À l'Assemblée nationale

Une Haïtienne et une Arabe qui voudraient bien nous mener par le bout du nez

Le tiers-monde à l'assaut de l'Occident

739b192c3b4c8c5cd8b3fbfa55ee15a6

Tribune libre

C'en est rendu qu'une députée haïtienne et une députée arabe voudraient bien nous mener par le bout du nez.


Voilà le triste constat auquel on arrive lorsqu'on observe de plus près ce qui se passe à l'Assemblée nationale du Québec par les temps qui courent.



Tous les jours au bulletin de nouvelles, vous pouvez être certain d'avoir sous les yeux ces deux personnes qui s'en prennent ouvertement aux Québécois de souche, aux principes établis de la vie en société québécoise, parlant toujours au nom des minorités qu'elles représentent. Elles siègent actuellement dans l'opposition, dans l'opposition aux choix des Québécois. Mais pour qui se prennent-elles donc?


C'est le tiers-monde à l'assaut de l'Occident.



Allons-nousnous laisser intimider, nous laisser dicter notre conduite par des gens issus des pays les plus sous-civilisés, les sociétés les plus rétrogrades de la planète? Il n'en est pas question.


Le Parti libéral du Québec, justement déserté par les francophones pure laine qui ont fini par voir clair dans leurs manigances, est nettement devenu le parti exclusif des anglophones, des allophones, des tiers-mondistes, des communautés ethniques, des musulmans et autres religions importées qui refusent des évidences comme la laïcité et l'égalité homme/femme.



Tout ce beau monde considère les Québécois de souche comme des ennemis à abattre et à remplacer par la submersion migratoire. Ils se liguent ensemble pour s'opposer à notre grand projet d'une société à notre image, dans le prolongement naturel de notre cheminement historique.


Ces minorités veulent toujours plus d'immigration massive originant du tiers-monde miséreux, plus de réfugiés frauduleux, plus de pouvoir, de multiculturalisme, de diversité imposée; ils cautionnent l'islamisation de la société; ils nient l'ensauvagement qui se traduit par une hausse marquée de la criminalité due aux minorités ayant un taux plus élevé de violence innée.



Est-ce vers cela que s'en va notre société?


Ne nous en laissons pas imposer par leurs scènes hystériques, leurs emportements, leurs gesticulations, leur picossage hargneux.



Tous les Québécois d'ici sentent bien les mauvaises intentions derrière toutes ces interventions qui visent à leur faire céder toujours plus de terrain.



Il est risible de voir comment le PLQ maintenant démasqué, ouvertement à la solde des anglophones et des minorités essaie de changer son image en voulant faire croire qu'il est "revenu" de notre bord, qu'il prend nos intérêts à coeur. Foutaise que tout cela. Personne ne sera assez bête pour croire à leur boniment remâché, à leurs salamalecs éculés.



Ces deux cas nous font réaliser la nécessité d'imposer des cotas limitant l'immigration de certaines communautés pour s'assurer qu'elles ne chambardent pas l'équilibre social à notre détriment.


Imaginons le désastre si un jour l'Assemblée nationale du peuple québécois venait à être infiltrée par un député sikh hindou fanatisé ou par un imam musulman intégriste véhément, multipliant les revendications épousant les dogmes de leurs religions dépassées.



En ce sens, les 2 députées dont il vient d'être question ne sont peut-être que la pointe de l'iceberg de ce qui nous attend si on laisse continuer l'immigration de masse débridée. Nous risquerions alors de perdre peu à peu tous nos pouvoirs de diriger notre destinée, lesquels tomberaient aux mains d'étrangers aux priorités fort divergentes des nôtres, avec toujours plus de tentatives de se soustraire à nos lois et nos règles du bien-vivre ensemble.


Que ceux qui font passer les autres avant les Québécois soient confondus!



Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie565 articles

  • 1 075 990

Réjean Labrie, né en 1954, est originaire de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire une grande fierté d’être un enraciné de la 10ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses quelque 555 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partagé sa réflexion s'étendant sur une période de plus de 10 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Réjean Labrie Répondre

    12 février 2021

    Le chef de l’opposition à l’Hôtel de Ville de Québec Jean-François Gosselin ne s'en est pas laisser imposer par les sparages de nos deux mégères étrangères qui voudraient bien nous mener par le bout du nez.


    Il a pointé du doigt la cheffe libérale, Dominique Anglade, et la nouvelle porte-parole des dossiers de la capitale, Marwah Rizqy, deux « élues de Montréal », a-t-il pris la peine de souligner.


    « Mesdames, en tout respect, votre position par rapport au projet de tramway à Québec déraille, mais pas à peu près. Votre position ne reflète en rien la réalité de Québec, et je vous invite très respectueusement à aller consulter les citoyens de Québec », a lancé ce farouche opposant au projet du maire visiblement outré de leurs sorties respectives en chambre la veille et de leur appui à Régis Labeaume


    M. Gosselin nous indique la voie à suivre.


    Source: deux mégères étrangères remises à leur place


  • Réjean Labrie Répondre

    17 janvier 2021

    Une troisième étrangère du tiers-monde sous-civilisé à vouloir nous mener par le bout du nez.


    Fâcheuse tendance, à ces deux mégères inapprivoisables dont il est question dans l'article plus haut vient de s'ajouter une deuxième arabe musulmane, radicale cette fois-ci, au poste de commissaire contre le racisme des pures laine, nommée avec la complicité tacite de la mairesse Plante, qui ne cache décidément plus ses couleurs "les ethniques passent avant les de souche".



    Cette militante arabe, musulmane, tunisienne, étrangère, est intimement liée à des organisations belligérantes comme le Conseil musulman canadien qui s'en prend continuellement aux lois voulues par le peuple québécois et qui sont décidées pour eux par le gouvernement qui les représente.


    Une telle inculquée vendue à sa cause islamique ne saura jamais au grand jamais faire preuve d'objectivité dans ses agissements. Son biais sera toujours du bord des ethniques aggressants et jamais du bord des Québécois de souche qui veulent vivre dans leur pays selon leurs critères évolués, et non pas ceux des pays arriérés d'où ces immigrés viennent.



    Imaginez: cette militante aveuglée a osé traiter publiquement la grande et noble loi 21 sur la laïcité de l'État de suprémacisme blanc et de racisme. Ce faisant, elle a de fait amalgamé tous les Québécois dans ce qui devient une insulte grave à la population entière et à sa conception légitime du bien-vivre ensemble.


    Cette arabe musulmane doit être limogée sans délai avant même son entrée en fonction pour qu'elle ne commette aucun irréparable dégât.



    Elle doit être remplacée par un Québécois de souche nationaliste affiché qui saura défendre la population native contre les attaques répétées des minorités radicales et religieuses qui devront être constamment remises à leur place, afin de les astreindre à vivre au Québec selon nos règles établies, mais surtout pas les leurs.


    Devons-nous laisser une femme musulmane, arabe, tunisienne, étrangère, particulièrement vindicative, considérée comme militante radicale, dicter leur conduite aux Québécois? La réponse est non, pas question.