INDÉPENDANCE DU QUÉBEC 324

Le deuxième Canada (24/29)

Une province administrée par des gouverneurs-premiers-ministres britanniques

Chronique de Bruno Deshaies


« Metcalfe n’en a pas contre les Canadiens-français,

mais il est opposé aux partisans du self-government. »

Quels que soient les événements vécus, le legs des gouverneurs généraux pèsera lourd sur l’avenir du Canada-Anglais. Au moment des rébellions, Gosford tente par tous les moyens d’établir la conciliation que demande Londres mais il échoue ; Durham, pour sa part, doit enquêter dans le but de proposer des solutions qui permettront de baliser les grandes décisions impériales – ce sera l’union ; Colborne s’assure de maintenir l’ordre et la paix avec l’aide de l’armée pour mâter les insurrections dans le Bas-Canada ; Thomson-Sydenham travaillera a établir les premiers grands programmes politiques du Canada-Uni mais sans parvenir à l’harmonie entre l’exécutif et le législatif ; Bagot donnera juste à temps l’impulsion de la coopération en s’efforçant de concilier l’harmonie avec la réalité politique, il réussira à faire entrer LaFontaine au Conseil exécutif en tant que procureur-général ; Metcalfe maintiendra le rythme en appliquant l’esprit des résolutions Harrison au sujet de la nature ambiguë du gouvernement responsable mais il ne parviendra pas à diriger une coalition parlementaire majoritaire non-partisane ; finalement, lord Elgin parachèvera l’œuvre de Durham malgré les résistances des Britanniques de Montréal qui s’attaqueront à sa voiture et délibérément iront incendier les édifices du Parlement. (VOIR : « Liste des gouverneurs généraux au Canada 1835-1854 », dans DOCUMENTS, No 1). Sans être un gouvernement militaire, le pouvoir civil a besoin en permanence des effectifs réguliers de l’armée britannique. Les Canadiens-Français n’ont aucune parité avec les Britanniques sur la maîtrise de la situation. Ils doivent se limiter au domaine local.
La Grande-Bretagne avait trois problèmes majeurs à résoudre. Le premier : trouver une solution fonctionnelle au cas des Canadiens-Français ; le deuxième : répondre aux exigences de plus en plus pressantes en ce qui concerne l’établissement du responsible government ; le troisième : s’assurer que ses colonies de l’Amérique du nord demeurent dans l’Empire. Compte tenu que la situation générale au Canada était sous l’emprise d’une insurrection toujours latente depuis 1828, que les idées de la liberté des peuples était dans l’air après la Révolution française, que la fin des guerres napoléoniennes ouvrait la porte à des changements dans la politique internationale, que le développement et l’expansionnisme étasuniens étaient aux frontières du Canada et que l’évolution du parlementarisme britannique et le système démocratique américain influençaient les habitants du Canada, il était impossible pour la Grande-Bretagne de ne pas intervenir dans le fonctionnement du gouvernement du Canada. Ce fut donc le régime du gouverneur-premier-ministre qu’elle a appliqué, doublé d’une protection militaire par un commandant en chef des forces armées dans les deux Canadas et donc de l’Amérique du Nord britannique (cf. DOCUMENTS, No 1).
L’inquiétude au sujet des frontières (cf. DOCUMENTS, No 2) et les craintes d’une insurrection demeuraient vives. Les effectifs réguliers de l’armée de l’Amérique du Nord britannique s’élevaient à plus de 12 000 hommes au début de janvier 1842. C’est dans cette atmosphère que les gouverneurs généraux auront à diriger le Canada au cours des dix premières années de l’Union (cf. DOCUMENTS, No 1). Les libéraux reprendront le pouvoir en Grande-Bretagne (cf. paragr. 71). Ce sera la fin du gouvernement du gouverneur-premier-ministre au Canada dans les affaires intérieures de la colonie.
Bruno Deshaies

Featured b9f184bd28656f5bccb36b45abe296fb

Bruno Deshaies209 articles

  • 268 202

BRUNO DESHAIES est né à Montréal. Il est marié et père de trois enfants. Il a demeuré à Québec de nombreuses années, puis il est revenu à Montréal en 2002. Il continue à publier sa chronique sur le site Internet Vigile.net. Il est un spécialiste de la pensée de Maurice Séguin. Vous trouverez son cours sur Les Normes (1961-1962) à l’adresse Internet qui suit : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-1-20 (N. B. Exceptionnellement, la numéro 5 est à l’adresse suivante : http://www.vigile.net/Les-Normes-en-histoire, la16 à l’adresse qui suit : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-15-20,18580 ) et les quatre chroniques supplémentaires : 21 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique 22 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19364 23 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19509 24 et fin http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19636 ainsi que son Histoire des deux Canadas (1961-62) : Le PREMIER CANADA http://www.vigile.net/Le-premier-Canada-1-5 et le DEUXIÈME CANADA : http://www.vigile.net/Le-deuxieme-Canada-1-29 et un supplément http://www.vigile.net/Le-Canada-actuel-30

REM. : Pour toutes les chroniques numérotées mentionnées supra ainsi : 1-20, 1-5 et 1-29, il suffit de modifier le chiffre 1 par un autre chiffre, par ex. 2, 3, 4, pour qu’elles deviennent 2-20 ou 3-5 ou 4-29, etc. selon le nombre de chroniques jusqu’à la limite de chaque série. Il est obligatoire d’effectuer le changement directement sur l’adresse qui se trouve dans la fenêtre où l’hyperlien apparaît dans l’Internet. Par exemple : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-1-20 Vous devez vous rendre d’abord à la première adresse dans l’Internet (1-20). Ensuite, dans la fenêtre d’adresse Internet, vous modifier directement le chiffre pour accéder à une autre chronique, ainsi http://www.vigile.net/Le-deuxieme-Canada-10-29 La chronique devient (10-29).

Vous pouvez aussi consulter une série de chroniques consacrée à l’enseignement de l’histoire au Québec. Il suffit de se rendre à l’INDEX 1999 à 2004 : http://www.archives.vigile.net/ds-deshaies/index2.html Voir dans liste les chroniques numérotées 90, 128, 130, 155, 158, 160, 176 à 188, 191, 192 et « Le passé devient notre présent » sur la page d’appel de l’INDEX des chroniques de Bruno Deshaies (col. de gauche).

Finalement, il y a une série intitulée « POSITION ». Voir les chroniques numérotées 101, 104, 108 À 111, 119, 132 à 135, 152, 154, 159, 161, 163, 166 et 167.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé