L`indépendance pour les nuls

Comment choisir la bonne option sans nuire à la cause?

Une courte analyse du PQ, de QS et d`ON

Indépendance - le peuple québécois s'approche toujours davantage du but!

L`histoire du territoire où se situe aujourd'hui la province de Québec est riche en évènements qui ont marqué, non seulement l`histoire du Canada et de l`Amérique du Nord, mais aussi celle du reste du monde. Il y a évidemment eu les Amérindiens qui ont occupé exclusivement le territoire durant plusieurs siècles en harmonie avec le milieu naturel, et qui depuis l`arrivée de l`homme blanc en 1534 sont repoussés dans des réserves minuscules où ils se font assimiler par les valeurs qui sont véhiculées par l`Occident.
Depuis la Confédération de 1867 qui a créé le Canada, les deux « peuples fondateurs » (Canadiens anglais et Canadiens français) ont des visions différentes de la manière que le politique doit être gérée, ce qui a historiquement créé des conflits et des rivalités.
Le nationalisme québécois a d`abord été défendu par le Premier ministre Maurice Duplessis qui insistait ardemment pour que le gouvernement fédéral n`intervienne pas dans les champs de compétences de la province et en créant le drapeau québécois et en percevant ses propres impôts.
Durant la Révolution tranquille, le nationalisme québécois a pris une autre tournure lorsque la classe politique a voulu rendre les Québécois « maîtres chez eux » en les propulsant dans des postes clés et en reprenant en main leur économie qui était dans les mains des Anglais du ROC (Rest of Canada). Cette prise de conscience du peuple québécois dans les années 1960 aura donné un énorme sentiment de réussite et l`idée commençait à circuler que le peuple québécois serait capable de se gouverner par lui-même en décidant ses propres lois et en percevant ses propres impôts; et le moyen de réaliser l`autodétermination du Québec serait de se séparer du Canada et de créer son propre pays souverain.
La création du PQ dans les années 1970 aura été l`élément déclencheur de ce mouvement de contestation qui réclame que la majorité, sinon la totalité, des pouvoirs politiques soient remis au Québec. 40 ans plus tard le débat est toujours aussi intense quant à savoir si le Québec devrait réclamer son indépendance et plusieurs partis politiques provinciaux proposent différents moyens pour y parvenir.
Même si la majorité des médias clament haut et fort que la question nationale n`intéresse plus la population, cet enjeu est historiquement le plus important, bien plus que le remboursement de la dette ou de la gestion de la crise économique car tous ses enjeux sont reliés à l`indépendance du Québec. Le Parti Québécois, Québec Solidaire et Option nationale ont tous leur proposition pour accéder à l`indépendance, analysons-les!

Parti Québécois (PQ)

Depuis sa création par René Lévesque dans les années 1970, le Parti Québécois a opté pour un mode d`accession à l`indépendance par voie référendaire, ce que le parti a tenté par deux fois durant son histoire (défaite en 1980 et 1995). Depuis le départ d`André Boisclair et l`arrivée de Pauline Marois comme chef du PQ, la stratégie a quelque peu changé : le PQ opte désormais pour la gouvernance souverainiste, ce qui implique de demander au gouvernement fédéral le rapatriement des pouvoirs pour le Québec avec comme objectif de reprendre les pouvoirs dus ou bien espérer le refus du fédéral pour que la population demande un autre référendum. Pour arriver à leur objectif, le PQ a opté pour une stratégie en 4 points :
1. Combattre les intrusions du gouvernement fédéral
_ 2. Assumer pleinement tous les pouvoirs que nous avons déjà
_ 3. Occuper et à redéfinir l`espace législatif partagé avec Ottawa
_ 4. Acquérir de nouveaux pouvoirs

Le Parti Québécois de Pauline Marois avec sa stratégie de gouvernance souverainiste affirme que la province ne peut plus tolérer les intrusions d`Ottawa dans les champs de compétences exclusifs, comme l`éducation, la santé et les politiques familiales. Pour ce faire, le PQ exigera le retrait d`Ottawa dans ses programmes avec compensation financière équivalente et le gouvernement provincial pourra ainsi décider où il investit ses capitaux. De plus, les péquistes proposent l`élaboration d`une Constitution québécoise ainsi qu`une citoyenneté québécoise pour les habitants de la Belle province. Ces gestes importants auraient comme conséquence d`affirmer pleinement les valeurs québécoises, dont la langue française avec le renforcement de la loi 101. Aussi, le parti souverainiste prône un partage des pouvoirs comme en immigration pour mieux intégrer les nouveaux arrivants.
Québec Solidaire (QS)
Le parti de gauche Québec Solidaire, qui est représenté par le député de Mercier Amir Khadir à l`Assemblée nationale, propose un mode d`accession à l`indépendance en optant pour une assemblée constituante qui aura comme finalité une consultation populaire dont les conclusions seraient soumisses par référendum et ou Québec Solidaire y défendrait l`option de la souveraineté en travaillant auprès de la population pour viser à construire un soutient majoritaire à l`Indépendance.
La première démarche consistera à l`élection au suffrage universel d`une assemblée constituante où différentes composantes de la société québécoise seront représentées. Cette assemblée aura comme principale tâche « d`organiser un processus de démocratie participative pour consulter la population sur son avenir politique et constitutionnel de même que sur les valeurs et les institutions politiques qui y sont associés » (programme Québec Solidaire). Son mandat sera de « définir les valeurs essentielles, une charte des droits sociaux, écologiques et économiques et la structure des institutions politiques nécessaires à la représentation du peuple québécois. Québec Solidaire y défendra l`option de réaliser la souveraineté du Québec » (programme Québec Solidaire). Les conclusions de cette assemblée constituante seront soumisses par voie de référendum et le peuple choisira ou non s`il adhère à ce projet de pays. Le peuple autochtone sera aussi inclus dans le processus et ils auront la possibilité de s`autodéterminer et leur droits ancestraux seront aussi reconnus. Québec Solidaire va aussi promouvoir le droit du Québec à la souveraineté auprès des autres pays sur la scène internationale.
Option Nationale (ON)
Le nouveau parti indépendantiste créé il y a quelques mois est le résultat d`un mécontentement et de découragements de plusieurs indépendantistes face au Parti Québécois de Pauline Marois et de sa gouvernance souverainiste. L`ancien député péquiste Jean-Martin Aussant est le chef d`Option Nationale et propose de rapatrier immédiatement les pouvoirs qu`il nomme L-I-T (lois, impôts, traités) en faisant en sorte que ce soit le gouvernement québécois uniquement qui adopte l`ensemble des lois sur son territoire, qu`il signe lui-même les traités internationaux qui le lie avec les autres nations et en instaurant un rapport d`impôt unique. Aussant l`avoue clairement ; le gouvernement fédéral va s`opposer à cette stratégie et Option Nationale se verrait dont dans l’obligation de faire adopter une Constitution québécoise qui serait adoptée par le peuple québécois et qui contiendrait une déclaration de souveraineté du Québec.
Pour ce qui est de la Constitution, Option Nationale insiste sur le fait que la participation du peuple québécois sera essentielle, ainsi que celle des experts dans leurs domaines respectifs pour que le plus grand consensus existe autour de ce projet. Pour Option Nationale, « cette constitution contiendra notamment une déclaration de souveraineté du Québec, de même que la reconnaissance des valeurs fondamentales telles que l`égalité hommes-femme, la justice sociale, le bien-être des ainés, la protection de la langue française, la laïcité des institutions et le respect rigoureux des principes du développement durable.
Analyse
Idéologies
Les 3 options présentées offrent des alternatives différentes pour arriver au même objectif ; la création du pays nommé Québec et qui aurait comme territoire la province du Québec. Il faut cependant comprendre que ses trois partis ont sur d`autres enjeux des idéologies complètement différentes et cela fait en sorte qu`ils n`attirent pas le même électorat. Historiquement, le Parti Québécois a souvent penché vers l`idéologie de centre-gauche pour se diriger vers le centre-droite depuis que Lucien Bouchard a été chef de ce parti. Le PQ étant une véritable machine électorale et qui se dit être une coalition de souverainiste de toutes les idéologies, a quelque peu perdu ses racines historiques pour tenter de plaire aux plus grands nombres d`électeurs possibles avec comme objectif principal de prendre le pouvoir. Le PQ compte dans ses rangs des gens de toutes les idéologies : gauche, centre, droite.
Québec Solidaire quant à lui est un parti plus récent sur l`échiquier politique et résulte d`une fusion entre l`Union des Forces Progressistes (Amir Khadir) et Option Citoyenne (Françoise David). Ce parti ne se cache aucunement pour démontrer son idéologie qui est véritablement de gauche dans la majorité des enjeux comme la santé, l`éducation, l`environnement, la justice sociale et ne se plie pas devant les élites et les médias de ce pays dans le but d`attirer une plus grande part de l`électorat. Québec Solidaire propose des solutions pour une équité sociale comme la gratuité scolaire, la nationalisation de nos ressources naturelles et l`amélioration de la Loi 101. Ce parti de gauche englobe et attire le monde communautaire à s`impliquer dans leur cause sociale au moyen de leurs nombreuses organisations communautaires, solidaires, féministes et syndicales. Et même si les membres de Québec Solidaire ont appuyé la résolution de souveraineté dans leur programme, il faut aussi comprendre que ce parti est composé aussi de fédéralistes qui se définissent de gauche et qui se reconnaissance dans Québec Solidaire même s`ils ne sont pas en accord avec tous les points du programme.
N`oublions pas Option Nationale qui vient tout juste de sortir ses première propositions en vus de son premier congrès qui aura lieu dans les prochains mois. Après une lecture attentive de ce préprogramme, j`en viens à la conclusion que ce nouveau parti indépendantiste en est un de centre-gauche, mais qui penche plus vers la gauche que le centre. Même si Aussant est un économiste de formation et qu`il croit au système capitaliste, la plupart de ses propositions tendent vers la gauche comme Québec Solidaire le propose avec la gratuité scolaire, un moratoire complet sur l`extraction des gaz de shales et la nationalisation des ressources naturelles. Même s`il s`agit d`un jeune parti, Option Nationale attire présentement une grande part des jeunes en bas de 30 ans et qui sont des « souverainistes purs et durs ». Aussant s`en dit très fier et il compte aussi sur l`appui de la députée et épouse de Jacques Parizeau, madame Lisette Lapointe, ce qui sous-entend que l`ex chef très populaire doit apprécier la création de ce nouveau parti. Pierre Curzi risque aussi fort de se joindre à l`aventure de ce nouveau véhicule pour la promotion de l`Indépendance du Québec.
Les meneurs
Pauline Marois est la députée de Charlevoix et la cheffe du Parti Québécois depuis 2007. Elle a débuté sa carrière politique pour le PQ en 1981 et elle n`a jamais changé d`étiquette politique, malgré quelques démissions après des courses à la chefferies infructueuses. Elle est la chef de l`Opposition officielle à l`Assemblée Nationale et son adversaire politique de toujours est la cause fédéraliste soutenue par le Parti Libéral du Québec.
Son plan de gouvernance souverainiste est vivement contesté depuis l`été 2011 et a mené à la démission de 5 députés péquistes et l`exclusion de 3 députés péquistes du caucus du PQ. Le Parti Québécois est à son plus bas dans les intentions de vote avec moins de 20% des appuis de la population, du jamais vu pour cette formation politique. Une véritable crise de leadership a lieu au PQ et personne ne peut prédire l`avenir, mais selon toute vraisemblance Pauline Marois devra démissionner prochainement sinon il risque d`arriver la même chose au PQ qu`au Bloc Québécois lors des élections fédérales de mai dernier. Gilles Duceppe serait probablement appelé en sauveur, mais une course à la chefferie devrait avoir lieu pour que l`ancien chef du Bloc ait toute la légitimité nécessaire pour relancer le parti de René Lévesque.
Amir Khadir est l`exemple parfait d`une intégration parfaite dans la société québécoise. Il est effectivement né à Téhéran en Iran et à une formation en physique et il est aussi médecin. Élu en 2008 dans Mercier sous la bannière de Québec Solidaire, il est le co-chef de son parti avec sa collègue Françoise David. Même s`il est seul à l`Assemblée Nationale sous la bannière de Québec Solidaire ce qui lui donne le titre d`indépendant, Amir Khadir a pourtant une voix qui résonne dans la politique québécoise. Il est au cœur de plusieurs enjeux ou la contestation citoyenne bat son gré comme dans les enjeux comme l`exploitation des gaz de shales, l`entente entre Pierre-Karl Péladeau et Régis Labeaume pour la construction d`un aréna, le Plan Nord et plusieurs autres. Il est souvent seul à dénoncer les injustices du système, ce qui montre souvent les faiblesses du Parti Québécois. Il est évident que la prochaine élection sera importante pour QS, mais il ne faut pas s`attendre à de grands miracles. Le parti de gauche fera élire quelques députés sans plus, mais leur ascension lente sera certainement profitable pour la population et la justice sociale.
Jean-Martin Aussant a aussi été élu en 2008 dans le comté de Nicolet-Yamaska sous la bannière péquiste. Il était le porte-parole en matière d`économie jusqu`à temps qu`il démissionne en milieu d`année 2011 lorsqu`il a constaté que le Parti Québécois n`avait plus véritablement la cause souverainiste comme objectif principal et que le parti était rendu trop électoraliste. Il a décidé de fonder un nouveau parti indépendantiste qui se nomme Option Nationale. Il est difficile de savoir quel impact aura ce parti car il est pratiquement censuré par les médias, mais il parait évident que ce nouveau parti attirera les jeunes indépendantistes et les déçu du Parti Québécois.
***
En conclusion, il est pertinent d`insister sur le fait que toutes ses options présentées dans cette analyse démontrent bien que l`option de la souveraineté est loin d`être morte et ce même si la majorité des médias-monopoles tentent de faire passer ce message en appuyant ouvertement la CAQ de Legault. Même si le « Oui » est présentement à 40% dans les intentions de vote, il ne faut pas oublier que les Québécois changent rapidement d`idées selon le contexte dans lequel ils sont. Il y a quelques années seulement avec l`arrivé de Boisclair comme chef du PQ, l`option du « Oui » avait dépassé le seuil des 50% alors l`arrivé de nouveaux acteurs politiques qui ont comme conviction l`indépendance du Québec ne peut que remettre le débat à l`ordre du jour politique et médiatique. Cependant il faut être conscient que la multiplication des partis qui sont pour la souveraineté divisera quelques peu le vote et qu`une sorte de coalition sera peut-être nécessaire pour s`assurer de bloquer le chemin aux fédéralistes du Parti Libéral et de la Coalition Avenir Québec.
Mon scénario parfait de coalition des forces souverainistes serait d`avoir une entente qui aurait comme principe d`avoir les idées indépendantistes du programme d`Option Nationale sous la bannière électorale du Parti Québécois avec Amir Khadir comme chef. De cette façon, le programme présenté par la Coalition en serait un vraiment indépendantiste, représenté par un parti avec une longue histoire et dirigé par un chef populaire et ethnique, les ingrédients seraient réunis!

Featured 9d47d443508b9a2d2161b89aea42d2a2

Mikaël St-Louis14 articles

  • 60 465

Étudiant au baccalauréat en histoire et en sciences-politiques à l`Université du Québec en Outaouais





Laissez un commentaire



14 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    3 décembre 2011

    Vous pouvez continuer à penser que c'est la gouvernance souverainiste qui a été à la base des démissions, le fait est que ces députés ont démissionné à cause du projet de loi 204, pour lequel ils ne voulaient pas être forcés de voter. Vous ne pouvez pas refaire l'histoire à votre goût.
    Car malheureusement, ils ont tous toléré le bric-à-brac de Mme Marois jusque là, même s'ils n'étaient probablement pas enthousiastes à l'idée. N'eut été du projet de loi 204, ils seraient probablement encore au PQ aujourd'hui, malgré la gouvernance souverainiste.
    Le style de leadership de Mme Marois a aussi été mis en cause.

  • Archives de Vigile Répondre

    2 décembre 2011

    ... mais « shale » c'est pas du français. Le mot approprié est pourtant utilisé dans tous les médias francophones depuis qu'on en parle, et donc, il me semble que c'est pas dur de s'en souvenir...

  • Oscar Fortin Répondre

    2 décembre 2011

    Mikaël, merci pour cette analyse qui met en place pour la première fois, à ma connaissance, les points forts et les points faibles des trois partis qui se partagent l'objectif de l'indépendance du Québec et celui du bien vivre des Québécois et Québécoises. Vous faites un pas de plus en souhaitant une coalition et vous en précisez même la formule qui vous apparait la plus gagnante.
    Je pense que nous aurions intérêt à approfondir cette analyse et à en préciser les formules qui pourraient conduire à une coalition gagnante. Les "fédéralistes" et les spécialistes de la diversion n'aimeront pas ça, mais par là devrait passer la suite de notre démarche.
    Encore une fois merci

  • Mikaël St-Louis Répondre

    2 décembre 2011

    J`aimerais vous remerciez pour tous vos commentaires constructifs, cela est très apprécié!
    @Gilles :
    Lorsque j`ai abordé la question des autochtones et le fait qu`ils vivaient en harmonie, je dois avouer que cela n`était qu`une petite introduction et n`était pas directement en lien avec l`analyse que j`effectuais, mais plus pour introduire le sujet de l`occupation du territoire. Cependant j`aimerais ajouter que lorsque je parlais d`harmonie, je ne voulais pas nécessairement imager le fait que les Amérindiens vivaient sans difficultés et en paix avec la nature, mais plus dans le sens d`absence de conflit. Étant moi même Métis, je sais que les Algonquins remerciaient constamment leurs "dieux" lors des chasses et des bonnes récoltes et qu`ils tentaient par tous les moyens de ne faire aucun gaspillage et recyclaient ce qu`ils pouvaient. C`est ce que je voulais dire.
    Et je suis d`accord avec votre 2e affirmation concernant les deux peuples fondateurs...
    @ Serge Savoie:
    Je partage parfaitement vos opinions
    @Mona Simard:
    Je crois que vous y alliez un peu fort. Je connais une multitude de militants de Québec Solidaire et je dois vous dire que vous avez tort. Effectivement certains fédéralistes font parti des rangs de Québec Solidaire, mais comme son programme le dit clairement, ce parti est INDÉPENDANTISTE. Point final! Si les fédéralistes qui sont dans ce parti acceptent que Québec Solidaire soit indépendantiste, je crois qu`il ne faut pas cracher sur ce véhicule TRÈS important pour l`avancement de notre cause nationale. Si vous croyez le contraire et que vous pensez que Québec Solidaire n`a pas sa place dans l`échiquier politique, et bien excusez moi mais vous devez être une de ses péquistes qui fait que notre rêve est sur le point de disparaitre juste pour des petites gains électorals que les fédéralistes vous lances par terre comme des petites miettes...!
    @Nathalie Grossières
    C`est plutot le contraire qui s`est produit :
    Les députés péquistes qui ont démissionnés (Curzi, Lapointe, Beaudoin, Aussant) l`ont fait principalement parce qu`ils vivaient un malaise profond face à la gouvernance souverainiste de Marois et ses objectifs principalement électoraux. Le projet de Loi concernant l`amphithéatre aura été la goutte qui a fait débordé le vase... Non le contraire...

  • Archives de Vigile Répondre

    2 décembre 2011

    La souveraineté n'adviendra pas sans le PQ au pouvoir.
    Le combat souverainiste doit se mener au PQ.
    Les partis groupusculaires sont des culs-de-sac.
    Le PQ devrait lâcher du leste et avec enthousiasme accepter les clubs politiques. L'expulsion du SPQ libre fût une erreur monumentale.
    En contrepartie les têtes dirigeantes et membres des partis groupusculaires (QS, PI, ON) devraient piler sur leur orgueil et se métamorphoser en clubs politiques du PQ. Afin d'y faire la promotion de leurs idées singulières et de tenter de les faire adopter par le parti. Comment ces souverainistes peuvent s'imaginer un jour arriver à vendre leurs idées au peuple québécois s'ils ne sont pas capables de les vendre au premier parti souverainiste de la province... Si, pire, isolés par orgueil ils n'essaient même pas!
    Marois doit laisser sa place.
    Curzi attend qu'elle s'exécute pour revenir. Il caresse le rêve d'être chef. Mais le principal pour lui est le départ de Marois. Non, Option Nationale n'est pas une option.
    Lapointe va déchirer sa carte d'Option Nationale la minute que Marois démissionne.
    Duceppe est en mesure de sauver le PQ et le Québec.
    Si Marois fait tout foirer, il ne demeurera qu'un petit espoir. Que Legault soit en mission commandée pour faire la souveraineté une fois son moratoire de dix ans échu.

  • Archives de Vigile Répondre

    1 décembre 2011

    Merci M. St-Louis. Vous démontrez, avec plusieurs autres, que nous sommes entrés dans une période de réflexion intense. Nous devons collectivement trouver une façon d'amalgamer nos espoirs et de calmer nos angoisses.
    Malheureusement, le temps, manipulé par des forces toxiques, joue contre nous et détourne notre attention. Sans compter que les événements récents jettent le trouble dans nos coeurs et sapent notre confiance.
    Calmons nos esprits. Revisons nos objectifs. Y a-t-il péril en la demeure? L'indépendance est-elle une solution? Est-ce pour maintenant ou pour plus tard? Voulons-nous d'un troisième référendum piégé?
    Choisissons donc le guide qui nous parlera de nous maintenant. Celui qui nous offrira les meilleurs outils pour protéger nos biens collectifs et sauvegarder nos personnes.
    S'agit-il encore d'anglophones, de francophones, d'allophones. S'agit-il d'autochtones, de peuples fondateurs, de nouveaux arrivants?
    Ou s'agit-il d'une population brimée, violée dans ses droits occupant un territoire dilapidé?
    Il y a péril! Tous les bras, quels qu'ils soient, sont appelés au secours. Car si la maison brûle où poserons-nous les cendres de notre héritage?

  • Archives de Vigile Répondre

    1 décembre 2011

    Vous dites que c'est la gouvernance souverainiste de Marois qui a provoqué la démission des députés l'été dernier, alors que l'on sait tous que c'est le projet de loi 204 qui était plutôt en cause. Il est vrai que ces gens n'étaient peut-être pas enthousiastes du programme Marois, et que le projet de loi 204 aura été la goutte qui a fait déborder le vase.

  • Archives de Vigile Répondre

    1 décembre 2011

    Québec province bilingue ou Québec pays français, la décision s’imposera bientôt.
    Tout est là monsieur ''O''!

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    30 novembre 2011

    Se prononcer trop catégoriquement sur la vigueur de la nation, ces jours-ci, est périlleux. Nous marchons dans le noir, tout comme nous faisions envers le Bloc, avant le 2 mai dernier. Personne ne pouvait prédire alors le naufrage de notre parti parapluie à Ottawa.
    Dès la semaine prochaine, une élection partielle nous dira si le PQ vivra ou non. De là se précisera le caractère des descendants de Nouvelle-France. Il pourra être nécessaire d'attendre l'élection générale d'un autre parti voué à l'abdication de notre spécificité. Que ce dernier entre en collision face à face avec Toronto/Ottawa, ou qu'il choisisse de feindre un nouveau "beau risque" dans le Canada, il déterminera à plus ou moins brève échéance la nature des résistants de souche, de leurs descendants et de tous les témoins du rouleau compresseur destiné à nous "normaliser" dans cette colonie britannique réglée par la Cour Suprême, maître incontestée depuis le rapatriement unilatéral de 1982. Québec province bilingue ou Québec pays français, la décision s'imposera bientôt.

  • Archives de Vigile Répondre

    30 novembre 2011

    Avant de compter QS comme force souverainiste, il y aurait lieu que soit clarifiée sa relation avec le très fédéraliste NDP. Pour l'instant, il apparaît que les militants de cette formation politique sont ni plus ni moins indépendantistes à Québec et fédéralistes à Ottawa. On a pu le lire et l'entendre pendant la récente campagne fédérale. Et on remet ça avec l'élection partielle dans Bonaventure où la candidate QS, pour le temps de la campagne électorale, a pris congé du bureau du député du NDP nouvellement élu.
    Des convictions québécoises ou du surf sur une canadian vague orange?

  • Archives de Vigile Répondre

    30 novembre 2011

    Je pense que monsieur Savoie vient de faire mouche! Et pan!
    Je n'ai rien d'autre à ajouter.

  • Archives de Vigile Répondre

    30 novembre 2011

    J’ai bien peur que vous devrez vous résigner à manger vos bas à la prochaine élection. Notre démocratie a été confisquée par l’Oligarchie et nous sommes impuissants à empêcher l’inévitable. Le peuple est soumis et n’a pas la force de s’indigner devant l’action séditieuse, terroriste et criminelle des médias de masse. La criminalité est maintenant la norme en ce pays. Pour ce qui est de la Madame-en-question, elle bien en selle pour conduire son Parti à l’abattoir. Même si, par un sursaut de conscience, elle cédait son poste à je ne sais qui, le PQ comme formation est irrécupérable et est devenu au fil du temps caquiste avant l’heure. PLQ = CAQ = PQ = ADQ sur le plan constitutionnelle et curieusement, sont les seuls Partis qui ont droit de cité dans les médias. QS et l’ON y sont totalement bannis et maintenus dans la marginalité.
    Tant que le peuple acceptera la confiscation de sa démocratie, le pire est à craindre. Vous devez donc vous préparer à vivre sous cette horrible dictature et à voire votre peuple la tête écrasée au sol sous la botte de l’Oligarchie.

  • Archives de Vigile Répondre

    30 novembre 2011

    En tout respect Mikaël, je voudrais vous dire que je tique passablement sur deux assertions que je trouve dans votre texte. Bien que pour l'essentiel votre recherche est très intéressante.
    Les deux passages qui m'agacent sont les suivants :
    Vous dites «Il y a évidemment eu les Amérindiens qui ont occupé exclusivement le territoire durant plusieurs siècles en harmonie avec le milieu naturel»
    je voudrais vous faire remarquer que c'est une fable. Si les Indiens n'ont pas détérioré le milieu, c'est tout simplement parce qu'ils n'en avaient pas les moyens physique.
    Le bon indien vivant en harmonie avec la nature c'est une fable qui a la vie dure et qui ne correspond pas à la réalité. Pas plus aujourd'hui dailleurs.
    La création des réserves par les anglais, ce qui est une horreur et en contradiction totale avec l'attitude de nos ancêtres qui vivaient en harmonie avec les amérindiens, sauf les Iroquois et pour cause, cela a sans doute eu des effets sur le reste de leur évolution.
    Mais affirmer qu'ils vivaient en harmonie avec la nature qu'est-ce que ça veut dire au juste? je pense qu'il faudrait regarder ça de plus près si vous me permettez.
    L'autre assertion qui m'agace c'est l'allusion aux soi-disant deux peuples fondateurs. Vous dites «Depuis la Confédération de 1867 qui a créé le Canada, les deux « peuples fondateurs » (Canadiens anglais et Canadiens français) ont des visions différentes de la manière que le politique doit être gérée, ce qui a historiquement créé des conflits et des rivalités.»
    Je suis d'avis que la vision de deux peuples fondateurs est une construction de l'esprit. Il n'y a pas eu deux peuples fondateurs.
    Il y a un peuple fondateur l'anglais, qui a emprisonné l'autre, celui de nos ancêtres dans une patente qui à part une fleur de lys dans les armoiries est britannique d'un couvert à l'autre du livre.
    Et la présence de la fleur de lys dans les armoiries, tient au fait que jusqu'à il n'y a pas longtemps, les souverains Britanniques aspiraient à la couronne de France.
    Ce n'est pas en raison de vision différente de la situation que les conflits sont nés, c'est de la parfaite incompatibilité de ces deux peuples, l'un vivant dans la certitude de son droit, l'autre dans l'illusion de sa place.
    Depuis le début et de toujours, nous sommes la graine dans l'oeil de ce pays. Et nous ne sommes rien d'autre que cela.

  • Archives de Vigile Répondre

    30 novembre 2011

    A mon sens, il faut cesser de parler de «forces» souverainistes.
    Utilisons tout simplement le mot indépendantiste. C'est simple et ça dit ce que ça veut dire.
    Les «forces»? Je ne les vois pas au PQ...Ce parti ne force pas fort. Il force même dans le sens contraire à celui qu'il devrait forcer.
    NT