Vastel : peut-on à ce point rater le but !

Québec 400e - imposture canadian

Dans la passé, j’ai souvent apprécié les propos tenus par le journaliste
Michel Vastel mais cette fois-ci, dans son dénigrement hors proportion de
Sir Paul, je ne marche plus. Mettons les choses au clair.
Le fameux 400ième de Québec est une véritable recette aigre-douce, un vrai
mets chinois pour touristes hagards. Au départ, un comité organisateur
qu’on a tassé pour en mettre un autre, ouvertement au service du fédéral.
Donc on se retrouve avec les trois mousquetaires. (comme ceux d’Alexandre
Dumas, ils étaient quatre) Harper, Charest, Labeaume et le comité
organisateur. Il ne faut pas oublier que cette grande manifestation était,
au départ, pour fêter la naissance de la VILLE de Québec.
Les mousquetaires concoctent donc une fête canadienne à la sauce
Québécoise aigre-douce. Il faut tout de même être assez réaliste pour s’en
rendre compte. Tout est fait et planifié pour rehausser la visibilité du
Canada. Le but de la fête est honteusement détourné, on modifie l’Histoire
au profit d’une subversive propagande canadienne. On élimine dans la mesure
du possible toute référence à l’appartenance à la nation québécoise (dans
un Canada uni), pas de fleurdelysé on va même jusqu’à éviter le bleu et
blanc de ce même drapeau, plus pernicieux que ça tu meurs ! On choisit
aussi les vedettes qui vont animer le pendant musical de ces fêtes. On doit
promouvoir la naissance d’une ville qui initie le fait français en Amérique
et pour y arriver, on invite un artiste britannique, donc anglophone. C’est
le fruit du hasard ? Un gentil monsieur m’a dit en commentaire dans ‘’Et
Vlan !’’ que cette théorie du complot était absurde.
Bien sûr qu’on doit s’ouvrir sur le monde et pouvoir apprécier différentes
cultures. Je n’ai pas dit que c’était un complot mais je le soupçonnais. Il
ne faut pas s’arrêter sur un item isolé mais voir l’ensemble et là, ça
m’apparaît évident, ça va dans l’esprit, la ligne de pensée des dits
mousquetaires. On a balayé du revers de la main tout ce qui pouvait avoir
quelque consonance que ce soit de notre identité québécoise…alors on invite
un ‘’anglais’’ célèbre. C’est sûr qu’il y aurait contestation. J’ai
l’impression qu’on en souhaitait plus, de cette manière on pouvait nous
faire passer pour des étroits d’esprit, une bande de cons.
Paul McCartney arrive et bouleverse la planification initiale. Il parle
d’abord en français…avec un accent bien sûr mais ça ce n’est pas important,
au moins il l’a fait. Dans les circonstances il s’est comporté avec
beaucoup de dignité et de chaleur humaine, il a été grandement apprécié. Il
a même très visiblement arboré le drapeau du Québec ce que nos petits
mousquetaires miteux n’ont même pas fait.
Michel Vastel, au lieu de vomir sur Sir Paul, il aurait dû s’en prendre
plutôt à ceux qui l’ont fait venir. Vastel s’en prend au messager plutôt
qu’au message, c’est un important manque de vision pour un journaliste. On
peut tenter de descendre le personnage de Paul McCartney en parlant par
exemple des blanchons des Iles-de-la-Madeleine. C’est à mon avis faire une
diversion dérangeante, ce n’est pas ce qui nous préoccupe dans les
circonstances, c’est porter l’attention à côté de ce qui est important.
Les Beatles en leur temps ont révolutionné la musique et la culture
populaire occidentale, c’est un rare phénomène. Paul McCartney est le
dernier du groupe qui se produit sur scène. Qu’on l’aime ou non, on doit
tout de même admettre qu’il a fait un excellent spectacle, respectueux de
la foule et des circonstances circonspectes qui l’ont amené ici. Il a été
au-dessus des petites manigances mesquines de nos mousquetaires locaux.
Alors en ce sens, BRAVO !
Il est toujours difficile de faire un procès d’intention mais les
circonstances circonspectes dont je parlais précédemment sont-elles
tellement éclatantes qu’elles en deviennent aveuglantes ?
Ivan Parent
-- Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/) --

Featured a3e971571ab3c25a01e01d56d6b9d9d3

Ivan Parent403 articles

  • 343 443

Pianiste pendant une trentaine d'années, j'ai commencé
à temps partiel d'abord à faire du film industriel, de la vidéo et j'ai
fondé ma compagnie "Les Productions du LOTUS" Les détails seront visibles sur mon site web.
Site web : prolotus.net





Laissez un commentaire



9 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    17 août 2008

    Bravo ! Bravo ! Bravo ! M. Yvan
    je suis tanné de me faire dire que les souverainsites
    mde Pauline Marois en tête sommes contre ce qui a du bon sens.
    Paul McCartney s'est comporté comme un gentleman un aimant
    de son publie et nous (je) (le) remercions
    signé le mouche à terre !

  • Archives de Vigile Répondre

    14 août 2008

    Il faut regarder l'arrivée de Champlain comme un événement international, un peu comme celle de Christophe Colomb. Les 2 Amérique, l'Europe et beaucoup d'autres pays ont considéré la découverte de Colombo comme un événement mondial et je me considérais lié à cette fête. Seuls quelques étroits d'esprits anglo protestants des USA ont protesté et tenté de lancer les autochtones contre le découvreur. Les fêtes ont eu lieu dans plusieurs pays et duré une saison.
    Champlain est un peu de cette catégorie. Que la francophonie, la France, le Québec, le Canada, les USA et une partie de l' Europe se sente bénéficiaire du fondateur de Québec, c'est normal. Que le programme dure une saison et qu'il y ait des activités sur les cotes d'Europe et d'Amérique tant mieux. Il y a dans le programme de fêtes plus de 200 événements qu'il faut regarder dans leur ensemble. Les chanteurs il y en a eu du Québec, de France, de Belgique du UK et du sud. Il y en aura d'autres. Dans l'ensemble donc la fête est internationale en même temps que québécoise et ce qui compte c'est l'équilibre dans tout ça, l'occasion de promouvoir nos talents aussi. Et que dire du congrès eucharistique qui a amené la présence de personnes de plus de 70 pays sur les plaines d'Abraham? IL est certain qu'avec Charest il ne peut pas y avoir beaucoup de drapeaux québécois durant la fête et que Harper vient y mettre son nez à l'approche des élections. Mais il ne faut pas voir que cela et continuer de fêter Champlain en organisant un événement de drapeaux surprise 2 ou trois fois pour mettre le Québec en évidence. C'est l'occasion de promouvoir sur le terrain la fierté et le goût du pays québécois après avoir protesté. Vive le québec libre!

  • Archives de Vigile Répondre

    14 août 2008

    Pendant que vous parlez de drapeaux, vous passez sous silence de questions sérieuses tels le 45 milliards que prend Ottawa au Québec, l'environnement dans lequel il entre à pieds joints compétence du Québec (équilibre de la faune etc. touchent les richesses naturelles). Élaborez là dessus, sur la manière de dépenser chez-nous ces argents au lieu de vous en prendre à madame Marois. Est-ce qu'on s'en prend à votre parti avec ses .6% du vote nous? On n'en parle jamais sauf pour dire qu'il veut l'indépendance aussi. Vous gagnerez surement plus de votes pour la souveraineté de cette manière qu'en combattant ceux qui y travaillent dans un autre parti. Les drapeaux, la gg, etc sont des sujets de diversion dans lesquels vous êtes piégés à la poursuite de Pauline et du fédéralisme par la bande. Vos procès d'intention ne mène nulle part et minent votre crédibilité et la marche du Québec. Pour vous défouler parles de Dion. Harper, Charest, Chrétien, Coderre et Courchesne ce sera plus avantageux pour le Québec et votre parti.

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    24 juillet 2008

    Monsieur Parent,
    Quand vous dites: "Essayons de nous souvenirs que Sir Paul, pendant deux heures et demie a rendu des centaines de milliers de personnes heureuses. C’est ça que vous critiquez ?"...
    Vous l'avez sans doute échappée, celle-là| Un indépendantiste qui se baillonne devant une idole imposée au bon peuple pour le soumettre au "divertissement" au sens de Pascal: faire oublier le problème principal. Le conquérant fait taire le peuple en "divertissant" ses idées en faveur du rythme tribal. Si une vedette mondiale rend le peuple heureux et lui ferme la trappe, le conquérant va y mettre le prix et convaincre "les Mousquetaires" que s'il faut lui prélever plus d'impôt pour lui servir ce "bonheur", il a le pouvoir politique pour le faire. Et Balabaum dit comme vous: c'est le temps de fêter, fêtons et arrêtons de chiâler contre le Q400.

  • Archives de Vigile Répondre

    24 juillet 2008

    Oughos, SVP, vous êtes pourtant, je crois, un homme intelligent. Le coup des blanchons, ce n’est pas à moi de le condamner ou de lui pardonner, là n’est pas du tout la question. Je m’excuse si je vous ai insulté, là n’est pas non plus mon but mais quelquefois je m’exaspère à voir qu’on interprète de travers ce que j’ai dit. Je n’ai pas la prétention d’avoir toujours raison sauf que sur le sujet qui nous intéresse, on a été placé par le comité organisateur devant un fait accompli. Quand on apprend que Sir Paul va venir ici, le contrat, à ma connaissance est déjà signé. On ne peut plus rien pour changer quoi que ce soit. Ma philosophie de vie, ce que j’ai appris depuis tant d’années, c’est que quand on est placé devant quelque chose qu’on ne peut changer, même si on est pas d’accord avec cette chose, on fait le mieux qu’on peut, on tente de renverser la vapeur, on essaie de changer le négatif en positif et finalement, c’est ce qui a été fait. Les reproches qu’on peut lui faire à ce moment-là ne sont que des accessoires inutiles dans LES CIRCONSTANCES. Une fois que nous sommes placés devant une situation en béton ça ne donne rien de gruger ce béton-là, c’est contre productif pour nous.
    Ceux qui l’ont fait venir, l’ont fait sciemment, volontairement. Ils se sont bien foutu des madelinots. Ce ne sont pas les madelinots que je traite d’accessoires, vous auriez pourtant dû comprendre ça, mais bien d’un jeu de situations que ni vous ni moi n’avons provoqués.
    Toute mon intervention portait sur le seul fait que cet événement (le 400ième) avait machiavèlement été organisé contre nous malgré le chrome et les flon flons. La venue de Sir Paul n’était qu’une suite à cette logique du déni du fait français et que dans LES CIRCONSTANCES, Sir Paul avait réussi à surnager au dessus des tractations sous-marines et à réaliser un grand spectacle avec tout le respect qu’il pouvait prodiguer à la foule qu’il avait devant lui. Ce sont les organisateurs ‘’fessiers’’ comme vous dites qui sont responsables de tout ça. C’est pourtant clair et simple !
    Ivan Parent

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    23 juillet 2008

    M. Ivan,
    Vous dites : « On ne comprend que ce qu’on veut, semble-t-il »
    Je vous retourne le compliment : Vous vous fâchez au début de la phrase (répétition de l’historique) sans continuer à lire ce que je dis en vous approuvant : « …nous aurions dû refuser de nous laisser kidnapper les fêtes par les Mousquetaires. »
    Je fais exactement ce que vous préconisez : sermonner ceux qui l’ont invité : les Mousquetaires ! Mais je vais plus loin(je critique 2 choses) : pour ne pas, tout de même, adorer béatement le veau d’or qui nous « donnera visibilité de par le monde », je dis que comme nation unique au monde(française d’Amérique), nous n’avons pas à donner à Sir Paul le bon Dieu sans confession. Donc, si vous me suivez toujours, 2 choses :
    1.- Organisateurs fessiers
    2.- Artiste invité inattaquable dans sa réputation mondiale, mais vulnérable dans son anthropomorphisme des mammifères marins. Je vous trouve bien indulgent pour cet affront humain et économique envers nos compatriotes pêcheurs…(voteurs indépendantistes NON ACCESSOIRES!)
    Finalement, je vous ai déjà signalé cette influence Cloutier envers l’usage du pseudonyme et ses commodités, que vous me reprochez (un peu méchamment ?) pour la première fois. Vous avez l’habitude de me reconnaître sous toutes mes appellations. Eh oui !
    Désolé si ma critique(mesquine et patentée) ne s'élève pas à la hauteur de votre pensée.

  • Archives de Vigile Répondre

    23 juillet 2008

    Il nous faudra p-e un peut de temps pour analyser le contexte historique et le résultât des fêtes du 400.
    ''Globalement parlant, j'y vois plutôt un beau manège bien ficellé par les Québécois et qui se retourne contre une idéologie canadiennisante.
    1- Québec un flop.
    2- oups plus tout à fait un flop.
    3- Finalement un grand succès.
    Aux yeux de l'histoire populaire médiatique mondial maintenant.
    400 ans, on fête, on invite et on montre aux autres ce que nous étions, et ce que nous sommes maintenant.
    1- Ouverture presque raté du 400 en janvier. On y mélange tout et on ouvre sur le multiculturalisme.
    2- On invite un monument représentatif de ce que nous sommes. Une colonie britanique. Le monde entier est invité à la fête.
    3- Comme deuxième partie du grand spectacle mondial(McCartney en fesait uniquement l'ouverture), Celine Dion.
    Monument du succès d'un Québec renfermé sur lui-même? NON
    Ouverture sur le monde et succès. OUI C'est ce que nous sommes devenus maintenant.
    Nous savons qui nous sommes, pas le Monde.
    Pour être honnête, à une fête, on se présente comme on est, pas comme on voudrait être. Cela reste un objectif. Soyons fier de ce que nous sommes vraiment et gardons à l'esprit la cible de notre rêve à tous.
    Bonne fête Québec.

  • Archives de Vigile Répondre

    23 juillet 2008

    Réponse à Eh oui!
    Alors ‘’Eh Oui’’, vous critiquez le fait que j’aie répété une certaine histoire du 400ième. Votre texte même me prouve que j’avais raison de le faire. Je ne le referai pas une troisième fois. On ne comprend que ce qu’on veut semble-t-il. Je suis d’accord avec vous sur un point : nous avons ici de très grands talents qui font aussi fureur à travers le monde, des artistes dont nous sommes fiers. En aucune manière nous n’avions à aller chercher à l’extérieur ce que nous avions chez-nous. Comme Vastel pourquoi vous attaquez-vous à Paul McCartney au lieu de sermonner ceux qui l’ont invité ? Pourquoi viser à côté…pour le plaisir de tirer ? C’est aberrant. Pourquoi refuser d’avoir l’œil suffisamment ouvert pour s’apercevoir qu’il y a anguille sous roche ? Je ne suis pas un fan de sir Paul, ni des Beatles sauf que je trouve injuste et petit de s’en prendre à lui au lieu d’oser débusquer le responsable de cet événement. Même en dehors de toutes ces considérations, arrêtons nos petites mesquineries de critiqueux patentés et attaquons-nous plutôt aux sources des mécontentements plutôt qu’aux accessoires.
    Essayons de nous souvenirs que Sir Paul, pendant deux heures et demie a rendu des centaines de milliers de personnes heureuses. C’est ça que vous critiquez ? Si vous naviguez sur le web vous verrez qu’on a parlé avantageusement de la ville de Québec partout sur la planète. Ce que je soupçonne d’être une arnaque au départ est finalement devenue une extraordinaire publicité pour nous, tout ça dans l’ordre et la paix. C’est ça que vous critiquez ?
    Je vous ferai d’ailleurs remarquer que je signe mes opinions, je ne me cache pas derrière un pseudonyme.
    Ivan Parent

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    23 juillet 2008

    M. Parent,
    Vous titrez VASTEL. Puis vous nous refaites l'historique du 400ième. Peut-être est-ce encore utile de redire tout ça à nous, les Vigilants. Mais il faudrait surtout dire que la francophonie d'Amérique ne s'est pas montrée assez fière pour imposer comme clou de ses fêtes, la crème de ses artistes qui triomphent pourtant de par le monde. Notre belle francophonie aurait dû renoncer au chant des sirènes des "plus meilleurs Beatles du monde qui nous mettrons su'a'mappe". Si nous n'étions pas ces petits provincialistes qui se laissent mettre au monde médiatique par de purs étrangers, nous aurions refusé de nous laisser kidnapper les fêtes par les Mousquetaires.
    Alors le Sir Paul, si on ose lui remettre un peu le nez dans son tas, nous ne devrions pas nous froisser comme la dame de la Grande Allée et son Tancrède... Vous dites:
    "On peut tenter de descendre le personnage de Paul McCartney en parlant par exemple des blanchons des Iles-de-la-Madeleine. C’est à mon avis faire une diversion dérangeante, ce n’est pas ce qui nous préoccupe dans les circonstances, c’est porter l’attention à côté de ce qui est important."
    Au contraire, M. Parent, ce manque de jugement est grave pour une communauté honnête qui gagne sa vie sans plus de cruauté que les gens d'Olymel qui abattent des cochons. La différence est le geste en plein air: le rouge sur le blanc.
    Aujourd'hui même, à cause de ces animalistes ignorants, la communauté européenne se prépare à un boycott total des produits dérivés du loup marin, dont la biologie est strictement observée professionnellement, contre tout danger d'extinction...
    Pas important? Faut pas aveuglément passer par dessus les "dommages collatéraux" comme disent les grands Généraux des armées qui tuent des populations civiles pour protéger le pétrole...