Mon pays, ce n'est pas le pétrole

Normand Rousseau

Élections 2006

Lettres: Gatineau, le 7 janvier 2006 - Certains fédéralistes affirment que se séparer du Canada actuellement serait une folie puisqu'il est en train de devenir un des plus grands producteurs de pétrole au monde.
D'abord, je trouve insultant pour les Canadiens anglais de dire que les Québécois vont rester au Canada simplement pour leur pétrole et non pour leurs beaux yeux, comme on en a l'habitude.
Le pétrole a été découvert en 1942 en Alberta. Avant 1942, si on en croit leur raisonnement, le Canada privé de pétrole aurait dû renoncer à son indépendance pour se joindre aux États-Unis ou à l'Arabie Saoudite.
De plus, un grand nombre de pays riches et développés n'ont pas de pétrole et ne renoncent pas pour autant à leur indépendance.
Ces fédéralistes nous disent que le Québec, tout en payant son pétrole au prix mondial, va recevoir 10 milliards de plus provenant du pétrole albertain d'ici les deux prochaines décennies. Mais ils oublient que le fédéral a endetté le Québec de 125 milliards, une dette qu'il nous fait payer que l'on reste dans le Canada ou qu'on s'en sépare. Ils oublient également que, pendant des décennies, le Québec a payé des milliards pour soutenir l'agriculture de l'Ouest.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé