INITIATIVE POPULAIRE

Une démarche vouée à l’échec

24787aa74c195f6e7b3bca05787d317b

Les pêcheurs de lune

Ça recommence. Encore les conditions gagnantes, encore le moment opportun. Encore et encore reporter à plus loin la tenue d’un référendum sur la souveraineté sous des prétextes que l’on ne veut pas voir ou avouer.

Cette fois-ci, un des candidats à la direction du Parti québécois, Alexandre Cloutier, nous invite à croire à la réalisation prochaine (2021) de la souveraineté avec une proposition en apparence toute simple : amener un million de Québécois et de Québécoises à signer un registre demandant la tenue d’un référendum sur la souveraineté. Disons-le clairement tout de suite : cette proposition mène à un cul-de-sac.

La chose a déjà été essayée, dans des conditions ultra-favorables, qui ne risquent pas de se reproduire, et a pourtant été un échec. J’en sais quelque chose, j’étais aux premières loges, du début à la fin.

Retour en arrière

En février 1991, quelques mois après l’échec de l’Accord du lac Meech, a été créé un mouvement appelé Mouvement Québec 1991. Il prônait la souveraineté du Québec. Deux mois plus tard, la commission Bélanger-Campeau déposait son rapport et recommandait la tenue d’un référendum sur la souveraineté au plus tard le 26 octobre 1992.

Voyant que rien ne se passerait en 1991 malgré cette recommandation, Mouvement Québec s’est transformé au début de l’année 1992 en Mouvement Québec 92 avec dorénavant comme objectif de recueillir un million de signatures pour la tenue d’un référendum sur la souveraineté en 1992.

Or, cet exercice n’a pas réussi. En effet, en août 1992, Mouvement Québec a fermé ses livres. Il avait recueilli 700 000 signatures. Ce n’est pas rien ! Néanmoins, c’était 300 000 signatures de moins que l’objectif visé. Pourtant, les conditions n’avaient jamais été aussi favorables à l’atteinte de cet objectif.

Que l’on en juge :

1 — Les membres du conseil d’administration de Mouvement Québec étaient des dirigeants des organismes suivants : le Parti québécois (PQ) et le Bloc québécois (BQ), les présidents des centrales syndicales : la Confédération des syndicats nationaux (CSN), la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), la Centrale des enseignants du Québec (CEQ), l’Union des producteurs agricoles (UPA), l’Union des artistes (UDA) ainsi que les présidents des organismes nationalistes : le Mouvement national des Québécois (MNQ) et la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB).

À ce groupe sélect de la société civile s’étaient jointes rapidement deux organisations importantes : la Fédération des femmes du Québec (FFQ) et la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec (FIIQ). Ces organismes ont mis leurs membres à contribution en les incitant à signer la pétition et à la faire signer par d’autres personnes (famille, travail, amis, etc.)

2 — La commission Bélanger-Campeau avait recommandé la tenue d’un référendum sur la souveraineté du Québec avant la fin de 1992.

3 — Jamais les sondages n’avaient été aussi favorables à la souveraineté. Chez CROP elle passait de 43,4 % pour (40,5 % contre) en octobre 1989 à un sommet jamais dépassé depuis de 63 % pour (29 % contre et 8 % de discrets, en novembre 1990, et de là à 46 % pour (45 % contre et 10 % de discrets) en août 1992.

4 — Sur la scène politique, il n’y avait que le PQ et le Bloc qui devaient s’entendre entre eux, pas de Québec solidaire, pas d’Option nationale, ni aucun autre parti.

C’est leurrer les gens que de tenter de leur faire croire que la démarche souverainiste commencera, une fois que le Parti québécois aura été à nouveau élu.

Si on n’a pas été élu avec le mandat de faire la souveraineté, ou de déclencher un référendum sur la souveraineté, comment le gouvernement pourrait-il « accompagner » légitimement une démarche visant à entreprendre ce que l’on avait dit que l’on ne ferait pas ? Puis, il faudra bien gouverner, non ? Le parti n’a-t-il pas été élu pour cela ? Et…


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé