Montréal, la sudiste du Nord

Durant la guerre civile, Montréal a accueilli les plus grands noms du pouvoir sudiste

4d658242cc12ce37023f62906171aa04

L'histoire ignorée de Montréal






Au temps de la guerre de Sécession américaine (1861-1865), faire sauter des hôtels de New York, semer la terreur au Vermont ou planifier l’assassinat du président Abraham Lincoln ne put se faire qu’avec la collaboration d’institutions et de notables montréalais. C’est notamment ce qu’affirme l’historien Barry Sheehy dans un nouveau livre qui trace le portrait de relations étonnantes avec les autorités anglo-britanniques du temps.


 

Durant la guerre civile, Montréal accueille en fait les plus grands noms du pouvoir sudiste. La trace de leur passage est fixée très souvent sur les plaques photographiques de William Notman. Un registre d’hôtel témoigne aussi de leurs passages à Montréal. Ce sont des généraux en uniforme, des banquiers en livrée de leur caste, des espions que tout le monde connaît, des activistes bruyants, des sénateurs empesés, des hommes d’affaires aux poches pleines de l’or du coton. Devant l’objectif de Notman pose par exemple le général Daniel Frost, dans son uniforme d’officier.


 

L’historien Barry Sheehy est l’auteur de Montreal City of Secrets, une riche histoire des opérations d’espionnage et d’actions souterraines des Confédérés installés alors en grand nombre dans la métropole canadienne. Le livre doit paraître en octobre chez Baraka Books. La version française paraîtra plus tard, à l’enseigne de l’éditeur Septentrion.


 

« Il n’y a aucune autre concentration de pouvoir aussi importante hors des États-Unis à l’époque ! Pour les transactions financières, Montréal est importante. » Beaucoup d’argent des États du Sud circule à Montréal. Des sommes prodigieuses pour l’époque qui permettent de tout acheter. Les Confédérés, dit l’historien, comptent sur la somme fabuleuse d’un million de dollars qui transitent par les coffres des banques de la rue Saint-Jacques. « Dans la bonne société, tout le monde reçoit ces gens-là avec grand plaisir », affirme l’historien Sheehy en entrevue.


 

Diviser pour régner


 

À la fin de la guerre de Sécession, lorsque les États du Sud américain sont vaincus, leur président déchu, Jefferson Davis, pense à Montréal pour s’exiler. Son bon ami, le puissant et riche imprimeur John Lovell, l’y accueille à bras ouverts en 1867. Toute sa famille l’y attend déjà. Les fils du président déchu iront étudier à l’Université Bishop de Lennoxville et ses filles fréquenteront un couvent.




Photo: Jacques Nadeau Le Devoir

 

Une plaque de bronze, apposée sur un mur du magasin La Baie au centre-ville, a longtemps rappelé à la mémoire des passants la présence de Davis à Montréal. Sans préciser les raisons de ce retrait, l'entreprise a retiré la plaque mardi soir. C’est la United Daughters of the Confederacy, un groupe de descendants des combattants sudistes, qui en avait financé la pose en 1957, au temps où la ségrégation raciale battait toujours son plein.


 

« La plupart des Canadiens pensent naïvement que le Canada soutenait la guerre d’Abraham Lincoln à cause de leur opposition collective à l’esclavage », affirme Barry Sheehy. La réalité s’avère bien plus complexe. En fait, la question de l’esclavage apparaît tout à fait secondaire du point de vue de la colonie canadienne. Pour résumer, disons qu’aux yeux du pouvoir colonial britannique les États-Unis apparaissent plus faciles à contenir s’ils sont désunis. Si bien que les services secrets sudistes furent en quelque sorte autorisés à s’établir au pays des érables : les autorités ont tout simplement fait mine de regarder ailleurs. « Plusieurs collaborent volontiers avec eux, c’est le cas notamment du chef de police de Montréal », ainsi que de banquiers et de plusieurs notables locaux.


 

L’argent de la guerre


 

Le Montréal de la décennie 1860 compte 90 000 personnes. Trente ans plus tôt, la population n’était encore que de 27 000 habitants. La ville pousse comme un champignon. Impossible durant la guerre de ne pas tomber sur des militants confédérés installés au pied du mont Royal.


 

Des ententes sont conclues avec les banques locales, dont la filiale montréalaise de la Ontario Bank. Les dépôts des activistes sudistes sont si importants que les Confédérés contrôlent dans les faits la jeune institution qui sera plus tard absorbée par la Banque de Montréal. Un système de blanchiment de l’argent se met en place en collaboration avec les employés de la banque qui servent de prête-noms. Des sommes importantes transitent aussi par la Banque de Montréal.


 

Beaucoup de ces gens se retrouvent au prestigieux hôtel St. Lawrence Hall et dans d’autres hôtels périphériques. Avant d’attaquer Saint Albans au Vermont, où les Confédérés vont piller trois banques, terroriser la population et voler du bétail, c’est à Montréal qu’ils s’organisent. Les assaillants du raid de Saint Albans seront défendus par les trois meilleurs avocats de la ville, dont Sir John Abbott, futur premier ministre du Canada.


 

Terroriser New York


 

À l’automne 1864, le capitaine P. C Martin, ardent militant sudiste, élabore depuis Montréal des plans pour brûler une série d’hôtels new-yorkais. Son objectif est de créer le chaos dans Manhattan. Son plan vise à faire exploser rien de moins que 13 immeubles au même moment. Mais dans l’hôtel où Martin se retrouve pour sa part, sa bombe faite de feu grégeois ne va détruire à peu près que sa chambre. L’opération est un échec.


 

À Montréal, ce capitaine Martin passe beaucoup de temps avec John Wilkes Booth, l’assassin du président Lincoln. Le président sera tué d’une balle derrière la tête le 15 avril 1865, dans un théâtre de Washington. Le meurtre accompli, Booth avait prévu revenir au Canada pour échapper à la justice. Il s’enfuit à cheval. On le traque. Il refuse de se rendre et est finalement abattu dans une grange.


 
> Lire la suite de l'article sur Le Devoir






Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé