Souveraineté : Françoise David promet une démarche inédite

Québec 2007 - Québec solidaire

par Gravel, Pauline
Québec Solidaire proposera une démarche inédite pour accéder à la souveraineté. Françoise David l'a annoncé hier après-midi lors de son investiture dans la circonscription de Gouin. Souverainiste convaincu, le chanteur Luck Mervil, est venu saluer la candidate et lui souhaiter bonne chance, à défaut de lui offrir un soutien ferme et clair.
À ceux qui doutent de la position de Québec Solidaire sur la souveraineté, Mme David a rappelé que la souveraineté figurait parmi les principes fondateurs de la déclaration votée à l'unanimité au congrès de fondation de son parti.
À la fin novembre, lorsque le parti présentera ses engagements électoraux, qui seront «clairs et concrets» annonce-t-on, on précisera la démarche que Québec solidaire entend emprunter pour réaliser la souveraineté. «Il s'agira d'une démarche qu'aucun autre parti ne propose. Cette démarche sera très large, très inclusive de ce qu'on appelle la démocratie participative», a déclaré Mme David qui a été chaudement acclamée par ses militants. «La démarche permettra aux souverainistes de s'exprimer, mais aussi à tous les autres, soit les 50 % à peu près de Québécois qui ne sont pas convaincus que la souveraineté du Québec est une chose nécessaire. Quand un peuple veut devenir souverain, il est important qu'il rallie le plus grand nombre de gens possible. Et pour ça, il faut le temps d'écouter et de permettre les débats entre les gens.»
Luck Mervil nuance
Pour son investiture, Françoise David était entourée des candidats Amir Khadir et François Saillant, ainsi que de la journaliste Ariane Émond, de l'instigatrice du commerce équitable au Québec, Laure Waridel, et du chanteur Luck Mervil. Depuis l'entretien qu'il a accordé au Devoir, le chanteur a grandement nuancé ses propos dans les médias qui l'ont assailli depuis notre publication de samedi. «Ce n'est pas l'homme d'un quelconque parti qui est là aujourd'hui, ce n'est pas le représentant d'une minorité visible non plus, c'est surtout le citoyen qui est là, dans le sens où je suis ici pour jouir de mes droits et remplir mes devoirs civils et politiques», a-t-il lancé aux militants de Québec solidaire.
«Le geste que je pose aujourd'hui ne signifie pas que je vais voter pour ce parti-ci ou un autre, a expliqué Luck Mervil. Mon geste est celui que tout citoyen aurait dû poser. La démocratie nous donne un grand pouvoir, mais ce pouvoir implique une responsabilité. La seule chose que je fais aujourd'hui c'est assumer cette responsabilité.»
Le chanteur avoue avoir souvent été associé au Parti québécois parce qu'il est souverainiste et qu'il n'existait qu'un parti souverainiste reconnu jusqu'à récemment. «Il y en a maintenant un autre. Je viens voir ce qui s'y passe. Je veux faire un choix réfléchi. J'invite toute la population à faire de même. Arrêtez [les médias] de dire aux gens qu'il est possible qu'on perde des votes [en votant pour QS]», a dit M. Mervil qui a également affirmé venir «saluer un parti écologiste, de gauche, féministe, qui se réclame d'un Québec pluriel, souverain et solidaire, dont les partisans veulent faire primer l'intérêt de la collectivité sur l'intérêt d'une minorité possédante. [...] Un parti qui vient enrichir le spectre idéologique de notre nation présente et à venir.»
En concordance avec les deux grandes préoccupations de Québec solidaire, Françoise David entend donner au sein de son parti une place plus importante aux communautés culturelles, ainsi qu'aux femmes qu'elle espère voir représenter 50 % de toutes les candidatures. Selon Luck Mervil, «cette tendance doit être nationale et s'inscrire dans tous les partis, car les gens d'ailleurs font du Québec ce qu'il est devenu aujourd'hui».
Des candidats partout
Québec solidaire prévoit présenter des candidats dans la plupart des circonscriptions du Québec, environ 125 au total. Mais Françoise David avoue qu'on ne mènera pas la campagne avec la même intensité dans toutes les circonscriptions.
Françoise David n'a pas choisi la circonscription la plus facile à conquérir pour devenir députée, la circonscription de Gouin, aujourd'hui représentée par l'organisateur en chef du PQ, Nicolas Girard, étant un bastion péquiste depuis plus de 30 ans. Mais Mme David souligne que cette circonscription est celle où les militants sont les mieux organisés. «Très nombreux, nos militants ont beaucoup de liens avec tous les réseaux du quartier», a expliqué celle qui habite Gouin depuis 27 ans.
Mais, surtout, Mme David compte sur l'audace et l'esprit avant-gardiste des citoyens de Gouin. «Gouin a été l'une des premières circonscriptions à voter en 1970 pour le Parti québécois, un nouveau parti à l'époque, a-t-elle fait remarquer. Les citoyens de Gouin savent prendre des risques. Je les invite à faire preuve de la même audace en élisant une femme de Québec Solidaire comme députée à l'Assemblée nationale.»


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé