Peut-on confier à Jean Charest le mandat de gérer la crise ?

Une majorité pour un arrogant ?

Chronique de Louis Lapointe

Ainsi, Jean Charest profiterait de la crise économique qui se profile à l’horizon pour reprendre la majorité qu’il a perdu alors que le Québec était dans une période de prospérité. Le Jean Charest qui ne méritait même pas de s’occuper des affaires de la cité et à qui les Québécois ont imposé deux tuteurs lors des dernières élections prétendrait aujourd’hui vouloir agir seul là où il a échoué il y a moins de deux ans.
La majorité est un droit que tous les jeunes Québécois acquièrent lorsqu’ils atteignent l’âge légal de 18 ans. Elle est automatique. Elle signifie pour plusieurs d’entre eux l’âge où ils vont pouvoir enfin entrer légalement dans les bars, un âge où ils peuvent déjà conduire la voiture de leurs parents.
Contrairement à la majorité reconnue chez un jeune adulte, la majorité parlementaire n’est pas un droit qui s’acquiert automatiquement par le passage du temps. Elle nécessite une majorité de comtés acquis à l’occasion d’un scrutin général. Seul le peuple peut l’accorder à celui qui en fait la demande, et seulement s’il démontre qu’il est assez responsable pour gouverner seul.
Si les Québécois ont refusé cette majorité à Jean Charest il y a moins de deux ans, c’est qu’ils le jugeaient immature, arrogant, autocrate et probablement cachottier. Qui ne se souvient pas du Suroît, du mont Orford et du fiasco de l’UQAM? L’actuel capharnaüm du CHUM est une fidèle réédition de toutes ces dérives. Les Québécois ont-ils déjà oublié le salaire supplémentaire que le PLQ verse secrètement à Jean Charest ? Une pratique qui a presque mis fin prématurément à la carrière politique du chef de l’opposition officielle, Mario Dumont. Jean Charest mérite-t-il qu’on lui accorde cette majorité qu’il demande ? Est-il vraiment la personne qu’il faut au Québec pour naviguer seul dans la crise qui s’annonce ? Est-il suffisamment mature pour se passer de tuteurs ?
En un mot, confieriez-vous les clés de votre voiture à un jeune adulte arrogant, qui ne respecte aucune de ses promesses ? Tous les parents savent d’expérience que ce genre d'enfant risque un jour ou l’autre de dépasser les limites de vitesse permises, de conduire en état d’ébriété et même d’être la cause de sérieux accidents. Parce qu’il n’a pas réussi à mériter la confiance de ses parents, il ne peut donc espérer conduire leur voiture tant qu’il n’aura pas fait la démonstration hors de tout doute qu’il en a la capacité.
C’est exactement la situation à laquelle sont confrontés les électeurs québécois lorsque Jean Charest leur demande de gouverner seul. Il a nettement l’attitude de cet adolescent rebelle qui n’écoute aucun conseil, se croyant plus intelligent que ses parents. Un adolescent qui réclame les clés de la voiture alors qu’il refuse de leur dire où il va, avec qui il sort, à qu’elle heure il va rentrer et s’il a l’intention d’aller prendre une ou plusieurs bières avec ses copains. À l'image d'un adolescent, Jean Charest veut aller en élections alors que les Québécois ne le veulent pas !
Il est toujours aussi arrogant qu’il l’était, les deux dernières semaines l’ayant manifestement démontré à tous les Québécois. Il se comporte comme s’il était majoritaire, alors que tout le monde sait qu’il est minoritaire. Un comportement niant la réalité et frisant la schizophrénie. Le réalise-t-il ? Jean Charest agit exactement comme un enfant de 17 ans qui revendique son droit d’aller dans les bars avec la voiture de papa, alors qu’il n’a pas la majorité requise.
Un parent responsable confierait-il les clés de sa voiture à un tel adolescent sachant qu’il va passer sa soirée dans les bars? La réponse est simple, non. On ne peut pas faire confiance à une personne arrogante qui n’a pas la majorité voulue. Exactement la situation dans laquelle se trouve Jean Charest actuellement! Il ne mérite tout simplement pas la confiance des électeurs.
Louis Lapointe

Featured bccab87671e1000c697715fdbec8a3c0

Louis Lapointe534 articles

  • 848 169

Autrefois avocat, chroniqueur, directeur de l'École du Barreau, cadre universitaire, administrateur d'un établissement du réseau de la santé et des services sociaux et administrateur de fondation.





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    7 novembre 2008

    Ce sont l'argent, les anglo-québécois et les votes ethniques qui maintiennent ce petit politicien sans envergure au pouvoir, mais c'est aussi grâce à une minorité de québecois qu'il occupe un poste dont il n'est pas digne.
    Je n'arrive pas à comprendre comment des québécois de souche peuvent voter pour cet individu qui travaille contre leurs intérêts. Qu'est-ce qui les fait voter pour lui? Ont-ils peur? Sont-ils colonisés? Sont-ils des ignorants de la chose politique? Sont-ils des cocus contents? Sont-ils des valises?
    Je n'en reviens tout simplement pas.
    Si John James Charest est reporté au pouvoir, nous nous retrouverons au fond du baril, dans la déprime complète,sans aucun espoir de nous affirmer comme peuple.
    Alors, avant de voter Charest, ce conservateur-libéral, il serait sage de consulter un psychiâtre pour éviter toute tentative de suicide.

  • Jean-François-le-Québécois Répondre

    31 octobre 2008

    John James Charest, petit homme grassouillet et bas sur pattes, d'honnêteté douteuse, et d'envergure intellectuelle... ordinaire, disons, est le genre de personne que rien, mais rien, ne destinait à être premier ministre. Mais avec une bonne dose de ruse et d'hypocrisie (et avec l'aide de gens bien placés, sans aucun doute), le voilà chef de notre gouvernement!
    Quand il a gagné les élections, une première fois, sur bernard Landry, je me disais qu'une catastrophe s'en venait; quand il a réussi à arracher un second mandat, après être devenu pourtant l'homme le plus détesté du Québec lors du premier, je me suis demandé ce qui se passait dans la tête de mes concitoyens québécois...
    Si ce personnage est réélu encore une fois, je crois que je vais déménager! Peut-être pas en France (car ils présentement Sarko au pouvoir); peut-être aux États-Unis...
    Je crois, sans prétendre avoir connu toute l'ampleur de leur souffrance, que je suis un peu comme ces Juifs qui, dans l'Antiquité, furent les premiers à quitter l'ancien Israël, au tout début de la Diaspora; quand l'empereur romain Marc-Aurèle commanda à ses légionnaires de détruire le Temple de Jérusalem, beaucoup d'Israélites, ont préféré aller vivre ailleurs, plutôt que de faire face, de façon quotidienne, au spectacle du Temple détruit...
    Ça me fait mal, de voir un «deux de pique» comme John James Charest, poursuivre son oeuvre et dénaturer le Québec. Et attention: si même en période de relative prospérité, il semblait souvent dépassé par les événements... attendez un peu que la grande crise économique annoncée s'abatte sur nous! J'en connais un qui ne saura vraiment, mais vraiment plus quoi faire!!!

  • Archives de Vigile Répondre

    30 octobre 2008

    Pittacos de Mytilène* avait laissé cette phrase comme indication des limites de l'arrogance et de la vertu dans l'exercice du pouvoir politique : La gestion du pouvoir révèle la valeur d'un homme .
    _________________
    *. Homme d'État grec, l'un des « Sept sages » de l'Antiquité. Il fut choisi par le peuple pour avoir délivré sa patrie du tyran Mélanchros et tué le général athénien Phrynon, dont la ville soutenait la tyrannie. Après avoir gouverné de 589 à 579, il abdiqua volontairement en expliquant : « J’ai été effrayé de voir Périandre de Corinthe devenir le tyran de ces concitoyens après en avoir été le père. Il est trop difficile d’être toujours vertueux ». Passage extrait de Wikipedia.