Stratégie de nos adversaires

L'intérêt national "canadian"!

Toute stratégie part d'un but définitif qui nous sert de régulateur et de moteur.

Tribune libre 2010



Notre but à nous: saborder Ottawa. François Hertel l'a bien écrit en toutes lettres y a 40 ans mais le conseil n'est pas encore entré dans nos têtes.

Cf: François Hertel: Cent ans d'injustice? - un beau rêve : le Canada (sur la Toile)

Tant que nous poursuivrons notre débat avec des arguments byzantins, (avec remerciements à monsieur Rhéaume qui nous a expliqué il y a un an ce qu'est un argument byzantin), nous ferons fausse route.

Entre autres, nous avons la manie de parler pour parler, tourner en rond pour tourner en rond, afin de "paraître" informé ou savant aux yeux des autres.

Toute stratégie part d'un but définitif qui nous sert de régulateur et de moteur.

Nous ne le comprenons pas encore. Trop cartésiens et pas assez terre à terre.

Multitudinis usus, écrit St Thomas d'Aquin dans la Summa Contra Gentiles; tout commence avec l'usage et l'usage, méthode priviiégiée de la géopolitique et la stratégie d'État, consiste à emprunter à la fin le moyen d'y arriver.

Parce que nous confondons la fin et les moyens, nous tournons en rond.

Featured 751d93ca198caacf4590a022022f5bc8

René Marcel Sauvé217 articles

  • 249 296

J. René Marcel Sauvé, géographe spécialisé en géopolitique et en polémologie, a fait ses études de base à l’institut de géographie de l’Université de Montréal. En même temps, il entreprit dans l’armée canadienne une carrière de 28 ans qui le conduisit en Europe, en Afrique occidentale et au Moyen-Orient. Poursuivant études et carrière, il s’inscrivit au département d’histoire de l’Université de Londres et fit des études au Collège Métropolitain de Saint-Albans. Il fréquenta aussi l’Université de Vienne et le Geschwitzer Scholl Institut Für Politische Wissenschaft à Munich. Il est l'auteur de [{Géopolitique et avenir du Québec et Québec, carrefour des empires}->http://www.quebeclibre.net/spip.php?article248].





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Fernand Lachaine Répondre

    1 août 2010

    Bonjour monsieur Sauvé,
    Vous avez tout à fait raison, il y a une méchante dose de pelletage de nuages empêchant ainsi le mouvement souverainiste de prendre les vraies choses en main.
    Nous sommes divisés plus que jamais avec de nouvelles associations et partis qui se déchirent entre eux et elles.
    On constate toutefois que sur le coté canadian, l'action est de rigueur. La parlotte ne semble pas leur fort: ils agissent.
    Tellement que le statu quo (le surplace) ça n'existe plus: Le Québec continue à perdre constamment et profondément ses forces vives et son tissu social n'est que l'ombre de lui-même.
    Pendant ce temps, comme ce personnage qui jouait son instrument de musique préféré, sa ville brûlait...
    Merci monsieur Sauvé de nous rappeler que la faisotte est plus importante que la parlotte.
    Je m'appliquerai dorénavant à me poser la question suivante: Qu'ai-je fait aujourd'hui pour faire avancer l'indépendance du Québec ?
    Fernand Lachaine

  • Archives de Vigile Répondre

    1 août 2010


    J'ai oublié: Argument byzantin en Québécois veut dire

    pelletage de nuages.
    JRMS

  • Archives de Vigile Répondre

    1 août 2010

    C'est vrai que les Québecois tournent longtemps et depuis longtemps en rond mais j'ai remarqué que lorsqu'ils arrivent à comprendre une question il foncent comme des Gaulois sur les colonisateurs et ne lâchent plus jamais .
    La patience des Québecois est très développée mais lorsqu'ils se décident, je plaint les fédéralistes de la convaincre à redevenir colonisés et niais et de revoter pour eux .