L'âme des peuples se trouve dans leur histoire

Québec

Rappel du rôle majeur joué par le Conseil Souverain de la Nouvelle-France

En 1663, La Nouvelle France passe de colonie à Nation française

Commémoration du 350e anniversaire du Conseil souverain



Nous sommes heureux de nous associer ici à Uchaux, au cœur de notre Provence, à la commémoration de l’Edit de création du Conseil Souverain. Cette commémoration a eu lieu place Royale à Québec, le 9 avril dernier.. Des Acadiens étaient présents pour ce rappel de leur Histoire. Une conférence sur le Conseil Souverain et sur l’ancien droit français a été tenue par Maître Christian Néron, avocat et historien juridique.

Québec

L'enjeu : le contrôle de la narration

Ottawa se fait dire de ne pas toucher aux cours d'histoire



Le gouvernement Harper s'est fait bien avertir de ne pas toucher aux cours d'histoire: l'opposition s'est évertuée, vendredi, à lui rappeler qu'il s'agit là d'une responsabilité provinciale.

Québec

Vite, avant que le fédéral ne vienne nous dire quoi faire...

L’art de la commémoration est perdu au Québec

Notre État et nos écoles devraient se donner un protocole en la matière


Les Québécois ne savent plus commémorer : nos veillées funéraires qui se bornent à des «5 à 7» improvisés et nos cérémonies de mariage qui ne sont plus prétextes qu’à étaler un luxe clinquant. Quant à nos anniversaires historiques, ils se résument depuis des années à une succession d’échecs. Qu’on prenne acte, coup sur coup, du fiasco commémoratif du 400e de Québec, du fiasco tout court du 250e de la bataille des plaines d’Abraham ou du vaudeville kitsch où a fini par sombrer le bicentenaire de la guerre de 1812.

Québec

Une vigoureuse et rigoureuse relecture de notre histoire

Confédération de 1867 : le mythe des deux peuples fondateurs vole en éclat

La grande paix de Juillet 1864

Le consentement du Québec obtenu suite à une menace de guerre civile


Le Canada anglais a, sauf exception, sans cesse désavoué la théorie des deux nations. Elle ne serait fondée sur aucun texte politique, légal ou constitutionnel. Il s’agirait tout au plus d’une autre invention de nationalistes canadiens [français] pour promouvoir le bilinguisme et le biculturalisme au Canada.

Québec

Le Devoir retrouve son âme

La Constitution de 1982 - Devoir de mémoire



Comme le suggère Lucien Bouchard, l’Assemblée doit demander, à nouveau d’une seule voix, à Ottawa d’ouvrir ses archives au nom du simple droit des Québécois de connaître la vérité historique. Cela ne changera pas l’état des choses, mais c’est un devoir de rappeler que le Québec a été exclu de cette histoire. Ce fait ne doit surtout pas tomber dans l’oubli. Cela s’appelle un devoir de mémoire.

Québec

La réhabilitation de l'histoire

Lettre - Le grand mérite de Frédéric Bastien



Au-delà des révélations importantes fournies dans son ouvrage à propos du rapatriement de 1981, l’historien Frédéric Bastien démontre brillamment trois choses fondamentales...

Québec

Le monde à l'envers : le Journal de Montréal qui fait la « job » du Devoir

Réflexion sur la « parole publique »



Je relis depuis quelques temps les écrits du Général de Gaulle, et je traverse en ce moment, à nouveau, évidemment, car je les ai lu si souvent, ses Mémoires de guerre. J’en retiens cet extrait bien connu : «Trêve de doutes! Penché sur le gouffre où la patrie a roulé, je suis son fils qui l’appelle, lui tient la lumière, lui montre la voie du salut. Beaucoup, déjà, m’ont rejoint. D’autres viendront, j’en suis sûr ! Maintenant, j’entends la France me répondre. Au fond de l’abîme, elle se relève, elle marche, elle gravit la pente. Ah ! mère, telle que nous sommes, nous voici pour vous servir».

Québec

Qui a donc intérêt à ce point de nous couper de notre histoire

Lettre - Fernand Seguin meurt une seconde fois



Depuis quelques jours, l’Hôpital Louis-H. Lafontaine est devenu l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal. Avec ce nouveau nom, l’administration a cru bon d’abolir le nom du Centre de recherche Fernand-Seguin pour en faire tout simplement le Centre de recherche de l’Institut.

Québec

La tête à Papineau évincée des cours d'histoire

Libre-opinion - Lettre à mon professeur d’histoire



Aujourd’hui, c’est à mon tour de transmettre. J’ai en effet commencé, en septembre dernier, ma carrière d’enseignant dans une école secondaire de la grande région de Montréal. Je suis chanceux, j’ai des élèves intelligentes et curieuses. Mes conditions de travail sont idéales et je compte bien en profiter pour rendre mon cours d’histoire le plus vivant et intéressant possible.

Bien comprendre Durham

Le mémoire de lord Durham contre le projet de loi 14



Comme de coutume, la moindre bonification proposée à la politique linguistique du Québec a l’heur de ramener au créneau ceux et celles qui y voient une atteinte aux libertés fondamentales. À force de rejouer ce débat, on en vient à oublier que ce filon était déjà bien exploité avant la charte de 1982 et remonte en fait à l’époque des Lumières. Or, si ce n’est pas précisément la «faute à Voltaire», les arguments déjà invoqués contre le projet de loi 14 modifiant la Charte de la langue française ont déjà été brillamment exposés par l’un de ses héritiers, lord Durham.

Québec

L'histoire, c'est la base

Le traité de Paris de 1763 est le document le plus important de notre histoire

La bataille des plaines d’Abraham de 1759 n’a rien réglé.


En effet, cette guerre se poursuivit aux quatre coins du monde. Elle dura sept ans, d’où son nom, et trouva son aboutissement à Paris le 10 février 1763. Le traité conclu ce jour-là entre la France, la Grande-Bretagne, l’Espagne et le Portugal non seulement scelle le sort de la Nouvelle-France, mais jette les bases d’une profonde mutation politique qui touchera l’ensemble de la planète, à commencer par l’Amérique du Nord.

Québec

Une lecture intéressante et provocante

Les 250 ans du traité de Paris: qui a peur du 10 février 1763?



Le 250e du 13 septembre 1759 avait fait couler beaucoup d’encre. Si (la bataille de) la bataille des Plaines d’Abraham a soulevé les passions en 2009, ne devrait-on pas à plus forte raison commémorer le traité de Paris qui a mis fin à la guerre de Sept Ans? N’est-il pas justifié de souligner au moins tout autant ce traité de 1763 qui aura donné un sens aux batailles de cette guerre?

Une page d'histoire

11 novembre 2012 : N’oublions jamais tous ceux qui ne sont pas revenus !



Celle qu’on avait surnommée la « der de der », ou la Grande Guerre était arrivée d’une manière terriblement insensée, déclenchée par des dirigeants peu soucieux du sang versé. Elle a ruiné l’Europe, comptant plus de huit millions de morts et six millions de mutilés !

Québec

Plus ça change, plus c'est la même chose

Corruption, oligarchie, division...

Une histoire qui se répète



Un simple retour dans le passé rapproché nous permet de constater à quel point chaque époque aura vu les riches accaparer l'État pour s'enrichir au détriment de la classe ouvrière, et que cette dernière n'a jamais rien d'autre que la rue et « l'illégalité » (puisque les lois, les taxes ou la dîme par exemple étaient instaurés par et pour le pouvoir en place, soit la bourgeoisie et l'Église) pour manifester son opposition.

L'incendie du parlement canadien à Montréal

Un devoir de mémoire

En attendant, on peut toujours rêver du jour où une maison de production osera porter à l’écran quelques-uns « des plus brillants exploits » de cette histoire on ne peut plus canadienne...


Un récit de l’événement [->6215] Par les temps qui courent, il n’est peut-être pas inutile de rappeler les péripéties autour de l’incendie criminel du parlement canadien au centre-ville de Montréal. Le récit de la soirée tumultueuse du 25 avril 1849 qu’on retrouve dans la Montreal Gazette est du reste assez révélateur. On y relève ...

1763 - des lendemains qui déchantent



1763 : DES LENDEMAINS QUI DÉCHANTENT L’adoption de la Proclamation royale de 1763 a provoqué, au Canada, un chaos judiciaire à nul autre pareil. Dans leur complète ignorance des dispositions du droit ...

Avis à Jean Chrétien et Stéphane Dion

Un 27 avril à fêter pour le Parti Libéral du Canada

En 1942, encore sous les pressions de la Perfide Albion, le Premier ministre Mackenzie King organisa un plébiscite pour demander à tous les Canadiens de le défaire de sa promesse aux Québécois.


Et il y a 70 ans jour pour jour ce 27 avril, 71% des Québécois votèrent NON, dont 90% des francophones. Mais à l’échelle du Canada, le OUI l’emporta à 64%. Le tour était joué pour King, mort de rire. Comme quoi Jean Charest n’est pas le seul à avoir le sens de l’humour.

70è anniversaire du plébiscite du 27 avril 1942

Un traitement équilibré de l'histoire?



«Deux nations se faisant la guerre au sein d'un même État» - John George Lambton, comte de Durham La bataille de Hong Kong et le plébiscite du 27 avril 1942: deux poids, deux mesures Le Réseau de l'information de Radio-Canada (RDI) présenta aux «grands reportages» de 20 heures Pearl Harbor: les États-Unis en guerre (5 et 6 décembre 2011) et Les survivants de la bataille de Hong Kong ...

Le sens de l'histoire

Certains proposent de rebaptiser la station de métro Pie IX du nom de station Gary-Carter: quel sens de l'histoire!


Certains proposent de rebaptiser la station de métro Pie IX du nom de station Gary-Carter: quel sens de l'histoire! C'est oublier que la station de métro Pie IX, avant de devenir la «station du stade olympique», fut et demeure aussi celle du Jardin botanique, auquel se greffent maintenant le Biodôme, l'Insectarium et bientôt un Planétarium prometteur, sans parler du parc Maisonneuve. On est ici...

Histoire

L'Australie des Patriotes déportés

«Le malheur de l'exil est plus grand que celui de la mort...»


En 1839, la Grande-Bretagne déporte du Bas-Canada dans une de ses colonies pénitentiaires, la Nouvelle-Galles-du-Sud (aujourd'hui un État australien), 58 hommes condamnés pour haute trahison à la suite de leur participation à la révolte des Patriotes. Là-bas, une sympathie jaillit de la population locale, formée en bonne partie de catholiques déportés de l'Irlande. La solidarité universelle des colonisés s'e...

L'héritage controversé de l'Église catholique canadienne-française



L’ÉGLISE-NATION « L’État, c’était d’abord l’Église. Pourquoi en eût-il fallu un autre? » - Fernand Dumont, Le sort de la culture, p. 257 *** S’il est un objet d’étude qui ne laisse personne indifférent et pour lequel « l’intérêt de connaissance » semble tout à la fois irrégulier et intarissable, c’est bien l’étude de la religion. Pour les uns, la sécularisation poursuit son o...

Une petite page d`histoire

La colonisation du Québec dans les années 1850-1900

Le projet ambitieux du Curé Labelle


Avec plus de 7 milliards d`être humains vivant sur la planète en ce début du XXIe siècle, l`humanité est au prise avec un problème de surpopulation et cela engendre plusieurs problèmes. De plus, la population n`étant pas répartie également et principalement concentré dans de grands centres urbains, certains pays comme la Chine et l`Inde doivent même instaurer un maximum d`enfant par couple pour contrer cette montée dém...

Dès l’âge de 17 ans, il avait publié « L’insurrection » (1838)

Chauveau, Premier Ministre du Québec (1867), écrivain engagé

Son « Charles Guérin » (1846) dénonce invasion immigrante, oppression du boss


Nous avons antérieurement parlé de la première poussée indépendantiste au Québec autour des années 1930, avec Bourassa et Groulx http://www.vigile.net/La-premiere-grande-poussee. Or il appert que la révolte des Patriotes en 1837, suivie de la solution Durham, ait inspiré déjà le désir d’une revanche des descendants de Nouvelle-France.

Les années ’30, de Bourassa, Groulx, Laurendeau, O’Leary

La première grande poussée indépendantiste s’est échouée sur le récif Duplessis

Celle des années ’70 s’écrase sur quoi???


On ne sait pas toujours que Henri Bourassa, petit-fils de Louis-Joseph Papineau, grand défenseur de la foi et de la langue de sa race, détourné par Action nationale, en vint à professer que le nationalisme était un péché. Le chanoine Lionel Groulx, qui réclama longtemps son pays français en Amérique, finit par expliquer que ce qu’il voulait dire, c’était « à l’intérieur de la Confédération ». Très admiré par De S...

Ce 16 décembre 1773, jour où tout a réellement commencé !



Les treize colonies de Nouvelle Angleterre, situées le long de l'Atlantique, commençaient à être sérieusement exaspérées ! La Nouvelle France était tombée entre des mains anglaises! A présent, il s’agit alors pour les Anglais d’y maintenir à tout prix la paix, afin d’empêcher toute opposition naissante parmi les habitants, composés de Français, soit originaires de France et arrivés récemment, soit nés sur le sol...

René Lévesque

Homme de la parole et de l'écrit



L'historien lit des écrits oubliés, perdus dans la mémoire du temps. Il lui arrive de passer des semaines entières à compulser des textes sans grand i...

Les vraies plaines d'Abraham



Beaucoup de Québécois ne connaissent ni le lieu ni l'origine des plaines d'Abraham. Les francophones pensent généralement q...

Ce 26 Août 1977 adoption de la Charte de la Langue française

par l'Assemblée Nationale du Québec, appelée aussi loi 101


Elle avait été proposée sous le gouvernement de René Levesque. Elle fait du français la langue officielle du travail, de l’enseignement, du commerce et des affaires. Préambule de la Charte de la langue Française : “ La langue distincte d’un peuple majoritairement francophone, la langue française permet au peuple québécois d’exprimer son identité. L’Assemblée nationale reconnaît la volonté des Q...