Merci M. Landry !

Tribune libre - 2007


Plusieurs commentateurs ont dénoncé les déclarations faites par M. Landry au sujet du leadership de M. Boisclair. Pourtant, ces déclarations étaient à la fois justifiées et salutaires. Justifiées, parce qu'en dénonçant le copinage qui aurait existé entre les syndicats et les gouvernements péquistes, M. Boisclair s’attaquait directement et injustement à l’héritage de M. Landry. Or, il n’y a rien de plus important pour un homme d’État à la retraite que le traitement que l’on réserve à son héritage, puisque de ce traitement dépend sa place dans l’Histoire.
De plus, ces déclarations de M. Landry furent salutaires car sans elles il n’y aurait pas eu cette crise qui fut une occasion de rebondir pour M. Boisclair. En effet, sans ces déclarations, la direction du PQ aurait simplement refusé de commenter les sondages pour mieux poursuivre son « plan de match » sans trop se questionner. Mais grâce à ces déclarations de M. Landry, elle fut contrainte de revoir sa stratégie. C’est sans doute ce qui explique, par exemple, que M. Boisclair soit enfin sorti contre les accommodements déraisonnables, et ce pour le plus grand bien de son parti et du Québec.
Non vraiment, plutôt que de critiquer M. Landry, les membres du PQ devraient le remercier d’être ce qu’il est : un militant au statut spécial certes, mais un militant exemplaire tout de même.
Guillaume Rousseau

Sherbrooke

Featured fd928b8e59b24d380342c2d750637baf

Guillaume Rousseau32 articles

  • 22 816

L'auteur, qui est candidat au doctorat en droit à l'Université de Sherbrooke, a étudié le droit européen à l'Université Montesquieu-Bordeaux IV. Actuellement, doctorant à l’Université Paris I-Panthéon Sorbonne





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé