André Pratte, contrarien

2006 textes seuls


[Blog APRESTOUT->www.aprestout.blogspot.com ]
_ 20 février, 2006
[->]
"Rien n'indique que M. Cheney ait voulu cacher l'affaire. Rien n'indique, non plus, qu'il ait quoi que ce soit à se reprocher."
_ André Pratte, La Presse, 20 février 2006.
Normalement, je ne m'en prends pas aux éditorialistes. Ils sont payés pour dire ce qu'ils disent et tout le monde a le droit de gagner sa vie. Autant réprimander un chien de chasse qui vous ramène des cailles. Il est par contre intéressant de regarder les éditorialistes évoluer.
Dans l'éditorial du 20 février, André Pratte nie des faits évidents dans l'affaire Cheney pour appuyer son point sur les pressions excessives des média. Il tombe sous le sens commun que quiconque va à la chasse sans permis et, en plus, abat un compagnon de chasse, a quelque chose à se reprocher. Il est aussi évident que les nombreuses versions de l'incident suggèrent fortement que Cheney a voulu cacher des éléments de l'affaire.
Pourquoi André Pratte nie-t-il l'évidence? Parce qu'il le peut. Il l'a déjà fait et il n'y a pas eu de mal. De par sa nature même, un éditorial, c'est un peu le triomphe des idées sur les faits. André Pratte est intelligent et renseigné. Il sait que ce qu'il dit sur Cheney est faux, mais il s'amuse à jouer au contrarien en le disant. Dans le monde financier, contrarien se dit d'un indicateur dont les enseignements, lorsqu'ils sont trop tranchés, doivent être utilisés à l'inverse de leur signification.
Des personnes qui tombent dans ce travers, on dit habituellement qu'elles sont arrogantes et de mauvaise foi. Comme l'ancien gouvernement libéral de Jean Chrétien.
En passant, il y a des gens qui ont cru que l'éditorial "Pour un gouvernement conservateur" d'André Pratte, le 17 janvier 2006, prouvait que La Presse n'était pas inféodée au parti libéral. Ces gens-là ont raison. La première allégeance de La Presse est une allégeance de nature tribale au clan Desmarais, et donc, au moins partiellement, à Jean Chrétien qui, plusieurs le pensent, ne voulait pas d'un Paul Martin comme premier ministre.
Ceci dit, cela reste le meilleur journal en ville.
La caricature est d'Ygreck.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé