« Speak White! » ou encore mieux « Fucking Frenchmen! »

Tribune libre - 2007

À Serge Quinty, directeur des communications, Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada.

Que pensez-vous des questionnements, pour ne pas dire des solutions, proposés par [Madame Collard de La Presse pour remédier au problème->6722]?

Comme si ce n’est pas ce que les francophones hors Québec font depuis toujours et avec les résultats que Graham Fraser constate à nouveau, pour une énième fois et ad nauseam !

« Au fond, ce que démontre ce rapport, c'est qu'au Canada, le bilinguisme est un droit qu'il faut sans cesse revendiquer. » Est-ce que ça se peut que pour un humain normalement constitué… il y a autre chose à faire dans la vie?

Vous pourriez peut être lui organiser un petit séjour à Calgary ou Halifax, où elle pourrait expérimenter ses théories, pour se faire répondre « Speak White! » ou encore mieux « Fucking Frenchmen! », à la Shane Doan!

Pour ce qui me concerne, je prends son article comme une insulte à votre égard et une ignorance totale du dur combat que vous devez livrer, avec acharnement et ceci quotidiennement!

Laurent Desbois
Ex-francophone hors-Québec,

fier Québécois depuis trente ans

et canadian… par la force des choses et temporairement …. sur papiers seulement!
PS En guise de préparation, vous pourriez peut-être lui transmettre une copie de votre rapport : « Les héritiers du Lord Durham ».

Featured 2985a9f8ba1f3c6f4f8cd1587cd591cb

Laurent Desbois92 articles

  • 64 619

Ex-franco-hors Québec, d’origines métis et acadienne, fier Québécois depuis plus de quarante ans, et canadian… par la force des choses et temporairement …. sur papiers seulement!





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Laurent Desbois Répondre

    17 mai 2007

    Monsieur Quinty,
    Dans le monde des interprétations, tout le monde a raison.
    « Ne sommes-nous pas, nous aussi, coupables de laxisme lorsque nous acceptons sans broncher que l'employé d'un service fédéral ne nous réponde pas dans notre langue? »
    La question se pose : « Qui est inclus dans le nous aussi? »
    1. Les francophones hors Québec? Selon ta lecture, ce ne sont pas eux.
    2. Les anglophones? Je n’ai pas compris cela et surtout, comment peut-elle s’inclure dans ce nous.
    3. Les franco-Québécois? Depuis que j’ai opté de revenir dans mon pays d’origine, je vie une vie normale et je n’ai plus à demander un service fédéral qui me réponde dans ma langue. De plus, mon gouvernement national, ainsi que les organismes civils du Québec (ex, la société Saint-Jean-Baptiste), ont de tout temps appuyé de toutes les façons le respect des francophones hors Québec et l’application des lois fédérales qui s’appliquent à eux.
    Personnellement, j’opterais pour une réciprocité des services offerts à nos minorités respectives. Je crois que les anglo-Québécois trouveraient cela assez ordinaire, mais je ne vois pas d’autres façons pour vous obteniez justice. C’est le principe bien connu : « What is good for the goose, is good for the gander! ».
    A titre d’exemple, je vous suggère d’aller voir le site du réseau d’organismes et de ressources communautaires, et d’institutions publiques qui s’efforcent d’assurer l’accès aux services de santé et aux services sociaux destinés aux collectivités anglophones du Québec (CHSSN), sous la rubrique :
    Home » Services in English » Establishments - Points of service, Establishments - Points of service.
    http://www.chssn.org/fr/default.asp
    J’ai lu hier dans la presse canadienne, que le gouvernement fédéral va leur verser 30 millions en cinq ans pour permettre que les Anglo-Québécois puissent recevoir des services de santé en langue anglais.
    Si je compare cela au diachylon de l’hôpital Monfort!!!!!
    On offre une aspirine au patient en soin palliatif et le reste du budget à celui qui a un rhume de cerveau!!!
    PS J’ai donc transmis copie de nos communications à la première concernée afin qu’elle puisse nous préciser qui était concerné par son « nous ».
    -------------------------------------------------------
    De : Serge Quinty [mailto:s.quinty@fcfa.ca]
    Envoyé : 16 mai 2007 13:25
    À : 'Laurent Desbois'
    Objet : RE : « Speak White! » ou encore mieux « Fucking Frenchmen! »
    Bonjour et merci de vos commentaires,
    J’ai bien vu l’article de Mme Collard. J’en fais personnellement une lecture un peu différente. Elle semble dire clairement que les minorités francophones portent à bout de bras la cause du bilinguisme et elle critique plutôt l’attitude de ceux et celles qui ne les appuient pas davantage dans cette lutte.
    Meilleures salutations,
    Serge Quinty
    Directeur des communications
    FCFA du Canada
    450, rue Rideau, bureau 300
    Ottawa (Ontario) K1N 5Z4
    Tél. (613) 241-7600
    Télec. : (613) 241-6046
    Cell. : (613) 286-4820
    Visitez notre nouveau forum de discussion en ligne au www.fcfa.ca!