INDÉPENDANCE DU QUÉBEC 314

Le deuxième Canada (14/29)

Fin du séparatisme total de 1791

Chronique de Bruno Deshaies


« Le 6 novembre 1837 : un choc entre Canadiens et Anglais,

rue St-Jacques à Montréal. »
« les Patriotes sont conduits par des étrangers, des aventuriers

comme il s’en trouve toujours dans ces époques troubles… »
***
Les deux révoltes de 1837 qui opposent les Fils de la liberté et le Doric Club mettent en jeu deux ambitions de prépondérance dans la colonie. Pour les Fils de la liberté, il s’agit de mettre fin à l’existence de gouvernements corrompus et aux lenteurs de Londres afin de corriger la situation qui ne reflète pas les principes démocratiques (cf. DOCUMENTS : Texte no 1). Quant au Doric Club, représentant les intérêts des Montréalais britanniques, il cherche le combat armé en vue de mettre fin à la politique de conciliation du gouverneur Gosford et de se faire écouter de Londres.
Le combat du 6 novembre ne peut se comprendre qu’à la lumière des cinq décennies qui couvrent les années 1790 à 1840. Cette marche vers la rébellion a des causes lointaines et immédiates (cf. DOCUMENTS : Texte no 2 et RÉF., no 3). Pour l’immédiat, comme le note Michel Lapalme : « La troupe militaire du commandant Colborne qui patrouille dans les rues de Montréal intervient. Elle ouvre le feu sur les Fils de la liberté qui prenne (sic) la fuite aussitôt. Aucun mort, quelques carreaux cassés… L’étincelle suffisait néanmoins. » (RÉF., no 4 : p. 31.)
Si l’on juge les événements dans l’esprit du manifeste des Fils de la liberté, il apparaît tangible que tous ces « patriotes » ne comprennent pas qu’ils cherchent à continuer la lutte parlementaire en proposant un cadre de programme de gouvernement tout en croyant à une lutte armée (cf. RÉF., no 5 : p. 80-81). À ce moment-là, précisément, il aurait fallu l’appui de la majorité des Canadiens-Français. D’où cette remarque très pertinente de Maurice Séguin : « …les Canadiens ont tout fait pour perdre ce régime qui leur accordait beaucoup plus qu’ils n’auraient pu l’espérer en 1760 ».
L’exaspération nationale fait germer le sentiment de révolte chez les Canadiens au point où la simple rébellion se transforme d’une certaine manière en une vision révolutionnaire, ce qui semble être le but de la Déclaration d’indépendance du Bas-Canada du 28 février 1838 (cf. RÉF., no 5 : p. 86-88 et no 6 : p. 206-208 ainsi que la présentation des DOCUMENTS ci-dessous). En contrepartie, le gouvernement colonial possède la capacité, les moyens et la force militaire pour défendre ses intérêts d’autant que leurs compatriotes anglais du Bas-Canada ont sonné en premier l’alarme en se rebellant. Les Montrealers viennent d’attirer sur eux l’attention de Londres après cinq décennies de lutte (voir DOCUMENT : Texte no 2). L’armée commandée par Colborne veillera à mâter les rassemblements de patriotes. Le gouverneur Durham, le nouvel envoyé par Londres, terminera le travail de mise en minorité des Canadiens et de consolidation du pouvoir à l’avantage des Britanniques dans un Canada-uni.
Bruno Deshaies

Featured b9f184bd28656f5bccb36b45abe296fb

Bruno Deshaies209 articles

  • 268 437

BRUNO DESHAIES est né à Montréal. Il est marié et père de trois enfants. Il a demeuré à Québec de nombreuses années, puis il est revenu à Montréal en 2002. Il continue à publier sa chronique sur le site Internet Vigile.net. Il est un spécialiste de la pensée de Maurice Séguin. Vous trouverez son cours sur Les Normes (1961-1962) à l’adresse Internet qui suit : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-1-20 (N. B. Exceptionnellement, la numéro 5 est à l’adresse suivante : http://www.vigile.net/Les-Normes-en-histoire, la16 à l’adresse qui suit : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-15-20,18580 ) et les quatre chroniques supplémentaires : 21 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique 22 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19364 23 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19509 24 et fin http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19636 ainsi que son Histoire des deux Canadas (1961-62) : Le PREMIER CANADA http://www.vigile.net/Le-premier-Canada-1-5 et le DEUXIÈME CANADA : http://www.vigile.net/Le-deuxieme-Canada-1-29 et un supplément http://www.vigile.net/Le-Canada-actuel-30

REM. : Pour toutes les chroniques numérotées mentionnées supra ainsi : 1-20, 1-5 et 1-29, il suffit de modifier le chiffre 1 par un autre chiffre, par ex. 2, 3, 4, pour qu’elles deviennent 2-20 ou 3-5 ou 4-29, etc. selon le nombre de chroniques jusqu’à la limite de chaque série. Il est obligatoire d’effectuer le changement directement sur l’adresse qui se trouve dans la fenêtre où l’hyperlien apparaît dans l’Internet. Par exemple : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-1-20 Vous devez vous rendre d’abord à la première adresse dans l’Internet (1-20). Ensuite, dans la fenêtre d’adresse Internet, vous modifier directement le chiffre pour accéder à une autre chronique, ainsi http://www.vigile.net/Le-deuxieme-Canada-10-29 La chronique devient (10-29).

Vous pouvez aussi consulter une série de chroniques consacrée à l’enseignement de l’histoire au Québec. Il suffit de se rendre à l’INDEX 1999 à 2004 : http://www.archives.vigile.net/ds-deshaies/index2.html Voir dans liste les chroniques numérotées 90, 128, 130, 155, 158, 160, 176 à 188, 191, 192 et « Le passé devient notre présent » sur la page d’appel de l’INDEX des chroniques de Bruno Deshaies (col. de gauche).

Finalement, il y a une série intitulée « POSITION ». Voir les chroniques numérotées 101, 104, 108 À 111, 119, 132 à 135, 152, 154, 159, 161, 163, 166 et 167.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé