Le discours impossible de Barack Obama

Qui avait raison, qui avait tort ? Pour tout auditeur ou lecteur du texte, la réponse est nette: W !

Irak - le Grand mensonge


Il a fait de son mieux, c’est sûr. Il s’applique. C’est un studieux. Ce n’est donc pas surtout un «peut mieux faire» mais un «rien n’y fait» et un «rien à faire» qu’il faut écrire sur sa copie — son discours de bureau ovale de fin d’engagement militaire en Irak.

Un président en décalage politique
Discours impossible, car comment celui qui était, presque seul parmi les démocrates de renom, opposé à l’entrée dans la guerre peut-il aujourd’hui célébrer une mission accomplie, sans se dédire ? Comment le candidat à la présidence opposé à la seule décision stratégique compétente de son prédécesseur dans cette guerre — the surge, la montée en puissance de 2008 qui, combinée au retournement des sunnites en faveur de la paix, a significativement calmé le jeu — peut-il tirer vers lui le moindre crédit de la fin des combats par les GI ?
Chef d’un État en guerre, commandant en chef des armées, consacrant l’essentiel de son allocution à vanter les troupes, leur courage, leur ténacité, leurs sacrifices, leurs résultats, Obama ne pouvait qu’effleurer le sujet. «Cet après-midi, j’ai parlé à l’ancien président George W. Bush. Chacun sait que lui et moi étions en désaccord sur la guerre depuis le début.» Mais, a-t-il ajouté dans le leitmotiv de l’allocution, «il est temps de tourner la page».


W avait raison !
Qui avait raison, qui avait tort ? Pour tout auditeur ou lecteur du texte, la réponse est nette: W ! Lisez plutôt:
The Americans who have served in Iraq completed every mission they were given. They defeated a regime that had terrorized its people. Together with Iraqis and coalition partners who made huge sacrifices of their own, our troops fought block by block to help Iraq seize the chance for a better future [...].
We have persevered because of a belief we share with the Iraqi people — a belief that out of the ashes of war, a new beginning could be born in this cradle of civilization. Through this remarkable chapter in the history of the United States and Iraq, we have met our responsibility. Now, it is time to turn the page.

C’est clair. C’était dur, mais ça valait le coup. Dur pour les Américains et leurs alliés, mais pas un chiffre avancé sur le nombre de pertes civiles. Obama ne s’est pas cru permis de dire que, même pour les partisans de la guerre, l’insondable incompétence de la gestion de la victoire initiale par l’équipe Bush-Cheney-Rumsfeld a coûté la vie à des dizaines de milliers d’irakiens, en pure, pure, perte.
Devoir faire un discours dont le message intrinsèque est la célébration de l’enjeu dominant — et hier damnant — de l’ère Bush est une catastrophe de premier ordre pour Obama. Le président est à deux mois d’élections de mi-mandat qui s’annoncent dévastatrices, comme le montre le coup de sonde de Gallup de ce lundi:


Un écart de 10 points, un record historique pour les Républicains
Sentant la force de l’impact, les porte-paroles démocrates s’étaient depuis un mois résignés à critiquer l’ex-administration Bush pour sa mauvaise gestion économique, tentant de déporter sur lui et les Républicains un peu de la colère générée par la dégradation de la situation de l’emploi. Comme on peut le voir ici dans cette pub qui met en pièce le président de la campagne républicaine, Pete Sessions :

Alors devoir consacrer une adresse à la nation implicitement pro-Bush ne pouvait plus mal tomber.
C’est l’économie, idiot
Obama sait très bien que la question irakienne ne pèsera pas d’un iota dans les bureaux de scrutin, en novembre. Il n’y a que la piètre qualité de l’économie qui compte. Et peut-être aussi le fait que 18% des Américains croient Obama musulman et que, c’est pire, 42% disent ne pas connaître sa religion ! (Alors que le principal problème de sa campagne présidentielle fut ses rapports avec son pasteur protestant, le flamboyant et politiquement incorrect Jeremiah Right.)
Les tentatives du président, dans le discours, de faire un parallèle entre la résilience des soldats américains et la nécessité de traverser la crise économique en gardant espoir n’étaient pas du meilleur effet.
And so at this moment, as we wind down the war in Iraq, we must tackle those challenges at home with as much energy, and grit, and sense of common purpose as our men and women in uniform who have served abroad. They have met every test that they faced. Now, it is our turn.

Équivalence, donc, entre les deux missions: libérer l’Irak et sortir de la récession. Fallait-il insister ainsi sur la justesse de l’objectif fixé par son prédécesseur républicain ? Misère…
Il y revient même en finale:
Our troops are the steel in our ship of state. And though our nation may be travelling through rough waters, they give us confidence that our course is true, and that beyond the predawn darkness, better days lie ahead.

On comprend qu’Obama et ses rédacteurs ont voulu coller au sujet imposé par l’événement historique — le retrait des troupes et l’Irak — et ne pas aborder l’économie dans une portion distincte du discours, ce qui aurait pu sembler opportuniste.
Obama avait été critiqué pour avoir trop parlé de sa réforme de l’énergie en finale de son discours à la nation sur le désastre pétrolier dans le golfe.
Mais peut-être écoute-t-il trop les critiques ?
Et peut-être, puisque l’économie est la principale préoccupation de ses électeurs, aurait-il pu annoncer un discours sur l’Irak et sur l’économie. Moitié moitié? Peut-être aurait-il pu dire que les sommes investies en Irak, beaucoup trop importantes pour la mission à cause de l’incompétence des Républicains, auraient mieux servi l’économie américaine? Peut-être aurait-il pu affirmer qu’enfin, les démocrates fermaient ce robinet pour mieux irriguer, à la place, un marché du travail asséché.
Il a fait de son mieux. Il s’est appliqué. Mais avec la probabilité d’un raz-de-marée républicain en novembre et la perte des deux chambres, peut-être aurait-il du être non seulement à la hauteur de sa fonction, ce qu’il fut, mais au diapason de la bagarre politique qu’il doit mener pour sauver son programme de réforme, ce qu’il ne fut hélas pas.

Squared

Jean-François Lisée289 articles

  • 163 696

Ministre des relations internationales, de la francophonie et du commerce extérieur.

Il fut pendant 5 ans conseiller des premiers ministres québécois Jacques Parizeau et Lucien Bouchard et un des architectes de la stratégie référendaire qui mena le Québec à moins de 1% de la souveraineté en 1995. Il a écrit plusieurs livres sur la politique québécoise, dont Le Tricheur, sur Robert Bourassa et Dans l’œil de l’aigle, sur la politique américaine face au mouvement indépendantiste, qui lui valut la plus haute distinction littéraire canadienne. En 2000, il publiait Sortie de secours – comment échapper au déclin du Québec qui provoqua un important débat sur la situation et l’avenir politique du Québec. Pendant près de 20 ans il fut journaliste, correspondant à Paris et à Washington pour des médias québécois et français.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé