Kwouibec

Billet de Caroline

KWOUIBEC


Dans l'hebdomadaire Première Édition
de Vaudreuil-Soulanges | Sainte-Anne de Bellevue,
le petit Omar Ouqfi explique de quelle manière il se prépare
pour la rentrée scolaire :
« J'ai déjà acheté mon sac à dos
et ma boîte à lunch.
Je vais acheter mes livres en anglais
car je suis en 6e année en P.E.A.I.,
je vais étudier en anglais cette année. »
Les jeunes, d'après Michel Venne du Devoir,
voient le Québec « polyglotte et connecté sur le monde. »
C'est la lecture que fait le journaliste
des entrevues accordées par dix d'entre eux à l'Actualité.
Qu'est-ce qu'un Québec polyglotte
et fortement américanisé
dans un Canada anglais ?
Polyglotte au Québec
cela signifie que des gens ayant une langue maternelle
autre que le français et l'anglais
peuvent s'exprimer en anglais
et posséder quelques rudiments ou pas de français.
Polyglotte au Québec
cela signifie que les Québécois de langue française
peuvent s'exprimer en anglais
afin de servir, aider, soigner, instruire
ceux qui ne parlent pas français.
Polyglotte au Québec
cela signifie que l'on peut vivre en anglais
du matin au soir, à longueur de journée, à longueur de vie
sans maîtriser un mot de français.
Au Québec,
l'anglais l'emporte sur le français
comme le masculin
sur le féminin.
Pourquoi en faire un drame ?
À l'heure de la McDonalisation de la planète
l'anglais est tellement plus « connecté sur le monde. »
Seulement, à force de « switcher » à l'anglais
le français des Québécois bilingues
se dégrade
et le français de bien des anglophones
et de bien des immigrants stagne
au point mort.
C'est ainsi que l'on en vient
à « prendre » pour acquis
à « canceler », à « watcher », à « tchèquer »
à faire un « u-turn »
à payer « cash »
à avoir du « fun »
à trouver ça « cool »
à mettre le bouton à « on », à « off », à « play », etc.,
sans même se rendre compte
que l'on utilise des mots empruntés à l'anglais.
C'est ainsi que l'on tolère de « personnalités »
qu'elles lèvent le nez sur le français.
C'est ainsi qu'un animateur de radio
estimera que le terme « joyful »
correspond davantage à l'idée qu'il se fait
de celui qui l'a remplacé pendant l'été.
C'est ainsi qu'une langue meurt.
C'est ainsi qu'un peuple disparaît.
C'est ainsi que les petits-enfants des petits-enfants
des Claude Jasmin (Clôde Djasmine)
et des Michel Venne (Michell Vine)
se verront eux aussi « sorry »
de ne pas parler français.
Est-ce qu'on ne peut pas leur rétorquer,
à ceux qui en 2006 sont si « sorry » de ne pas parler français
que rien ne les empêche de l'apprendre ?
Est-ce qu'on va se déconnecter de nous-mêmes
pour se connecter sur le monde ?
Avant de rêver le Kwouibec plurilingue
commençons par en faire un pays
de langue française.
« Switchons » au français.

Featured df5b7351bef44f5ef9d14600f6d8203f

Caroline Moreno476 articles

  • 375 247

Château de banlieue

Mieux vaut en rire que d'en pleurer !


Chapitre 1
http://www.tagtele.com/videos/voir/73927/

Chapitre 2
http://www.tagtele.com/videos/voir/73949/

Chapitre 3
http://www.tagtele.com/videos/voir/73967/1/





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé