2011, vaincre la morosité

Morosité? ou Colère!



Au Québec, l'année 2010 se sera déroulée sous le signe de la morosité. Pourtant, objectivement, nous sommes privilégiés. De toutes les régions du monde, le Canada, notamment le Québec, a été l'un des endroits les moins durement affectés par la récession de 2008-2009. La plupart d'entre nous avons la chance de vivre dans des conditions relativement confortables. Le Québec est un lieu sûr, d'une richesse culturelle exceptionnelle, où il fait bon vivre. Néanmoins, la population a perdu toute confiance en ses gouvernants. Elle se méfie de l'entreprise privée, est sceptique quant à la neutralité du système judiciaire, s'inquiète des agissements de certains leaders syndicaux.
Le comportement de la classe politique a grandement contribué à l'évolution de ce cancer. D'abord par son laisser-aller éthique, qui a mené au cours des dernières années à l'éclatement de scandales éclaboussant tous les élus. Ensuite par le ton hargneux des débats, à l'Assemblée nationale et à la Chambre des communes. L'industrie de la construction a pour sa part fait beaucoup de tort à la crédibilité du secteur privé par la multiplication de pratiques douteuses.
Le glissement d'une société vers la méfiance collective est nécessairement nocif. C'est surtout le cas pour une petite nation appelée à se battre, avec la contribution de tous, pour préserver sa prospérité et sa culture distincte.
Les Québécois doivent relever leurs manches et prendre la résolution de vaincre le climat de morosité qui règne dans la province. Que l'année 2011 soit, pour le Québec, une période de renouveau, de sérénité, d'ambition et de projets collectifs. Au nom du président et éditeur, Guy Crevier, et de toute la direction de La Presse, je vous souhaite une bonne année.

Featured e9ce29e1df8a56a11b26e68ffd733781

André Pratte876 articles

  • 262 126

[une chronique intitulée « Tout est pourri » (critique de Anne-Marie Gingras) ->http://books.google.fr/books?id=EZWguAMXAtsC&pg=PA27-IA27&lpg=PA27-IA27&dq=pratte+Tout+est+pourri&source=bl&ots=MUti9NTQuH&sig=h2zgJlLgOg844j5ejxnUl4zH2_s&hl=fr&sa=X&ei=73RrT8aQEqnh0QHuh4GyBg&ved=0CEEQ6AEwBQ#v=onepage&q=pratte%20Tout%20est%20pourri&f=false]

[Semaine après semaine, ce petit monsieur nous convie à la petitesse->http://www.pierrefalardeau.com/index.php?option=com_content&task=view&id=30&Itemid=2]. Notre statut de minoritaires braillards, il le célèbre, en fait la promotion, le porte comme un étendard avec des trémolos orwelliens : « La dépendance, c’est l’indépendance ». « La soumission, c’est la liberté ». « La provincialisation, c’est la vraie souveraineté ». « La petitesse, c’est la grandeur ». Pour lui, un demi-strapontin à l’Unesco est une immense victoire pour notre peuple. C’est la seule politique étrangère qu’il arrive à imaginer pour le peuple québécois. Mais cet intellectuel colonisé type n’est pas seul. Power Corp. et Radio-Cadenas en engagent à la poche.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé