INDÉPENDANCE DU QUÉBEC 299

Le premier Canada (5/5)

« Le Canada français est atteint en tant que colonie intégrale organique. »

Chronique de Bruno Deshaies


Le Canada en Nouvelle-France

« Si la France ne reprend pas le Canada

pour venir l’alimenter et le protéger,

les Canadiens-français sont nécessairement destinés

à être provincialisés… »
***
Avec l’élimination du seul rival de taille, c’est la préparation lointaine de l’hégémonie des États-Unis. Après la guerre pour l’indépendance américaine et le schisme de l’unité impériale, le fort régionalisme du Canada-Anglais se confirme. « Désormais, le territoire canadien est ouvert à une AUTRE colonisation. » (Voir Maurice Séguin, Histoire de deux nationalismes au Canada, p. 19.) L’Amérique se transforme et l’échiquier mondial et européen est lourdement modifié à l’avantage de l’Angleterre qui voit confirmer son hégémonie dans le monde. Par ailleurs, la France est appauvrie grandement par son échec colonial en Amérique.
Les Canadiens qui habitent le territoire du Canada de la Nouvelle-France sont menacés. La défaite entraîne une subordination par superposition que ceux-ci ne pourront jamais surmonter par la suite. Leur histoire sera marquée fondamentalement par l’ANNEXION, un phénomène majeure dans l’histoire de l’humanité dont le Québec d’aujourd’hui illustre avec exemplarité la nature et les conséquences de ce fait historique de longue durée qui pèse énormément sur les Québécois-Français. Il imprègne toute la pensée des Québécois et même leur vision du monde et de ce qu’ils sont ou de ce qu’ils croient qu’ils sont. Bref, la société québécoise est soumise à un discours historique qui se substitue à l’Histoire elle-même. Elle se condamne en ce moment à ne plus penser en présence des faits. Elle vit dans l’événement immédiat comme le font tous nos commentateurs de la vie sociale et politique. Une pensée limitée par les contraintes du système canadian lui-même accepté de guerre lasse. La société québécoise a perdu son autonomie interne depuis 247 ans et elle est incapable collectivement de mettre le cap sur sa libération collective, c'est-à-dire son indépendance nationale. Elle fait du surf sur tout ce qui bouge au plan social, mais occulte savamment le « national » – sinon pour des revendications accidentelles, des rêves de projet(s) de pays aussi ambitieux et poreux les uns et les autres ou des élucubrations sur les concepts de nation civique québécoise (cf. « Histoire du temps présent » à la fin de cette chronique).
Bruno Deshaies
***
HIST 585 Introduction à l’histoire du Canada
Maurice Séguin
Synthèse générale de l’évolution

politique et économique

des deux Canadas
II – Résultats européens
1- C’EST L’HÉGÉMONIE DE L’ANGLETERRE (PROPREMENT DITE) :
En 1914, elle est la première puissance politique et économique ; puis elle va céder la succession à sa fille, les États-Unis.
2- C’EST LA FIN DE L’HÉGÉMONIE FRANÇAISE :
La France perd une prépondérance qui avait duré une cinquantaine d’années tout au plus : 1660 à 1713. La France est appauvrie grandement par cet échec colonial…
III – Résultats américains
1- POUR L’AMÉRIQUE ANGLAISE :
Acquisition pour cette population côtière, littorale du territoire intérieur jusqu’au Pacifique : presque tout le continent américain. C’est l’élimination du seul rival de taille. Pendant un siècle, presque deux siècles, ils pourront vivre sans besoin de se protéger (1760 à 1945-1950, alors qu’il faut compter avec l’U.R.S.S.). C’est très important pour le développement du monde.
C’est le point de départ de l’intensification de la projection métropolitaine : un attrait formidable va s’exercer sur les colons possibles vers cette Amérique. C’est une chance de perfectionner l’organisation politique et économique de l’Amérique anglaise, de l’enrichir jusqu’à lui donner (bien qu’involontairement) l’indépendance. Mais ce n’est pas un échec (assez paradoxal) : c’est le signe de la réussite de la colonisation anglaise.
Possibilité d’évoluer et de devenir une nation ou plusieurs :

– Républicains : États-Unis ;

– Loyalistes : Canada anglais.
C’est la prépondérance de la zone anglaise sur toute l’Amérique et l’asservissement de l’Amérique latine (jusqu’à Cuba) !
1760 prépare l’hégémonie des États-Unis…
2- POUR L’AMÉRIQUE FRANÇAISE :
a) Démembrement
1713 : Traité d’Utrecht

1760 : Disparition des colonies françaises sur le continent nord-américain (sauf Saint-Pierre et Miquelon)
- Inévitable formation d’une civilisation anglaise

dans la vallée du Saint-Laurent.

Par le fait de la Conquête, une civilisation anglaise va se développer avec des cadres.
- Inévitable désorganisation :

pour deux raisons :
1. Faute de projection et de protection.

Ce n’est pas une question de statut. Auparavant, le Canada était UN…
2. La disparition de ses cadres amène une subordination de superposition [pour le Canada avant 1760] à une société anglaise unie au reste de la civilisation anglaise (Amérique) ou séparée de ce reste.
b) Le Canada français est atteint en tant que colonie intégrale organique :

– Avant 1760, le défaut peut porter sur la quantité…

– Après 1760, en plus de la quantité, il y a défaut sur la qualité, c'est-à-dire sur la manière d’être…
c) L’ensemble de l’évolution du Canada ne se comprend bien qu’en tenant compte de…
1666 : Faiblesse de la projection et de la protection.

1760 : Brisure d’avec la Métropole [française].

1766-1783 : Division de l’Amérique anglaise.

1840 (1867) : Province sous le régime de l’Union.
d) Tout de même avec les données de 1760
– à moins que 1o la France ne reprenne le Canada (hypothèse vite éliminée),

2o l’Amérique anglaise se morcelle en poussières d’états, le Québec serait resté un État souverain (il faut éliminer aussi cette hypothèse).

En provoquant la division, les Anglais d’Amérique vont se fédérer. Si la France ne reprend pas le Canada pour venir l’alimenter et le protéger, les Canadiens-français sont nécessairement destinés à être provincialisés…
e) Inévitable formation du Canada anglais :
Dès 1760, les cadres d’une civilisation anglaise sont établis dans la vallée du Saint-Laurent.
En 1760, cette colonie se trouve à côté d’une douzaine d’autres ; donc une parmi douze. Le sort du Canada anglais deviendra certain par le schisme de 1775, 1776, 1783. Ce Canada anglais, par les circonstances, deviendra centre de séparatisme.
f) Le schisme ne fait que retarder… [l’apparition de] la minorité du Canada français :
À remarquer que le Canada français est pris entre les Anglais d’Amérique et ceux d’Angleterre.
g) La « simplicité incompréhensible » :
– Changement d’Empire : un désastre organique irréparable. Le Fait que la France n’y est plus, désastre pour la colonie, car elle seule pouvait mener le Canada [cette colonie française] vers l’indépendance.
– Les pièges psychologiques : quelles que soient les causes, l’enfant en souffre.
L’annexion de 1840 reste une perte ; la voie normale restait sous la projection et la protection de la France.

Régime britannique fort en comparaison avec le régime français de Bigot.
Après 1760 : Deux Canada (suite à la prochaine chronique)
O O O
RÉFÉRENCE :
Maurice SÉGUIN, « Synthèse générale de l’évolution politique et économique des deux Canadas. » Notes de cours établies par les étudiants qui ont suivi le cours HIST 585 intitulé « Introduction à l’histoire du Canada » en 1961-1962. Description : « Sociologie du national. Les principales explications historiques de l’évolution des deux Canadas. » (Université de Montréal, Département d’histoire.)
O O O
HISTOIRE DU TEMPS PRÉSENT
La nation civique québécoise et le « nous » de Bernard Landry

Featured b9f184bd28656f5bccb36b45abe296fb

Bruno Deshaies209 articles

  • 268 004

BRUNO DESHAIES est né à Montréal. Il est marié et père de trois enfants. Il a demeuré à Québec de nombreuses années, puis il est revenu à Montréal en 2002. Il continue à publier sa chronique sur le site Internet Vigile.net. Il est un spécialiste de la pensée de Maurice Séguin. Vous trouverez son cours sur Les Normes (1961-1962) à l’adresse Internet qui suit : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-1-20 (N. B. Exceptionnellement, la numéro 5 est à l’adresse suivante : http://www.vigile.net/Les-Normes-en-histoire, la16 à l’adresse qui suit : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-15-20,18580 ) et les quatre chroniques supplémentaires : 21 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique 22 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19364 23 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19509 24 et fin http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19636 ainsi que son Histoire des deux Canadas (1961-62) : Le PREMIER CANADA http://www.vigile.net/Le-premier-Canada-1-5 et le DEUXIÈME CANADA : http://www.vigile.net/Le-deuxieme-Canada-1-29 et un supplément http://www.vigile.net/Le-Canada-actuel-30

REM. : Pour toutes les chroniques numérotées mentionnées supra ainsi : 1-20, 1-5 et 1-29, il suffit de modifier le chiffre 1 par un autre chiffre, par ex. 2, 3, 4, pour qu’elles deviennent 2-20 ou 3-5 ou 4-29, etc. selon le nombre de chroniques jusqu’à la limite de chaque série. Il est obligatoire d’effectuer le changement directement sur l’adresse qui se trouve dans la fenêtre où l’hyperlien apparaît dans l’Internet. Par exemple : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-1-20 Vous devez vous rendre d’abord à la première adresse dans l’Internet (1-20). Ensuite, dans la fenêtre d’adresse Internet, vous modifier directement le chiffre pour accéder à une autre chronique, ainsi http://www.vigile.net/Le-deuxieme-Canada-10-29 La chronique devient (10-29).

Vous pouvez aussi consulter une série de chroniques consacrée à l’enseignement de l’histoire au Québec. Il suffit de se rendre à l’INDEX 1999 à 2004 : http://www.archives.vigile.net/ds-deshaies/index2.html Voir dans liste les chroniques numérotées 90, 128, 130, 155, 158, 160, 176 à 188, 191, 192 et « Le passé devient notre présent » sur la page d’appel de l’INDEX des chroniques de Bruno Deshaies (col. de gauche).

Finalement, il y a une série intitulée « POSITION ». Voir les chroniques numérotées 101, 104, 108 À 111, 119, 132 à 135, 152, 154, 159, 161, 163, 166 et 167.





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Bruno Deshaies Répondre

    26 juin 2014

    26 juin 2014
    Près de sept années plus tard, il faut comprendre l'urgence de parler d'une seule voix au sujet de la réalité d'une NATION INDÉPENDANTE dotée d'un État souverain.
    Le commentaire anonyme précédent pourrait faire réfléchir sur cette pensée de Tolstoï :
    « Les hommes traînent une poutre, chacun exprime son avis sur la façon de la traîner et l'endroit où la mettre. »
    Pendant combien d'années encore allons-nous imaginer le pays idéel ?
    Le pays actuel est très réel. Il a tout ce qu'il faut pour être indépendant. MAIS, «Les hommes traînent une poutre... » qui devient de plus en plus embarrassante et gênante au point de nuire collectivement à la société québécoise-française elle-même. L'appel est lancé pour entreprendre la révision déchirante nécessaire de notre conception traditionnelle de nous-mêmes.

  • Archives de Vigile Répondre

    11 octobre 2007

    "Bref, la société québécoise est soumise à un discours historique qui se substitue à l’Histoire elle-même. Elle se condamne en ce moment à ne plus penser en présence des faits. Elle vit dans l’événement immédiat comme le font tous nos commentateurs de la vie sociale et politique. Une pensée limitée par les contraintes du système canadian lui-même accepté de guerre lasse. La société québécoise a perdu son autonomie interne depuis 247 ans et elle est incapable collectivement de mettre le cap sur sa libération collective, c’est-à-dire son indépendance nationale. Elle fait du surf sur tout ce qui bouge au plan social, mais occulte savamment le « national » – sinon pour des revendications accidentelles, des rêves de projet(s) de pays aussi ambitieux et poreux les uns et les autres"
    Puissante synthèse de la situation actuelle, M.Deshaies, mais elle ne sera pas acceptée par les indépendantistes qui refusent massivement qu'une position indépendantiste cohérente, basée sur l'oppression essentielle (à l'opposé de l'oppression circonstancielle), soit présentée à la population.
    Toute allusion à la constitution d'un centre politique indépendantiste fort est immédiatement rejeté comme une hérésie. Toute référence à la lucidité de Maurice Séguin en ce qui a trait à notre destin national est rejetée comme du dogmatisme. La formulation d'un message unique et fort en faveur de l'indépendance est rejetée comme étant de l'endoctrinement. Au Québec, l'indépendantisme est moins un combat qu'un mode de vie. Le petit milieu est habité par de trop nombreux commentateurs de la scène politique et de trop nombreux rhéteurs. Il est vrai que l'individualisme cher aux baby boomers ne laisse que très peu de place à l'abnégation et à la discipline qu'une cause telle que l'indépendance nationale dans notre contexte réclame. Chacun y allant de sa petite idée, il ne faut donc pas s'étonner que nous soyons si loin du but.