De la pertinence de Vigile.net auprès d’une nation démissionnaire

La nation fait-elle front commun pour voter en bloc contre les voleurs de démocratie?

Tribune libre 2008

Les écologistes nous répètent que la meilleure forme d’énergie est celle qu’on ne consomme pas (énergie solaire, oui, mais mieux isoler la maison, idéal). Grand gaspillage d’énergie : s’acharner en manœuvres de réanimation sur un corps inerte qui refroidit. La nation québécoise a donné sa démission et ses sauveteurs sur Vigile.net s’acharnent en vain… Gaspillage d’énergie que de creuser encore à la recherche d’une majorité significative favorable à vivre en français.
Le Q400 sonne le glas de notre différence. L’objectif avoué des célébrations : Avoir du fun ! Quelqu’un souligne le paradoxe : la chef des indépendantistes rabroue ses troupes : devoir de réserve ! Faut fêter ! S’ouvrir au « pluss meilleur » beatle au monde, pour notre visibilité « mondiale » (Christian Rioux a écrit : Quand International rime avec Provincial). What about Félix, Dufresne, Flinn, Séguin, Rivard ? D’la marde, glapissait un Yannick dénationnalisé… Il nous fallait être salués par un membre de la Cour Royale, qui ne s’est pas trompé de drapeau pour nous faire dégouliner de contentement. La représentante officielle de la Reine Élizabeth II nous fit honneur auprès de Sarkozy, qui s’en vient nous dire de faire confiance à Harper comme porte-parole (la nation sur le strapontin à l’UNESCO).
La nation s’indigne-t-elle des affronts successifs ? Descend-elle dans la rue pour secouer la limo de Charest qui jure que le français est sacré alors qu’il nous inonde d’immigrants non intégrés ?
La nation se révolte-t-elle aux portes de Paul Desmarais (l’ami du prisonnier Conrad Black) qui paie(lui aussi) des marionnettes à nous convaincre qu’on ne peut vivre en français au Québec ? Qu’on doit tripler, nonobstant nos retards jamais rattrapés, les frais de scolarité à l’université pour pouvoir dédoubler nos systèmes d’enseignement, de santé et d’information ?
La nation fait-elle front commun pour voter en bloc contre les voleurs de démocratie ?
La nation subdivisée en factions cannibales reconnaît-elle avoir été manipulée sous les prétextes de personnalités des chefs ? Stratégies référendaires à courte vue, dérisoire cadeau de taxe, pension de vieillesse et boulot McDo, bonententisme au quotidien en échange contre la LIBERTÉ de décision, la gestion de sa destinée, l’INDÉPENDANCE.
Non, ces idéaux sont revanchards, désuets, dépassés, petits… Merci, Canada, pour ces millions de nos impôts : faut FÊTER ! Avoir du fun !
La nation se reflète même sur Vigile. net : Une stratégie commune ? Peut-être… mais faudrait marcher sur son orgueil, faire des concessions, des alliances… et si au bout, on ne reconnaissait pas ma formule électorale, s’il fallait devoir accepter tel chef… s’il fallait subir les foudres des Canadian, s’il fallait qu’en bout de ligne, on ne me garantisse pas la parfaite égalité entre les sexes, les couleurs, les religions dans la constitution première du pays… ou si la constitution devait m’enchaîner au Canada… Vigile propose plusieurs moyens d’unité mais il y a toujours un plus « smatte » pour dire : Essayez encore…
La nation recherche la facilité. Pas le courage de la liberté. Si la nation n’avait pas été progressivement éteinte, elle se serait trouvé depuis longtemps un leader de confiance.
Ce que cherche le Canada depuis la conquête, c’est notre disparition en vue d’une culture, une langue unifiée. Peur des mots ? Génocide par attrition. Désormais inondés de l’intérieur comme de l’extérieur, sommes trop peu nombreux pour protester efficacement. Leur mission sera bientôt accomplie. J’ai entendu des Louisianais dire que leur culture survit même sans la langue… Illusion ! Y’a qu’à les visiter. Les Irlandais ? Pourrais pas dire s’ils conservent leur culture (du Nord ou du Sud ?). Charest peut préférer la Saint-Patrick à la Saint-Jean, mais que pensent ses compatriotes de lui ?
La nation québécoise adore d’autres veaux d’or : ne se libèrera jamais ! Ce n’est pas la première nation à disparaître. C’est un échec de la France. Pourtant, une plus persistante HANTISE du pays de la part de Parizeau aux lendemains du 30 octobre 1995 aurait pu tout changer(*).
L’énergie que nous gaspillons n’est pas disponible pour se faire une vie. Voulons-nous encore combattre des moulins à vent ? M. Érick Frappier participe déjà à notre sevrage progressif en ouvrant Vigile moins longtemps dans une semaine.
Pour une génération encore, il y les arts, les sports, le plein air, question de vivre en français, sans oublier la gastronomie, l’horticulture, le bénévolat pour suppléer aux incuries de nos gouvernants…
Cessons de harceler les assimilés : eux aussi se font une vie, quand ils réussissent à masquer leur nom et leur accent.
(*) Revivre après le coup de pied dans la fourmilière de 1995
Ainsi la "circonstance" n’est jamais devenue "événement"
Ouhgo
Tribune libre de Vigile
samedi 2 août 2008 179 visites
Victor-Lévy Beaulieu nous gratifie d’éclairants parallèles entre le Québec et l’Irlande dans son essai : « James Joyce, l’Irlande, le Québec, les mots. » Éditions Trois-Pistoles. 2006, pp331 et suiv.
Ceux qui ont « mis du sens dans l’humanité » (Alexandre LeGrand, Shakespeare, Abraham Lincoln, James Joyce, Napoléon, Einstein…), soient, les chefs significatifs des civilisations qui ont émergé, étaient mus par une pulsion qu’on peut appeler « obsession, idée fixe, compulsion, manie, HANTISE ».

Squared

Ouhgo (Hugues) St-Pierre196 articles

  • 150 445

Fier fils de bûcheron exploité. Professeur retraité d'université. Compétences en enseignement par groupes restreints, groupes de réflexion, solution de problèmes. Formation en Anglais (Ouest canadien), Espagnol (Qc, Mexique, Espagne, Cuba), Bénévolat latinos nouveaux arrivés. Exploration physique de la francophonie en Amérique : Fransaskois, Acadiens, Franco-Américains de N.-Angl., Cajuns Louisiane à BatonRouge. Échanges professoraux avec la France. Plusieurs décennies de vie de réflexion sur la lutte des peuples opprimés.





Laissez un commentaire



15 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    12 août 2008

    100,000 visites ça m'impressione aussi faudrait-il tenter de faire un sondage volontaire auprès de ces visiteurs à la fin de chaque mois sur leurs opinions et options . Genre cochez oui cochez non, avec quelques informations sur le visiteur pour savoir si nous dialoguons toujours entre nous, toujours les mêmes ou si nous attirons de curieurx. Dix questions peut-être.

  • Archives de Vigile Répondre

    11 août 2008

    M. Roger Audet de St-Irénée qui écrit : «continuer d’espérer que quelqu’un claironne LA CHARGE...»
    Je ne faisais que vous demander comment vous souhaitez que quelqu'un fasse ça. Je n'ai rien contre la diffusion le nom du FLQ qui a été utile en 1970 mais qui le serait pas mal moins en 2008 parce que, entre-temps, le PQ nous a fait faire un très grand pas en avant ce que plusieurs le contestent maintenant même s'il serait utile qu'il nous en fasse faire d'autres..pas dans le même sens jusqu'au pays du Québec...genre, avec ou sans association ou partenariat ou vraie confédération qui veut dire souveraineté qui veut dire indépendance.

  • Archives de Vigile Répondre

    11 août 2008

    M. Gilles Bousquet, prenez bien note que j’ai fait du porte à porte dans les années 70 dont avant le 1er référendum, sur des kilomètres de rangs de campagne, cela sans bazooka, sans fronde et avec une plume dans les journaux locaux où j’habitais. Ma section de vote fut une des rares dans Richelieu où le OUI fut favorable.
    On a déjà lu à la radio de la SRC (la colonisatrice) ce que j'avais envoyé, soit que le Québec était un oasis de paix en Amérique du Nord, et je continue de le croire… On est très loin du bazooka hein ! Peut-être que l’Indépendance est inatteignable avec un peuple bon enfant et disposé à toutes les concessions pour rester résolument paisible.
    Je n’ai jamais mis les pieds chez Loblaws , ni Wallmart. En général, les gérants de ces commerces sont inoffensifs et prêts à tout pour ne rien être. J’imagine que parler du FLQ est tabou même dans Vigile. L’armée fut présente en 70 au Québec et comment dégradant pour la liberté !!! Trudeau sonna la charge et donna son nom à Dorval…
    Claironner la CHARGE peut être interprété de bien des façons. Cependant, au Québec cela ne peut être « qu’allumer un pétard à mèche mouillé » puisque nous balbutions notre liberté de peuple en sourdine.
    Saint-Irénée

  • Archives de Vigile Répondre

    10 août 2008

    Je vois bien maintenant M.Ouhgo que vous n'étiez pas si déprimé.Tout juste désespéré de l'indolence des québécois.
    Mais les québécois ne sont pas différents des autres peuples.Je suis parfois sidéré de lire sur Vigile des articles dénigrant les québécois.Il y a du P.Q. et du P.I. bashing,mais aussi malheureusement du dénigrement du peuple québécois.
    Cela est vain.Faudrait-il congédier ce peuple et le remplacer ?
    Votre désespérance vous vient de ce que peut-être vous croyez que le peuple se libérera uniquement s'il est mobilisé à fond.Je ne crois pas du tout à ce scénario,n'y ai jamais cru et suis indépendantiste depuis les années 64-65.
    Toute cette attitude du P.Q.(oubliez un instant le P.Q. bashing)qui consiste depuis toujours(1973-4)à solliciter que le peuple soit en avant de la marche de libération est une attitude faiblarde et sans avenue possible.Il me semble que la démonstration en a été faite.
    C'est parce que les leaders ne se battent pas pour l'indépendance qu'elle n'est pas advenue,qu'elle n'advient pas.
    L'imagination nécessaire à la prise du pouvoir vient à ceux qui sont déterminés et combattent.Mais les leaders indépendantistes ou "souverainistes",pour accommoder tout le monde,ne risquent rien depuis toujours, et se contentent de dire au peuple que s'il continue sa marche AVEC EUX DANS LE PELOTON,le pays va advenir.
    Je n'ai rien contre une constitution québécoise,je trouve simplement un peu injurieux pour beaucoup des leaders passés,qu'en rappelant le caractère subversif d'une constitution québécoise,on donne l'impression de découvrir ce qu'ils étaient incapables de voir alors.Faut-il rappeler qu'ils avaient su gagner leurs élections.Et que,quant à moi,ce n'est pas demain la veille pour le P.Q.
    Pour dire un peu le fond de ma pensée,quelques députés seulement du P.Q. détiennent présentement la clée qui pourrait nous sortir de ce qui vous parait si désespérant.
    Et vous auriez tort de minimiser le rôle du P.I.

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    10 août 2008

    M. Gaston Boivin,
    Quand vous parlez de provocation et de facéties, je crois que vous référez à la drnière intervention de M. Bousquet : Bombarder à partir de sous-marins et d’hélicos…
    Quant à moi, si j’ai tiré en rafale, ces jours-ci, 3 articles choc (Fourmilière, Mains rouges et Pertinence de Vigile) c’est bien sûr pour provoquer le réveil nécessaire sur l’unification des forces indépendantistes. Mais il ne s’agit pas de facéties quand je ressence les couches de la nation devenues indifférentes à la cause. M. Bousquet se tue à répéter que les partis n’iront pas chercher les voteurs par la manche, ou pire, comme en Chine, mettons. Alors il ne suffit pas de dire : Les Québécois sont prêts, nous proclamerons d’indep dès le scrutin, le Québec un pays… Ceux parmi nous qui désespèrent un peu de l’efficacité de Vigile en ont après les commentaires ciblés sur un mot, une phrase, mais ne s’appliquant pas à argumenter sur le cœur de l’article (les smattes, babillage vaniteux). Quand nous constatons, multi-preuves à l’appui, que la nation québécoise ne se sent jamais assez insultée par l’empiètement fédéral pour protester le moindrement, ce ne sont pas des textes de provocation, c’est un miroir que nous nous mettons dans la face. Ce ne sont pas des facéties, ça, M. Boivin. Il est là le nœud du problème. Il n’y a plus assez de voteurs pour obtenir un majorité confortable, nécessaire pour obtenir l’appui de l’opinion internationale.
    Que les partis se multiplient pour mieux s’invectiver, ça ne sert qu’à s’étourdir devant cette réalité. Vous disiez, en date du 7 août : « Combien de fois celui que l’on croyait à l’article de la mort s’est-il remis à vivre intensémemt pour finalement enterrer la plupart de ceux qui appréhendaient sa mort. » Je veux bien, mais ce sont des incantations. Pour éviter le cul-de-sac reproché à Vigile, les intervenants ne devraient-ils pas conclure leur topo par une suggestion ? Faire une proposition aux partis sur les moyens de susciter l’intérêt du peuple pour la cause… Ce devrait être le seul sujet de discussion : Par quel moyen faire réaliser l’évidence aux gens ? Québec français, oui ou non ? Si oui, moyens accessibles à chacun pour développer le plan qui y mène ? Le projet de constitution, compendium de tous ce qu’on voudrait comme pays, me paraît un lieu de rencontre citoyenne où chacun pourrait venir chercher de l’info, donner son opinion, dans la salle paroissiale mais pas devant des juges B-T.
    Un comité de citoyen qui parviendrait à lancer la discussion de façon assez pointue pour réunir les gens de bonne volonté serait sur le chemin de la rédaction d’un document de base, construit par mon voisin et moi, à partir d’ébauches déjà bien amorcées, sur les besoins du peuple québécois. S’il fallait qu’il en sorte la conclusion que « tout est ben correct demaême » et que nous ne souhaitons pas prendre la responsablilité du pays,(parce que le Canada, c’est pas l’goulag, ni la Palestine) et ben, soit : Pas de pays. Le Canada nous organisera ça. Mais je sais que vous souhaitez plutôt qu’il en sorte du positif : l’émulation du contact humain, de la discussion. Les Québécois pourraient bien décider qu’ils le réclament, ce référendum gagnant et n’attendent pas que les partis aient fini de se chicaner…
    Pourtant, beaucoup de « smattes » s’opposent à ce projet de constitution, parce que serait venu de Marois, parce que serait un piège pour nous aspirer imperceptiblement dans la constitution Trudeau 1982… parce que respectueux du Canada… mais ce n’est pourtant pas implicite : si les travaux se font indépendamment de l’Assemblée nationale (pourtant requis par J.-Y. Morin) l’esprit de cette constitution pourrait très bien être celui d’un Québec libre.
    Facéties, que tout ça ? Suffirait que chacun soumette ses projets… Le Vigile amélioré de M. Érick Frappier n’attend que ça, des échanges CONSTRUCTIFS.

  • Archives de Vigile Répondre

    10 août 2008

    Après lecture des billets de Ouhgo, "Revivre après le coup de pied dans la fourmilière de 1995" et "Le boucher bleu d’Ottawa a les mains rouges", on ne peut que déplorer le triste constat d'une réalité à la limite irréversible. Pour avoir lu le "James Joyce… " de VLB, (à lire absolument par tout québécois convaincu), on comprend le découragement d’un VLB qui ne sait plus dans quel parti militer tant les possibilités d’une souveraineté à court ou moyen terme sont minces, malgré les circonstances (coups de force ) énumérées par Ouhgo, favorables aux québécois pour poser des gestes affirmant notre souveraineté. Quant à "De la pertinence de Vigile.net auprès d'une nation démissionnaire", les exemples de coups de force y sont nombreux, indéniables, et, la liste pourrait être allongée.
    Que reste-t-il à faire quand plus de la moitié de notre vie est derrière nous, que le temps est rempli du quotidien, que la santé physique est fragilisée ?
    "De toute évidence je nous vois tous pleins de bonne volonté mais aussi dépourvus de moyens. », dit Ouhgo.
    Je crois bien que je vais suivre son ordonnance : "CARPE DIEM, etc…"

  • Gaston Boivin Répondre

    10 août 2008

    Monsieur Audet, vous ne provoquerez aucune explosion avec votre chandail. Vous seriez mieux de le remiser à nouveau dans les boules à mites et de ne pas trop vous éloigner de Vigile!
    Monsieur Ougho, si je vous comprends bien, vous avez voulu nous provoquer. En ce qui me concerne, vous perdez votre temps à ces facéties car, par les temps qui courent, nous le sommes déjà assez par nos ennnemis, ceux que cerains d'entre nous, trop respectueux, appellent nos adversaires,... comme si le respect, cela ne se méritait pas!

  • Archives de Vigile Répondre

    9 août 2008

    M. Roger Auder écrit : «Je viens d’aller faire un brin d’épicerie avec mon T-shirt où il est inscrit Front de Libération du Québec. Cela me donne de l’énergie pour continuer d’espérer que quelqu’un claironne LA CHARGE...»
    La charge ? Quelle genre de charge ? Au bazooka ? À la plume ? À la fronde ? Au T-shirt provoquant ?
    C'est bon ça, votre initiative de vous promener avec un T-shirt avec FRONT DE LIBÉRATION DU QUÉBEC inscrit pour aller faire votre épicerie. Si vous allez chez Loblaws ou IGA, ou Wallmart, vous risquez de faire subir une attaque au gérant à moins de l'attaquer directement.

  • Archives de Vigile Répondre

    9 août 2008

    "Vigile propose plusieurs moyens d’unité mais il y a toujours un plus « smatte » pour dire : Essayez encore..."
    Il y a longtemps que j'ai découvert Vigile. Et depuis un certain temps, je commence à m'en éloigner pour garder le moral. Vigile à cause de son évolution, semble devenir un Cul de Sac ou une Lampe de Sanctuaire.
    Je viens d'aller faire un brin d'épicerie avec mon T-shirt où il est inscrit Front de Libération du Québec. Cela me donne de l'énergie pour continuer d'espérer que quelqu'un claironne LA CHARGE...
    Oui, il y en a des "smattes", pis des "bolés".
    Saint-Irénée

  • Archives de Vigile Répondre

    9 août 2008

    O écrit : «M. Bousquet : les Québécois s’accommodent du Status quo mais bondiront sous les provocations fédérales (pourtant : Q400 acheté, manifestants emprisonnés, drapeau occulté, français banni de fonction publique fédérale, tout ça après commandites, campagne référ terroriste… et ce matin, nouvelle politique de censure envers les intellectuels)… et ils attendent… un CHEF !»
    Suite à votre réaction, à bien y penser, faudrait que le fédéral frappe plus fort le Québec, que ce que j'avais suggéré plus haut, pour le faire bondir comme, le bombarder, à partir de ses sous-marins anglais ou des hélicoptères qu'il vient de louer à l'Allemagne" ce qui les ferait en plus...rebondir.
    Pour ce qui est du CHEF(E), je n'ai pas écrit qu'il faut en trouver un(e), j'ai écrit qu'il ou elle, qui est peut-être en place, devait se révéler assez fort(e) pour réunir toutes les tendances non-féféralistes sous une même bannière. Autrement, mes bien chers Québécois, le Québec va demeurer une province sous le fédéral AD VITAM AETERNAM comme le catholique précipité en enfer, sans possibilité d'appel, suite à un seul péché mortel pas assez regretté.

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    9 août 2008

    Merci à ceux qui osent encore réagir :
    M. Frappier : Vigile prend de l’ampleur : 100,000 visiteurs en juillet.
    M. Boivin : tant qu’il y a un souffle, acharnons-nous, jusqu’au dernier des Mohicans.
    M. Haché : décret : les Québécois sont prêts pour la Liberté ! … mais prêts à la résignation temporaire, en élisant Charest III… attendent signal « d’en haut », encouragés par la « nation strapontin Harper » (si on croit que Harper est un renard, attendons Charest qui le détrônera une fois le Québec canadianisé)
    M. Bousquet : les Québécois s’accommodent du Status quo mais bondiront sous les provocations fédérales (pourtant : Q400 acheté, manifestants emprisonnés, drapeau occulté, français banni de fonction publique fédérale, tout ça après commandites, campagne référ terroriste… et ce matin, nouvelle politique de censure envers les intellectuels)… et ils attendent… un CHEF !
    De toute évidence je nous vois tous pleins de bonne volonté mais aussi dépourvus de moyens.
    Quant à ma déprime personnelle, soyez rassurés, je me soigne. Voici à nouveau l’ordonnance psychiatrique qui m’a été prescrite :
    CARPE DIEM (Horace) profite du moment.
    Sains loisirs en français, et éviter les confrontations culturelles violentes : réunions de familles, médias Gesca, rencontres G.G., Harper, Frisé, Pratte, SRC et ses « Good Morning » déguisés en « Bon Matin ». On peut visiter Québec mais éviter le nain Balabaume ; visiter Saguenay sans toutefois suivre les chemins de croix de son maire :-) :-( Pratiquer Vigile (avec modération) … ses 100,000 visites en juillet, cachent mal la curiosité des fédés : alors se méfier des prochains coups fourrés (2 élections concertées avant la nécessaire alliance indépendantiste ! Ça, ce sera plus rusé que l’armée baïonnette au fusil, ce récent 3 juillet sur Grande Allée au Q400…

  • Archives de Vigile Répondre

    8 août 2008

    C'est juste assez confortable au Québec pour les Québécois francophones et très confortable aux Québécois anglophones pour que persiste le statu quo constitutionnel actuel s'il n'arrive rien d'important ici dans les prochaines années.
    Ça nous prendrait une petite initiative de NOTRE fédéral pour réanimer la foi souverainiste comme d'emprisonner nos chefs et/ou artistes souverainistes pour sédition parce qu'ils parlent et/ou chantent le pays du Québec ou que M. Stéphane Dion devienne premier-ministre du Canada avec ses vieilles idées comme : Il n'y a pas de déséquilibre fiscal au Canada, vivre la centralisation fédérale et il n'y a pas de nation québécoise mais une seule canadienne.
    Faudrait qu'un chef "un berger ou une bergère québécois(e)" indépendantiste/souverainiste/autonomiste/confédérationiste avec ou sans association et/ou partenariat se démarque solidement pour rallier, dans un même parti, toutes les brebis ou tous les moutons "si on aime mieux" qui ne savent plus trop trop à quel parti politique se vouer "sauf à nos Libéraux très et trop provinciaux" pour que le Québec ait plus de chances de protéger le français et la culture québécoise au QUÉBEC, dans le futur plus ou moins éloigné.
    C'est la grâce que je nous souhaite, amen et à la prochaine !

  • Archives de Vigile Répondre

    7 août 2008

    Les québécois sont bien plus prêts à prendre leur liberté que vous ne le semblez croire vous-même.Ils sont prêts à décider de l'avenir, et acceptent d'avance qu'il y a une lutte éventuelle à faire.
    Mais ils n'en peuvent plus des hésitations et des farfinages de ceux-là qui dirigent la nation.
    Aux reculades de Mario Dumont,à la politique,oui,à la politique mondaine de Pauline Marois,les québécois n'entendent pas encore la voix du P.I.Et s'ils ne l'entendent pas à la prochaine élection,ils y a fort à parier qu'ils reportent Charest au pouvoir et majoritaire.
    Rien n'est joué encore pour aucun parti.
    Mais si Charest était réélu,ce ne serait pas que les québécois auraient abandonné.Ce serait parce qu'ils seraient résignés temporairement,connaissant et s'accommodant bien des farfineux,et qu'ils reporteraient ainsi leur jugement quant à leur avenir.
    L'indépendance est à portée de main.Pour autant qu'un signal soit donné d'en haut!
    Charest reconnait de son poste de premier ministre qu'un Québec indépendant est viable.Harper reconnait une nation québécoise.Et des indépendantistes dépriment ?
    Vous attendez-vous, bientôt, que Harper crie lui-même:Vive le Québec libre ?

  • Gaston Boivin Répondre

    7 août 2008

    Tant qu'il y a un souffle, il y a de la vie! Combien de fois celui que l'on croyait à l'article de la mort s'est-il remis à vivre intensémemt pour finalement enterrer la plupart de ceux qui appréhendaient sa mort.
    Méfiez-vous de l'eau qui dort : Elle peut être beaucoup plus tumulteuse que ce que vous pouvez en croire au point que la méprise peut conduire à la noyade!
    Le plus mince des ruisseaux peut se transformer en un des pires torrents à l'occasion d'une tempête. Et il arrive souvent que la tempête couve sans signes avants-coureurs pour éclater soudainement avec une force inouie.
    Nous n'avons droit ni au découragement, ni au désespoir, ni à l'abandon. C'est d'ailleurs ce qui a fait jusqu'à date la force de notre peuple: L'ACHARNEMENT!
    "Son père qui marchait près de lui, sur le guéret, le voyant hors d'haleine, lui dit: Repose-toi." -"Non avait répondu le jeune homme, un sillon coupé en deux est un sillon qui risque de ne pas être droit"( "Certaines paroles, certains gestes annoncent un caractère: toute sa vie Jean Bérubé serait serait l'opiniâtre qui aurait horreur des tâches à demi faites, qui voudrait mener jusqu'au bout son coup de charrue.") (rapporté par Lionel Groulx dans un texte en 1932, dont je n'ai plus le titre, et qui faisait reférence aux personnages d'un roman de nos vieux auteurs québécois, dont je n'ai plus les noms , ni celui du roman, ni celui de son auteur.
    Tant qu'il y aura des combattants, la guerre ne sera pas finie et s'il advenait que nous soyons "Les derniers des Mohicans", et bien...tant pis: Nous aurons fait ce que nous devions faire!

  • Archives de Vigile Répondre

    7 août 2008

    C'est vrai que Vigile bouge un peu moins depuis l'absence de Bernard, mais vous êtes de plus en plus nombreux à le visiter. Juillet dernier, une période normalement moins active, a été le troisième meilleur mois depuis le début, avec plus de 100,000 visites.