La Bourse de Montréal est en voie de devenir propriétaire de la Bourse de Boston

Bourse - Québec inc. vs Toronto inc.



La Bourse de Montréal pourrait devenir la première institution non américaine à détenir une Bourse aux États-Unis. Dans une transaction évaluée à un peu plus de 50 millions $US, le parquet montréalais poursuit les négociations en vue d'acheter la totalité de la participation de la Bourse de Boston dans Boston Options Exchange (BOX).
La Bourse de Montréal était déjà le principal actionnaire minoritaire de BOX depuis 2002. Elle revendiquait également le titre de première Bourse non américaine à être l'opérateur technique d'un parquet installé aux États-Unis lorsque BOX a amorcé ses activités, en 2004. À ce statut d'opérateur pourrait se greffer celui de propriétaire.
Inspirée par les visées du Nasdaq sur la Bourse de Boston, la Bourse de Montréal a annoncé hier avoir entrepris les négociations en vue de porter sa participation dans BOX de 31,4 % à un maximum de 53,2 %. La Bourse spécialisée montréalaise était déjà en pourparlers afin d'augmenter ce poids à 44,7 % dans le cadre d'une entente signée en 2006 avec la Boston Stock Exchange (BSE). «L'intention actuelle est d'acquérir la participation complète de 21,9 % dans BOX détenue directement et indirectement par la BSE», a indiqué l'institution montréalaise, dans son communiqué.
Le président et chef de la direction, Luc Bertrand, a rappelé que ce genre de négociations prenait du temps, notamment auprès des autorités réglementaires. «Si l'on obtient l'aval de la Securities and Exchange Commission, ce sera la première fois qu'une entité non américaine contrôlera une Bourse américaine. Mais ils nous connaissent. Ils savent ce que nous pouvons faire», a souligné Luc Bertrand, en rappelant que la Bourse de Montréal est un associé-fondateur de BOX.
Technique évoluée
BOX a amorcé ses activités en février 2004 au moyen d'une plateforme de négociation entièrement automatisée développée par la Bourse de Montréal. «BOX est reconnue comme l'une des Bourses d'options sur actions les plus évoluées du point de vue technique sur le marché américain», a souligné l'institution montréalaise. Les autres partenaires de la Bourse de produits dérivés de Boston, soient Citadel, Citigroup, Credit Suisse First Boston, Interactive Brokers, JP Morgan, Morgan Stanley et UBS, entendent rester.
La décision de la Bourse de Montréal d'étendre sa négociation à la totalité de la participation de la Bourse de Boston dans BOX survient alors que le Nasdaq confirme ses visées sur BSE. Le parquet électronique a précisé hier vouloir se porter acquéreur de la Bourse de Boston et ses entreprises affiliées pour un montant d'environ 61 millions $US, à l'exception de l'intérêt de BSE dans BOX. Dans le cadre de cette entente définitive signée avec le conseil d'administration de BSE, Nasdaq reprendra également les activités d'autoréglementation pour le négoce des actions et des options.
La Bourse de Montréal arrive au 34e rang des Bourses spécialisées au monde selon le volume de contrats négociés (15e selon la valeur nominale) avec plus de 40 millions de contrats négociés en 2006. BOX occupe le 20e rang dans ce classement mondial avec 94 millions de contrats négociés.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé