Schiste: Duplessis serait fier de nous !

Gaz de schiste

Peut-être arrive-t-il que Maurice Duplessis et René Lévesque se croisent, au paradis (purgatoire?) des anciens premiers ministres québécois. Si c’est le cas, le premier doit être hilare, le second, bougon.
Hilare, Maurice Duplessis, car l’homme qui vendait le fer québécois 1 cent la tonne aux intérêts américains doit être très fier de ses descendants qui, en ce début de XXIe siècle, bradent les ressources du Québec au moins offrant.
Le scandale de l’exploration du gaz
Charles Côté, de La Presse, nous affichait ce samedi une éclairante comparaison entre les pratiques de la Colombie Britanniques, et les nôtres:
En 2009, les sociétés pétrolières et gazières ont versé 893 millions au Trésor de la Colombie-Britannique pour obtenir le droit d’y faire de la prospection. En 2008, elles ont versé 2,7 milliards. [Dont 1,5 pour le seul gaz de schiste.]
En comparaison, en 2008-2009 et en 2009-2010, au Québec, les permis d’exploration pétrolière et gazière ont rapporté en tout 3,5 millions depuis deux ans.

Comment arrivent-ils à ces montants ? C’est que le Québec fixe un prix de Wal-Mart, soit 10 cents l’hectare l’an, pour le permis d’exploitation. Victoria, elle, fait des enchères, qui font monter le permis à 1 000$, parfois 10 000$ l’hectare par an. Vite, trouvez le cancre, et trouvez celui qui sait vraiment briller parmi les meilleurs et créer de la richesse…
Le pire est que les permis sont distribués pour presque tout le territoire québécois. Il est trop tard pour réparer ce gâchis. Vous comprenez maintenant pourquoi, en haut, Lévesque bougonne à pleins poumons…
Le gaz de schiste, comme l’éolien
D’autant qu’il avait certainement mal pris que sa grande réalisation, Hydro Québec, reste à l’écart du grand développement de l’industrie éolienne. Depuis 2002, les gouvernement Landry et Charest ont réussi à faire en sorte que 3200 des 4000 MW installés sur le territoire d’ici 2015 soient tombées dans les mains d’entreprises non québécoises, dont plusieurs ont développé leur expertise éolienne grâce à ces contrats, sur le tas. Avec le Québec dans le rôle du tas. Avoir échoué à utiliser ces contrats massifs pour forcer un manufacturier à installer une usine de fabrication au Québec fut un tour de force.
Ce blogueur sait que le gouvernement Charest est intervenu auprès d’Hydro Québec pour l’empêcher de faire sa propre soumission pour acquérir un secteur témoin dans le second appel d’offres, ce qu’elle souhaitait faire.
Comme pour le schiste, le gâchis est déjà fait. Car 4000 MW d’éolien constitue le maximum d’énergie intermittente qu’Hydro affirme pouvoir intégrer à son réseau de transport. (Un point vivement débattu, mais passons).
Et le pétrole ?
D’ici quelques semaines, la compagnie Corridor Resources, de Nouvelle-Écosse, dépensera 800 000 $ pour commencer l’exploration de Old Harry, au large des côtes des Iles-de-la-Madeleine. On estime que deux milliards de barils de pétrole y attendent les forages, soit davantage que le projet Hibernia (1,2). Corridor Resources pense commencer l’exploitation du gisement proprement dit l’an prochain ou en 2012.
Elle le fera du côté terre-neuvien d’une frontière imaginaire, jamais légalement reconnue, entre le Québec et Terre-Neuve.
Les Madelinots sont évidemment opposés à ces forages, craignant des déversements comme ceux que vient de connaître le golfe du Mexique.
Que fait l’État du Québec pour s’opposer à cette exploration, pour réclamer un droit de veto, pour exiger une étude environnementale et l’agrément des populations avoisinantes, pour discuter, le cas échéant, de la propriété de la ressource, du contenu québécois dans les opérations et la distribution ? Rien.
Le seul écho est la volonté d’obtenir l’aval du fédéral pour qu’une frontière soit définie, pour permettre à… Corridor Resource de venir forer du côté du Québec!
Comme pour le gaz de schiste, la décision d’exploiter la ressource pétrolière est déjà prise, au cabinet Charest. Il ne reste que quelques détails à fignoler. Des détails dont Duplessis serait fier.
Presque l’endroit le plus servile pour les mines
L’institut néo-conservateur Fraser émet chaque année le palmarès international des endroits les plus invitants pour les entreprises minières. Ce qui signifie: les endroits les plus serviles, ceux qui bradent leurs droits le moins cher, ceux qui insistent le moins pour la remise en l’état des terres contaminées.
Pendant trois ans, le Québec était couronné par Fraser endroit le plus servile au monde pour les compagnies minières. Cette année, l’Alberta a pris la première place, devant la Finlande, puis le Québec. C’est la seule bonne nouvelle de l’année en matière de colonne vertébrale. La seule raison pour laquelle Lévesque, au ciel, hésite à se suicider…

Squared

Jean-François Lisée295 articles

  • 178 667

Ministre des relations internationales, de la francophonie et du commerce extérieur.

Il fut pendant 5 ans conseiller des premiers ministres québécois Jacques Parizeau et Lucien Bouchard et un des architectes de la stratégie référendaire qui mena le Québec à moins de 1% de la souveraineté en 1995. Il a écrit plusieurs livres sur la politique québécoise, dont Le Tricheur, sur Robert Bourassa et Dans l’œil de l’aigle, sur la politique américaine face au mouvement indépendantiste, qui lui valut la plus haute distinction littéraire canadienne. En 2000, il publiait Sortie de secours – comment échapper au déclin du Québec qui provoqua un important débat sur la situation et l’avenir politique du Québec. Pendant près de 20 ans il fut journaliste, correspondant à Paris et à Washington pour des médias québécois et français.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé