Je redeviens souverainiste

C2ad69bd921ea8bf32338337c572c1e4

C'est la question identitaire qui fait renaître le souverainisme chez les patriotes fatigués

OPINION / Je suis de cette génération qui a connu le rang inférieur donné aux Québécois par la prépondérance anglophone dans la province. Dans mon coin de pays, l’entreprise minière s’appelait la Gaspé Copper Mines, l’usine de pâtes et papier portait le nom de Gaspesia Pulp and Paper, et la langue parlée par tous ceux qui avaient un poste important était l’anglais. Enfant, j’enviais les familles de mon voisinage qui parlaient cette langue et je ressentais une gêne à être un Canadien-français.


Quand je prenais le train avec ma mère pour aller visiter ses sœurs à Montréal, je ressentais cette même gêne devant les employés du CN qui ne parlaient que l’anglais et j’étais peiné de voir ma mère tenter misérablement de se faire comprendre avec ses quelques mots d’anglais, et finir avec un sentiment d’humiliation qui la faisait rager. À Montréal, lorsque j’accompagnais ma mère et ses sœurs dans leur magasinage, j’avais aussi cette impression d’être d’un rang inférieur face à tous ces commis et vendeurs anglophones. Bien qu’enfant et n’ayant pas une grande connaissance du reste du Canada, des États-Unis et des pays européens, je voyais bien, surtout avec l’arrivée de la télévision au milieu des années 1950, que nous étions peu instruits et obnubilés par la religion catholique. Autour de moi, nombreux étaient les adultes qui savaient à peine lire et écrire et qui occupaient des petits emplois.