Souffler sur la braise

De nation à nation ! De pays à pays ?

Chronique de Normand Perry


La première réaction que j'ai eue mercredi dernier à l'annonce du dépôt de la motion du Premier Ministre Harper reconnaissant la nation québécoise à l'intérieur d'un Canada uni, fut un qualificatif tout aussi vrai aujourd'hui : [une arnaque et rien d'autre !->2984] Cette position, je vais la maintenir jusqu'au jour où notre nation aura acquis, par la volonté de la majorité du peuple, son statut d'État indépendant.
Cela dit, mettons entre parenthèses cette arnaque et portons notre attention sur l'aspect aveu constituant la première partie de l'affirmation de reconnaissance du statut de nation, telle que formulée par le Premier Ministre Harper et appuyée par tous les partis au Parlement fédéral canadien.
Qu'aurais-je répliqué à Stephen Harper, après que ce dernier eut reconnu le statut de nation au peuple du Québec ?
Est-ce que cette reconnaissance apporte de nouveaux pouvoirs au Québec ? A peu près tous les fédéralistes d'Ottawa s'entendent pour répondre non à cette question jusqu'à ce jour.
Est-ce que le problème du déséquilibre fiscal est réglé ou en voie de l'être ? D'après la mise à jour économique du ministre des Finances, monsieur Flaherty le 23 novembre, il semble bien que non.
Avez-vous d'autres choses de concret à offrir ? Non.
Donc, la reconnaissance du statut de nation à l'égard du peuple québécois n'est que pur symbole et rien d'autre, c'est bien cela ?
Puisqu'il est acquis que le Parlement canadien cesse de nier ce fait à la face du monde entier, ne serait-ce qu'au plan symbolique, mais que ce ne sont que des mots sans conséquences tangibles d'après les fédéralistes, il me revient à l'esprit une expression de Deschamps : « kosse ça donne ? » Rien ? Alors nous n'avons plus une minute de plus à perdre de notre temps à l'intérieur d'un tel pays ! Il me semble que ça ne prend pas un dictionnaire pour comprendre ça.
Et je ne vois pas pourquoi il est nécessaire de faire un grand détour par une ronde de négociation constitutionnelle, tout en espérant bien fort qu'un échec retentissant soit le terme d'une telle démarche, et à terme profiter d'un climat de confrontation pour vouloir raviver la flamme souverainiste chez les Québécois !
Le chemin le plus court entre deux points est et sera toujours la rectiligne.
Dorénavant, les élus souverainistes tant à Ottawa qu'à Québec ne devraient se concentrer sur une seule et unique chose : Souffler sur la braise pour raviver cette flamme, avec enthousiasme et détermination.
Puisque, au dire de Gilles Duceppe, le Canada doit considérer dorénavant le peuple québécois de nation à nation, la réalisation ultime de ce nouvel état de fait est plus que jamais l'affirmation territoriale indépendante du Québec par rapport à son nouveau voisin canadien.
Reste à convaincre le peuple de reconnaître cette nouvelle réalité que l'on nomme pays.
P.S. : Je tiens à remercier publiquement l'ancien premier ministre Bernard Landry, qui par sa brillante lettre publiée dans La Presse du 16 novembre dernier ([«Une question de dignité»->2932]), a certainement permis à la nation québécoise d'être aujourd'hui reconnue vis-à-vis son premier partenaire pour ce qu'elle est. N'eut été de cette puissante réflexion de monsieur Landry (aux accents de Vigneault, l'avais-je qualifiée), les bouleversements que nous avons vécus cette semaine ne se seraient certainement pas produits à une vitesse aussi effarante. Le Québec tout entier lui doit certainement une fière chandelle. Sa place dans le grand livre de l'Histoire est à mon sens garantie, en quelque part pas très loin de celle de René Lévesque.

Squared

Normand Perry126 articles

  • 88 935

On pourrait le décrire comme un grand passionné de communication, de philosophie, de politique, d'histoire, d'astronomie, de sciences, de marketing, de musique classique et d'opéra. Normand Perry mène une vie publique bien remplie, toujours avec des projets plein la tête et des rêves à réaliser.

Après avoir obtenu un premier diplôme universitaire en philosophie au milieu des années ’90, Normand Perry débute sa vie publique comme pamphlétaire, exprimant ses opinions librement, ces dernières étant publiées régulièrement dans les journaux régionaux, les quotidiens et divers sites Web.

Depuis avril 2004, il travaille chez [Soleil communication de marque->http://www.soleilcom.com/], agence de publicité montréalaise, où il est au développement des affaires, en veille stratégique et aux relations publiques.

Depuis juillet 2010, il s’est vu confié un projet radiophonique à [l’antenne de Radio Ville-Marie->http://www.radiovm.com/index.aspx] où il conçoit, réalise, anime et supervise le montage d’une émission portant sur l’orthodoxie chrétienne au Québec : [Voix Orthodoxes->http://www.voixorthodoxes.org/].

Sa plume va le conduire en politique active.

Après s’être fait connaître comme pamphlétaire à partir du début des années 2000 dans sa région du Suroît, il se fait remarquer, et on lui propose la présidence de circonscription au Parti Québecois dans Soulanges au début 2005. Suite à la démission inattendue de Bernard Landry en juin 2005 comme chef de cette formation politique, Normand Perry appuie d’emblée la candidature de Louis Bernard tout en s’opposant farouchement à l’élection d’André Boisclair. Lorsque ce dernier remporte la chefferie du PQ en novembre 2005, Normand Perry démissionne de sa présidence et quitte le PQ sur-le-champ.

A l’automne de la même année il se fait élire au conseil municipal à Les Coteaux dans la circonscription de Soulanges au Québec. Il se voit confier notamment les responsabilités du comité des loisirs, où conçoit et implante un programme de subvention à l’activité sportive pour les jeunes; il occupe la vice-présidence du HLM, il aussi responsable de la sécurité publique et participe activement à la fondation de la Régie inter municipale des Pompiers du Lac-St-François (fusion des services des incendies de Les Coteaux et St-Zotique).

Lors de la création du nouveau parti politique Québec solidaire en février 2006, il en devient membre et participe au congrès de fondation à Montréal. Il se porte candidat aux élections provinciales de mars 2007 pour cette formation politique dans la circonscription de Beauharnois.

Après ces quelques années en politique active, il poursuit son œuvre de réflexion pamphlétaire, notamment sur le [Blogue de Normand Perry->http://normandperry.blogspot.com/] tout comme sur Vigile et bien d’autres médias québécois





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé