Tout redevient possible!

PQ - en marche vers le pouvoir

Si vous êtes comme moi, vous en avez probablement marre des plumes de droites fédéralistes qui affirment sans cesse que la souveraineté, c’est mort, que la population a autre chose en tête et que ce n’est plus dans l’air du temps. Ne se gênant même pas pour associer directement le score du PQ lors des sondages aux appuis à la souveraineté. En fait, tout le monde sait très bien que c’est complètement différent. Ce weekend aura tout fait pour les contredire. D’abord, le 93 % au vote de confiance de Pauline Marois. Ensuite, le tout dernier sondage Léger Marketing – Le Devoir démontrant que les appuis à la souveraineté oscillent autour des 43 %. Finalement, de nombreuses idées en vue de concrétiser l’avènement du pays!
Je tiens tout d’abord à féliciter les militants et Mme Marois pour ce score historique. C’est la preuve que le PQ est plus déterminé que jamais à déloger les libéraux et à travailler à la concrétisation de notre grand rêve. Que tous ceux qui voyaient en Pauline Marois une chef éphémère se le tiennent pour dit, elle est là pour rester… et gouverner! Ce 93 % c’est par contre bien plus que la victoire de Pauline Marois, c’est la victoire de militants et d’un parti, comme l’a d’ailleurs dit Mme. Marois en ouverture de son discours suite au dévoilement du résultat. C’est notre victoire, en effet, car c’est la preuve que le PQ s’est remis en marche après les nombreux bouleversements des dernières années. Cette fois, nous sommes unis, peut-être plus que jamais auparavant, et on va de l’avant! Les sondages confirment d’ailleurs que nous sommes sur la bonne voie : celle de la souveraineté.
Certains diront qu’on ne fait pas le pays avec 43 %. C’est vrai. Toutefois, je rappellerai à ces derniers que lors du déclenchement du dernier référendum en 1995, les appuis à la souveraineté étaient inférieurs à ce 43 % et pourtant nous sommes passés plus près que jamais de l’avoir ce pays! En fait, nous l’aurions déjà si ce n’était des fraudes et manigances des fédéraux au plus grand mépris de la législation québécoise sur les consultations populaires… Mais je m’égare, revenons à ce qui nous intéresse.
43 %, qu’est-ce que ça veut dire? La réponse est simple : tout est encore possible! Je dirais même que tout est à portée de main et qu’il ne suffit que d’un petit geste pour attraper le fruit. Évidemment, il ne faut pas brusquer le geste au risque de voir le fruit s’écraser au sol. Il faut y aller lentement et consolider chacune des avancées avant d’entamer la prochaine. Certains m’accuseront peut-être de faire preuve d’étapisme ou d’attentisme, mais je leur répondrai simplement qu’à vouloir frapper trop fort, on risque davantage de se blesser et de perdre l’objectif de vu. Ce qu’il faut faire, c’est consolider ce 43 %; il faut faire en sorte qu’il ne bouge plus, que les appuis redeviennent stables avant de chercher à les augmenter. Le seul problème, c’est qu’au fil de l’évolution de la société québécoise, le travail qui a déjà été fait en ce sens par le passé est aujourd’hui à refaire.
À ce titre, la « proposition Crémazie » nous fournit l’essentiel de l’arsenal pour y arriver. La mise à jour des études sur la viabilité d’un Québec souverain permettrait de rassurer, une fois de plus, les Québécois sur les possibilités que nous offre la souveraineté et sur notre viabilité à long terme sans les transferts fédéraux. La précision du projet fournirait une idée claire de la direction que compte prendre le Québec une fois souverain. Sur ce plan, la rédaction et l’adoption d’une constitution proprement québécoise est essentielle. Je suis donc ravi de la voir adoptée par le congrès!
Pour finir, il m’apparaît évident que la « proposition Crémazie » et la gouvernance souverainiste ne sont pas incompatibles. En fait, elle se complète à merveille. L’une consolide les appuis à la souveraineté à coup d’études et d’éclaircissements sur le projet, l’autre réalise des gains concrets et fait progresser les appuis en vue du grand soir. Elles ne sont donc pas incompatibles! En fait, elles sont à ce point complémentaire que l’on pourrait douter de l’achèvement de l’une sans l’autre. On pourrait voir ça comme une nouvelle approche mariant rationalité et émotion dans un but bien précis : l’indépendance.
Maintenant finis les divisions! Travaillons ensemble pour en finir avec ce gouvernement et pour enfin travailler à ce qui nous anime tous : l’indépendance! À partir de maintenant, et comme l’a si bien dit Gilles Duceppe, tout redevient possible! Bravo aux délégué(e)s!

Featured 20f8e06f50e27d447a1334bd61ce9a39

Marc-André Pharand12 articles

  • 9 082

Étudiant en
Affaires publiques et Relations internationales à l'Université Laval,
Blogueur, Militant politique. Combat l'entêtement idéologique !

Québec





Laissez un commentaire



6 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    18 avril 2011

    Salut Marc-André,
    Ce n'est pas nouveau, il n'y a pas de médias de masse clairement souverainistes. Il faudrait que le Conseil de la souveraineté reçoive quelques généreux dons et qu'il fasse le travail de promotion de la souveraineté qu'il est sensé faire. Pour l'instant, le président Larose et les souverainistes fortunés dorment au gaz.
    Laurent

  • Henri Marineau Répondre

    18 avril 2011

    M. Pharand,
    Pouvez-vous me dire en quoi le plan de gouvernance souverainiste "réalise des gains concrets et fait progresser les appuis en vue du grand soir"?
    En termes plus clairs, en quoi une vieille stratégie, à maintes occasions essayée sans succès, pourrait tout à coup devenir efficace?
    Henri Marineau
    Québec

  • Archives de Vigile Répondre

    18 avril 2011

    Je viens de sortir de ce congrès déçu ; Marois a reçu un vote confiance ÉLEVÉ « non mérité » parce que trop tôt finalement, quel désenchantement de la voir renverser une proposition sur l'affichage unilingue.Il aurait fallu attendre de voter jusqu'à dimanche midi. Elle a donc forcé habilement la note, quant à moi je lui accorde 27% sur 100%... aux prochaines élections générales,et encore qui vivra verra ; elle ne retrouvera pas les votes perdus depuis Landry, mdr!

  • Archives de Vigile Répondre

    18 avril 2011

    Si d'aventure le PQ réitère sa volonté de former un "bon" gouvernement "provincial" lors des prochaines élections tout sera mis en oeuvre pour discréditer et ridiculiser ce parti dans la population. Souverainiste je me ferai un devoir de participer personnellement à son discrédit et à le tourner au ridicule. Cette pratique du PQ de l'alternance souverainisme / provincialisme, souverainiste dans l'opposition et provincialiste dans l'exercice du pouvoir, en répugne plus d'un(e). Chat échaudé craint l'eau froide...À suivre.

  • Archives de Vigile Répondre

    18 avril 2011

    Pour ëtre Bref, aux prochaines *Provinciales*; 1 Vote pour le P.Q.=1 Vote pour l'indépendance; Pourquoi Redemander la *Même* Question 2,3,4,fois??? Ça donne juste une chance a l'adversaire Fédéral qui est dans les *Cables* de revenir en force et de nous mettre K.O.C'est,il me semble une régle élémentaire de *Combat que nos *Adversaires,eux conaissent depuis *Longtemps*...
    Ensemble,;et *Seulement Ensemble* Nous *Vaincrons*.

  • Archives de Vigile Répondre

    18 avril 2011

    Je suis bien contente des résultats du congrès. C'est trop drôle de voir les médias qui n'ont pas leur «no-nos» habituel à gruger pour se moquer de la dissidence au PQ. Ils doivent se contenter de parler de la langue d'affichage, puisqu'ils n'ont plus rien à dire sur le leadership de Mme Marois.
    Ils réussissent tout de même à trouver des titres de nouvelles négatifs: congrès des crêpes (cyberpresse) et les girouettes (M. David, Le Devoir: décevant!).
    Tant pis pour les éteignoirs! Au travail maintenant, chacun à notre façon et dans l'organisme qui nous convient. On pèse un peu plus fort sur l'accélérateur, en route vers notre pays.
    Une préoccupation cependant: comment allons-nous réussir à faire partager notre rêve pas nos immigrants? Des suggestions, s'il vous plaît. Ça presse!