De bonnes raisons pour ne pas aimer

PLQ-insatisfaction


Auclair*Daniel - Lettres: C'est vraiment prendre les gens pour des imbéciles que de dire qu'ils ne perçoivent pas le premier ministre de la bonne manière. S'il est détesté, c'est pour de très bonnes raisons:
- la hausse des coûts de l'électricité (11 % sur deux ans);
- la hausse des frais de garderie (40 % d'augmentation);
- la hausse importante des taxes municipales: Jean Charest s'était fait élire, à part pour ses promesses de baisses d'impôt, pour les «défusions» qu'il promettait aux villes désireuses de ne pas entrer dans le giron des villes centres, qui s'étaient endettées à cause de leur médiocre administration.
Les électeurs voulaient conserver le taux de taxation original de leur ville, forcée aux fusions par le gouvernement péquiste, et ils voyaient dans les défusions un moyen de conserver leur ville intègre, avec le même taux de taxation qu'avant les fusions. Mais Jean Charest a élaboré un projet de loi si contraignant qu'il rendait totalement inutiles les défusions. Ce projet de loi gardait l'obligation aux villes de périphérie de réparer les pots cassés des mauvaises administrations des villes centres, et celles-ci se sont vues dans l'obligation d'augmenter fortement leur taux de taxation. Un autre bon coup du gouvernement Charest pour siphonner des dollars dans les poches des contribuables;
- la hausse des cotisations au Régime provincial d'assurance parentale (81% d'augmentation);
- la hausse de l'assurance-médicaments;
- la hausse des tarifs de l'assurance automobile;
- la hausse des tarifs d'immatriculation (le pire reste encore à venir);
- la hausse des frais des transports en commun;
- ce gouvernement prévoit aussi une nouvelle taxe d'un milliard pour la santé; [...]
- la hausse importante du prix de l'essence, dont la majeure partie du coût est attribuable aux taxes, et dont le gouvernement profite grassement (et Jean Charest n'a rien fait, et ne veut surtout pas en parler, pour baisser le taux de taxation de ce produit);
- et j'en passe....
Alors, pourquoi encore se demander pourquoi il est si mal aimé?


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé