Pourquoi j’appuie le Bloc québécois

(VLB donne son appui au Bloc)

Élection fédérale 2008 - le BQ en campagne

Je suis Québécois et je suis pacifiste. Je crois que la diplomatie, si on la pratiquait vraiment, et pour les bonnes raisons, notamment pour le droit au bonheur des peuples, serait autrement plus efficace que la guerre. Or, Stephen Harpeur fait de ce pays qui s’appelle le Canada une nation guerrière : 30 milliards de dollars consacrés par son gouvernement pour l’armement et sans doute plus d’une douzaine de milliards jusqu’à maintenant pour le coût de la guerre en Afghanistan. Non seulement il faut dénoncer cette politique, mais exiger comme Québécois pacifiste qu’on y mette fin.
Je suis Québécois et je tiens au respect de la Loi 101 chez moi. Ma langue, c’est mon âme, c’est mon être identitaire, c’est ma fierté et c’est ma joie. Alors que Montréal est déjà une ville à majorité anglaise, Stephen Harpeur ne respecte même pas les lois du Parlement fédéral qui obligent les fonctionnaires du Québec à être bilingues et il n’entend pas y changer quoi que ce soit! Je ne veux pas disparaître, noyé dans un continent anglophone. Je veux qu’il y ait un avenir français pour moi, je le veux ardemment.
Je suis Québécois et je ne crois pas à la répression policière et pénale, ni pour les jeunes délinquants ni pour n’importe quel citoyen qui a fauté par-devers la société. Le philosophe Michel Foucault a prouvé hors de tout doute raisonnable que la prison, bien loin de faire des condamnés des citoyens à part entière une fois sortis du pénitencier, multiplie par dix le nombre des délinquants. Harpeur préfère donner son aval au marché des armes et à la punition plutôt qu’à la prévention.
Je suis Québécois et je vis en région. Que fait le gouvernement Harpeur pour qu’on puisse au moins espérer en l’avenir? Bien pire que rien! Par son ministre Jean-Pierre Blackburn, Harpeur a coupé même dans le maigre des subventions accordées aux régions : oubliez la formation, l’aide à l’emploi, les crédits d’impôt, l’appui à l’industrie forestière, à l’industrie manufacturière en difficulté! Débrouillez-vous! que dit Harpeur. Faites vos doléances à votre gouvernement provincial! Et mangez de la misère tandis qu’en Alberta on fera guili-guili aux grandes pétrolières pour plus d’un milliard de dollars en avantages fiscaux!
Je suis Québécois, je vis en région et je suis un travailleur autonome. Je fais donc partie des 40% de la population qui exploitent par eux-mêmes et pour eux-mêmes leur capital humain. Le gouvernement Harpeur est totalement indifférent au fait que les travailleurs autonomes, faute de mesures fiscales adéquates à leur statut, vivent presque tous sous le seuil de la pauvreté et dans une insécurité pour ainsi dire totale.
Je suis Québécois et depuis plus de 40 ans, j’œuvre dans le secteur culturel comme écrivain et comme éditeur. Les études faites par l’UNESCO ont démontré depuis longtemps qu’une nation comme la nôtre ne peut se développer culturellement sans appui gouvernemental. Les coupures faites par le gouvernement Harpeur dans l’aide à la promotion culturelle à l’étranger, et qui touche particulièrement le Québec, sont encore un signe de la censure que Harpeur tient à exercer sur notre création. Quand on sait que le gouvernement fédéral contrôle à lui seul plus de 75% de l’aide accordée aux éditeurs (pour ne parler que d’eux), qu’arriverait-il si, après les élections, Harpeur se mettait à couper là aussi parce que la littérature québécoise ne correspond pas à sa vision réductrice du Canada? Quels risques pour notre culture qui compte actuellement pour l’une des plus inventives de tout l’Occident?
Je suis Québécois, libre-penseur, mais tolérant par-devers les religions. Stephen Harpeur est un fondamentaliste qui voudrait nous voir retourner à l’époque honnie du « Crois ou meurs! » qui fut à l’origine d’inutiles guerres fort sanglantes au nom de Dieu, de la seule Vérité et d’une morale qui nous ramèneraient tout droit à la Grande Noirceur!
Je ne veux pas de ce fondamentalisme moyenâgeux! Je tiens à penser ce que je pense et je tiens à pouvoir le dire sans restriction.
Je suis Québécois, je crois au progrès de l’humanité, je crois à l’égalité entre les femmes et les hommes, à l’éradication de la pauvreté, à la fraternité et à la liberté. Le gouvernement Harpeur représente donc pour moi tout ce dont je ne veux pas, il ne correspond à aucune des valeurs pour lesquelles mes mères et pères, mes sœurs et frères ont combattu pour que le Québec puisse enfin sortir de son aliénation et venir au monde.
***
C’est pourquoi je vais voter pour le Bloc québécois le 14 octobre prochain. Un gouvernement majoritaire Harpeur pourrait représenter pour le Québec la fin du pays indépendant que nous voulons avoir. Nous ne pouvons pas, nous ne devons pas courir ce risque. Soyons solidaires au nom de notre être identitaire, au nom de l’espoir qui le porte, au nom de l’avenir. Seul le Bloc québécois est en mesure de nous représenter dignement dans un parlement qui n’a que faire de notre singularité comme peuple, nation et patrie. C’est parce que les Irlandais et les Écossais avaient un Bloc irlandais et un Bloc écossais qu’ils ne sont pas disparus comme peuple, nation et patrie. Méfions-nous des sirènes conservatrices : elles ne veulent que mettre fin à ce que nous sommes et voulons devenir : un peuple, une nation et une patrie porteuses de vie plutôt que de mort. L’urgence, l’urgence d’agir : voilà qui devrait rendre tous les Québécois solidaires le 14 octobre prochain.
À ceux que les sirènes conservatrices pourraient malgré tout charmer,
voici ce que je leur offre : un plein rouleau de grosse corde pour que vous puissiez vous attacher au mât du drapeau québécois d’ici la fin de la campagne électorale. Et comme Ulysse, je suis certain que vous vous en féliciterez le lendemain des élections d’avoir échappé au pire pour vous retrouver, joyeux, confiants et heureux dans l’île de la Grande Déesse, là où les vrais rêves ne sont pas un cauchemar conservateur mais un appel aux plaisirs québécois d’être et de faire ce que nous sommes, en toute liberté!
Victor-Lévy Beaulieu

Trois-Pistoles

----
VLB donne son appui au Bloc

Cyberpresse 25 septembre 2008


L'écrivain et éditeur Victor-Lévy Beaulieu donne son appui au Bloc québécois au cours de la présente campagne électorale et invite la population à le faire, puisqu'à ses yeux, le Bloc est le seul parti à défendre l'identité québécoise.
L'auteur indépendantiste soutient que si l'on vote pour Stephen Harper, on vote pour un gouvernement de droite qui est «l'envers de ce que les Québécois sont». Il ajoute qu'il fait du Canada anglais un peuple guerrier, fondamentaliste et punitif, ce qui ne correspond pas aux valeurs des Québécois.
Victor-Lévy Beaulieu dit faire confiance à l'intelligence des Québécois pour découvrir qu'un vote pour les conservateurs est un empêchement à être un peuple, une nation, rejetant en même temps la reconnaissance de la nation québécoise définie par Stephen Harper. Il soutient que cette reconnaissance est de la «frime» et qu'elle ne veut rien dire.
Quant au chef libéral qui se décrit comme un nationaliste québécois, VLB estime que Stéphane Dion aura fait la «meilleure farce depuis le début de la campagne électorale». L'écrivain rappelle que M. Dion est l'auteur de la loi sur la clarté référendaire, une loi, selon lui, antiquébécoise et antidémocratique. À ses yeux, cette étiquette ne sert qu'à acheter des votes.
***
Victor-Lévy Beaulieu
Photo: François Roy, La Presse

Featured 5237d98cba169e3be9ae4314536f8eca

Victor-Lévy Beaulieu84 articles

  • 81 426

Victor-Lévy Beaulieu participe de la démesure des personnages qui habitent son œuvre. Autant de livres que d'années vécues, souligne-t-il à la blague, comme pour atténuer l'espèce de vertige que l'on peut éprouver devant une œuvre aussi imposante et singulière. Une bonne trentaine de romans, une douzaine d'essais et autant de pièces de théâtre ; des adaptations pour la télévision





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé