'est pas assez!
***
Une fois ce contexte défini, avouons qu'il y a de quoi s'étonner du caractère épidermique de certaines réactions aux propos de Mgr Ouellet. Les souffrances endurées par les Québécois dans les années 50 n'arrivent quand même pas à la cheville de celles des juifs, des Africains ou des Espagnols de l'époque franquiste. Et si l'Église québécoise a des excuses à faire, on peut aussi juger que, sans elle, nous ne serions pas là pour en parler.
Ces réactions spontanées sont évidemment dues à l'importance qu'a occupée l'Église au Québec. Un peu comme en Pologne et en Irlande. Mais elles manifestent aussi une relation avec la foi qui n'est pas véritablement apaisée. Comment qualifier autrement des propos qui osent traiter l'Église de «cadavre qui grouille encore»?
Si les réactions sont si vives, c'est peut-être que nous tentons éperdument de nous définir hors de la religion alors qu'elle fait encore partie de nous. Parmi les pays que je connais, le Québec est en effet un de ceux qui débordent le plus de ferveur religieuse. Mais nos églises sont vides, direz-vous.
Et pourtant, je connais peu de sociétés où le sentiment religieux pénètre autant les débats de société. Le Québec n'a plus l'armée de missionnaires qu'il a longtemps déployée sur tous les continents, mais celle-ci a été remplacée par des bataillons d'ONG chargées de répandre la bonne parole à travers le monde. Nous ne faisons plus de pèlerinages, mais l'incantation écologiste adopte parfois les mêmes intonations. Nous ne pratiquons plus la confession, mais le discours expiatoire sur ce que nous avons été atteint des proportions abyssales.
Les cours de religion sont sur le point de disparaître. Belle affaire, puisqu'ils reviennent par une autre porte sous le déguisement d'un enseignement éthique qui s'annonce d'un moralisme à faire pâlir les vieux frères des écoles chrétiennes. Certains Québécois ont beau feindre l'indifférence à l'égard de l'Église, ils sont les premiers à revendiquer comme un droit syndical l'ordination des femmes. Même la ministre de la Condition féminine se mêle d'un débat considéré dans les États laïques comme une affaire strictement religieuse. Nous dira-t-elle demain comment choisir les imams et les moines bouddhistes? On n'imagine pas un ministre français s'ingérant de la sorte dans des affaires qui ne le concernent pas. D'ailleurs, qui a remarqué que la lettre de Mgr Ouellet s'adressait aux croyants?
Les Québécois ont beau fuir la religion, celle-ci semble les poursuivre dans tous les recoins de leur être. Il n'y a pas de pire catholique que celui qui s'ignore.
***
crioux@ledevoir.com


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé