Boisclair estime que les propos de Michel Tremblay sont un beau défi

2006 textes seuls



Le chef du Parti québécois, André Boisclair, dit entendre le message lancé par l'auteur Michel Tremblay, qui a déclaré en entrevue à NTR ne plus croire à la souveraineté depuis que la question économique domine cet enjeu.
M. Boisclair dit être placé devant le beau défi de convaincre le dramaturge que l'élément le plus déterminant à l'appui de la souveraineté est toujours le fait que les Québécois soient le seul peuple francophone en Amérique du Nord.
Le chef péquiste dit avoir le plus grand respect pour Michel Tremblay, estimant que peu de gens comprennent aussi bien que lui la force du peuple québécois mais aussi sa fragilité et son manque de confiance. Il dit espérer être capable de le convaincre d'être sur les rangs lors d'une prochaine campagne référendaire.
Cependant, André Boisclair maintient que l'économie demeure un argument puissant en faveur de la souveraineté bien qu'il comprenne que certains puissent être mal à l'aise avec ce genre de débat.
Il précise que les questions économiques s'inscrivent dans une diversité d'arguments et que les questions de langue et de culture demeurent le vecteur le plus fort de l'identité des Québécois.
En ce sens, il estime que la bataille pour la souveraineté n'aurait aucun sens si les Québécois n'étaient pas le seul peuple de langue française en Amérique du Nord.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé