L'OTAN éclatée

17. Actualité archives 2007


Tout sommet des pays membres de l'OTAN se distingue évidemment du précédent. Mais celui qui se poursuit aujourd'hui à Riga, en Lettonie, risque fort de se singulariser de manière aussi profonde que marquée des rencontres antérieures en raison de l'ampleur des sujets inscrits au programme. Lesquels? L'Afghanistan et l'élargissement tous azimuts.
L'Afghanistan. Au cours des derniers jours, l'exécutif américain a relayé publiquement les requêtes exprimées par le général James Jones commandant suprême des forces de l'OTAN. Ce dernier voudrait une augmentation du nombre de soldats combinée à l'abandon des restrictions que tout pays engagé sur le théâtre des opérations a le droit de fixer. Même si certaines d'entre elles sont tenues secrètes, on sait que certaines nations ne veulent pas, par exemple, que leurs militaires combattent la nuit, patrouillent dans telle région ou encore mènent une offensive contre les talibans.
Pour les hauts-gradés chargés du dossier afghan, cet ensemble de balises a eu le fouillis pour conséquence. À cet égard, la lutte contre les narcotrafiquants résume les problèmes insolubles produits justement par ces restrictions. Ce combat n'étant pas au programme du contingent de l'OTAN, les seigneurs de la drogue jouissent de toute la marge de manoeuvre nécessaire à leur activité. Et ce, pour le bénéfice des talibans qui, en tant que complices des maîtres de l'opium, empochent les millions de dollars nécessaires à l'achat d'armes et autres. Résultat, au cours de la dernière année la récolte a enregistré une hausse de... 50%!
L'élargissement. Lorsque l'OTAN a été créée, on avait décidé que ce club serait réservé exclusivement aux Nord-Américains et aux Européens. On s'en souviendra, l'objectif alors fixé consistait à faire contrepoids à l'Union soviétique. Puis, il y a eu la chute du Mur. Dans la foulée, toutes les nations enclavées dans ce qu'on appelait l'Europe de l'Est ainsi que les pays baltes, ex-république de l'Union soviétique, se sont greffés à l'OTAN. De sorte que l'on compte aujourd'hui 26 membres.
Si, au début de la guerre en Afghanistan, les milliers de militaires déployés pour renverser le régime n'étaient pas sous le chapeau de l'OTAN, on sait qu'aujourd'hui ce n'est plus le cas. Et alors? Pour la première fois dans son histoire les membres de l'OTAN combattaient en dehors de la géographie arrêtée en 1949. Ajoutons qu'au Darfour ainsi qu'après le tremblement de terre au Pakistan, le tsunami d'il y a deux ans et l'ouragan Katrina à La Nouvelle-Orléans, l'OTAN a été mêlée aux secours alimentaires, médicaux et logistiques. Bref, son mandat d'origine s'est passablement modifié sans que cela se soit traduit tant dans la charte que dans le membership.
De fait, le gouvernement américain voudrait que, dans un premier temps, l'Australie, le Japon, la Nouvelle-Zélande et la Corée du Sud rejoignent les rangs de l'organisme. En Europe, certains s'opposent à ce projet qu'ils estiment risqué, car il sera immanquablement perçu, notamment par le monde arabe, comme la sainte alliance des croisés. La suite? Dans deux jours.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé