Immigration

Le Québec n’est pas la Louisiane

Tribune libre

L'affirmation du premier ministre François Legault selon laquelle le Québec risque de se transformer en Louisiane si la province ne contrôle pas davantage l'immigration traduit davantage un comportement préélectoral que la réalité, ont déclaré deux experts de l'histoire de la Louisiane que la situation du français au Québec ne peut pas vraiment être comparée à celle de la Louisiane, qui avait une base plus petite de locuteurs natifs et où le français était interdit comme langue d'enseignement.

Louis-Georges Harvey, professeur émérite d'histoire à l'Université Bishop's de Sherbrooke, au Québec, a déclaré qu'il était «très exagéré» de comparer une province où plus de 90 % des gens parlent français à un État où seulement 2 % l'utilisent. M.Harvey s’est dit conscient que le français perd du terrain à Montréal et il comprend le désir du gouvernement québécois de renégocier avec Ottawa pour sélectionner davantage d'immigrants. Mais invoquer la Louisiane est un gros raccourci, a-t-il dit, et plus un enjeu électoral qu'autre chose.

De son côté, Clint Bruce, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales à l'Université Sainte-Anne, en Nouvelle-Écosse, estime qu'il n'y a rien de mal à ce que le Québec s'intéresse à ce qui s'est passé ailleurs, à condition que cela soit fait avec nuance et non en exploitant une sorte de peur populiste. Dans le cas de la Louisiane, il est clair, selon lui, que le nombre de personnes parlant français est en chute libre. De 500 000 à un million de francophones il y a 50 ans, ils sont aujourd'hui entre 100 000 et 200 000 tout en précisant que cela s'est produit après des années où le français a été supprimé et considéré comme une langue étrangère, soit le contraire de ce que fait le Québec.

En termes clairs, si François Legault voulait mettre l’accent sur l’urgence de mettre en place des mesures pour protéger le français en comparant la situation du Québec à celle de la Louisiane, il s’est carrément mis les pieds dans les plats. En bref, nonobstant l’importance du transfert par le gouvernement fédéral de pouvoirs supplémentaires en matière d'immigration, un refus de la part d’Ottawa ne menacerait en rien la «survie de la nation québécoise».


Henri Marineau, Quebec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1781 articles

  • 1 209 999

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé