INDÉPENDANCE DU QUÉBEC 351

Les normes en histoire (11/20)

La nation satellite et la subordination de voisinage « mais ici plus seulement de juxtaposition »

Chronique de Bruno Deshaies


Partant du principe que l’autonomie peut l’emporter sur son contraire dans l’agir d’une nation, que son action collective peut se solder  par un “excédent” plutôt que par un “déficit”, et dans les domaines politique, économique et culturel à la fois, M. Séguin dégage un nouveau critère, applicable à toutes, lui permettant de classer les communautés selon leur degré d’autonomie. (Voir les Chroniques 349, 350 et celle de la semaine prochaine, soit les 9, 10 et 12/20.)
Suivant cette taxonomie, on rencontrera, en ordre descendant, l’exception que constituent les nationalités souveraines, représentées de nos jours à l’Assemblée des Nations-Unies, parmi lesquelles seule une poignée, l’exception de l’exception, jouissent d’une souveraineté plus que nominale et que M. Séguin qualifie pour cette raison de nations indépendantes – au sens restreint, bien entendu – dont faisait état la précédente chronique.  Les autres membres de l’ONU, plus ou moins subordonnés sous tel ou tel rapport à un voisin plus puissant qu’eux, font l’objet de la présente chronique traitant des nations-satellites.  Suivront les nationalités qui n’y peuvent siéger, à savoir les nations annexées.   
Toutes les ethnies siégeant à l’ONU sont au moins nominalement souveraines et de ce fait accèdent au statut de nation, c’est-à-dire de collectivité dotée d’une personnalité juridique ; chacune d’elle maîtrise comme majorité un État souverain, dont elle prend  habituellement le nom, et tient en lisières les ethnies minoritaires vivant sur son territoire qui, elles, se voient refuser ce statut de personne morale reconnu par le droit international : leur situation est celle de mineurs incapables.
Ses rapports avec telle consœur des Nations-Unies rendent parfois plus apparente que réelle la souveraineté d’une nation.  Beaucoup gravitent autour d’un voisin plus puissant, mais cette réduction à l’état de satellite n’entraîne pas un surcroît de liberté pour  leurs minorités nationales.  Une nation satellisée peut à cet égard être plus oppressive qu’une nation indépendante.  Quant aux minorités annexées, on les reconnaît à ce qu’elles ne peuvent opposer leur veto aux desseins de leur maître ni par conséquent l’opprimer en lui imposant leur choix – sinon pour des choses accessoires telle que,  par exemple, en quelle langue elles veulent qu’il les dirige…
PARFONDOR
O O O

Featured b9f184bd28656f5bccb36b45abe296fb

Bruno Deshaies209 articles

  • 267 939

BRUNO DESHAIES est né à Montréal. Il est marié et père de trois enfants. Il a demeuré à Québec de nombreuses années, puis il est revenu à Montréal en 2002. Il continue à publier sa chronique sur le site Internet Vigile.net. Il est un spécialiste de la pensée de Maurice Séguin. Vous trouverez son cours sur Les Normes (1961-1962) à l’adresse Internet qui suit : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-1-20 (N. B. Exceptionnellement, la numéro 5 est à l’adresse suivante : http://www.vigile.net/Les-Normes-en-histoire, la16 à l’adresse qui suit : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-15-20,18580 ) et les quatre chroniques supplémentaires : 21 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique 22 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19364 23 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19509 24 et fin http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19636 ainsi que son Histoire des deux Canadas (1961-62) : Le PREMIER CANADA http://www.vigile.net/Le-premier-Canada-1-5 et le DEUXIÈME CANADA : http://www.vigile.net/Le-deuxieme-Canada-1-29 et un supplément http://www.vigile.net/Le-Canada-actuel-30

REM. : Pour toutes les chroniques numérotées mentionnées supra ainsi : 1-20, 1-5 et 1-29, il suffit de modifier le chiffre 1 par un autre chiffre, par ex. 2, 3, 4, pour qu’elles deviennent 2-20 ou 3-5 ou 4-29, etc. selon le nombre de chroniques jusqu’à la limite de chaque série. Il est obligatoire d’effectuer le changement directement sur l’adresse qui se trouve dans la fenêtre où l’hyperlien apparaît dans l’Internet. Par exemple : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-1-20 Vous devez vous rendre d’abord à la première adresse dans l’Internet (1-20). Ensuite, dans la fenêtre d’adresse Internet, vous modifier directement le chiffre pour accéder à une autre chronique, ainsi http://www.vigile.net/Le-deuxieme-Canada-10-29 La chronique devient (10-29).

Vous pouvez aussi consulter une série de chroniques consacrée à l’enseignement de l’histoire au Québec. Il suffit de se rendre à l’INDEX 1999 à 2004 : http://www.archives.vigile.net/ds-deshaies/index2.html Voir dans liste les chroniques numérotées 90, 128, 130, 155, 158, 160, 176 à 188, 191, 192 et « Le passé devient notre présent » sur la page d’appel de l’INDEX des chroniques de Bruno Deshaies (col. de gauche).

Finalement, il y a une série intitulée « POSITION ». Voir les chroniques numérotées 101, 104, 108 À 111, 119, 132 à 135, 152, 154, 159, 161, 163, 166 et 167.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé