Un cru décevant

Élections 2006


ÉDITORIAL - Avec la création de 35 700 emplois nets en moyenne annuelle, l'année 2005 ne fut pas la pire que le Québec a connue, mais elle ne fut pas non plus un grand cru, tant s'en faut! En y regardant d'ailleurs de plus près, on constate qu'il s'en serait fallu de peu pour que nous assistions à un renversement de la tendance et à une remontée du taux de chômage. Ce qui pourrait bien survenir en 2006.
On peut faire dire ce que l'on veut aux chiffres, l'important c'est de remettre le tout en perspective. Par exemple, le fait que le taux de chômage ait atteint un plancher de 8,2 % en 2005 constitue un record des trente dernières années. En effet, il faut remonter au début des années soixante-dix pour retrouver un taux aussi bas, en moyenne annuelle, pour le Québec.
Au lendemain de la dure récession des années quatre-vingt-dix, le chômage avait grimpé au-dessus de la barre de 13 %, et il a fallu attendre six ans avant qu'il redescende sous les 10 %. Par conséquent, réjouissons-nous de pouvoir vivre à une époque où la question du chômage ne fait même plus partie du discours des politiciens en campagne électorale. Cela dit, il y a une autre façon de voir les choses.
D'abord, un taux de 8,2 % est encore loin d'être satisfaisant puisqu'il laisse sans emploi quelque 334 000 personnes qui souhaitent travailler. Compte tenu de divers facteurs tels que l'existence de régions ressources en difficulté où le taux de chômage atteint 20 %, sans grand espoir d'amélioration, du manque de formation d'une portion non négligeable de la population, il est difficile d'imaginer un taux de chômage inférieur à la moyenne canadienne qui est de 6,8 %. Entre 6,8 % et 8,2 %, la marge est donc suffisamment importante pour qu'on continue de s'intéresser aux questions du chômage, de décrochage scolaire, de formation de la main-d'oeuvre et de course aux investissements créateurs de richesse.
Ensuite, il faut voir que la situation actuelle est le résultat cumulé de plusieurs années de croissance ininterrompue qui ont permis de réduire progressivement le taux de chômage. L'emploi a augmenté chaque année depuis 1996, alors qu'il avait diminué quatre fois au cours de la décennie précédente. Voilà qui fait toute la différence. D'autant que le nombre de nouveaux emplois a atteint un niveau record de 128 000 en moyenne annuelle en 2002, une performance extraordinaire qui fut suivie de deux hausses successives de 57 000 et de 60 800 emplois pour un total de 245 000 emplois en trois ans seulement!
Tout cela a permis de réduire le chômage existant et d'absorber la main-d'oeuvre fraîchement sortie des écoles.
C'est ici que les chiffres deviennent trompeurs. Alors que 2005 a été une année record au chapitre du taux de chômage, résultat cumulatif de plusieurs années de croissance, elle a aussi été la moins bonne année de la décennie avec une augmentation d'à peine 35 700 emplois, soit 1 % de plus qu'en 2004.
La question qui se pose est la suivante: après tant d'années de croissance, se pourrait-il que l'emploi ait atteint une sorte de plafond difficile à dépasser ou s'agit-il seulement d'une pause?
Inutile de jouer les devins, le risque d'erreur est aussi élevé qu'à la loterie. Ce qui l'est moins, c'est l'analyse des tendances qui ont cours à l'heure actuelle. Or que voit-on sur le marché nord-américain auquel nous appartenons?
D'abord, une hausse de la demande et du prix des produits pétroliers dont les premiers bénéficiaires sont les provinces de l'Ouest et les plus grands perdants, celles de l'Est. Conséquence: l'Alberta connaît un boum extraordinaire qui pousse les salaires, les prix et la valeur du dollar canadien à la hausse, ce qui incite la Banque du Canada à relever son taux d'intérêt. Ajoutons-y le ralentissement prévu aux États-Unis, principal client des entreprises québécoises et ontariennes, et voici réunis quelques facteurs inquiétants pour la suite des choses.
Devant une conjoncture aussi contradictoire, les plus optimistes voient dans la hausse du dollar canadien l'espoir d'assister à une relance des investissements des entreprises en équipements achetés sur le marché mondial à meilleur prix, alors que les plus pessimistes prédisent des difficultés sans nom pour les entreprises manufacturières comme les constructeurs d'automobiles dont le manque de vision était devenu gênant.
En ce début de 2006, choisissez votre camp, et nous en reparlerons dans douze mois...


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé