Flaherty veut en passer une autre au Québec

Bourse - Québec inc. vs Toronto inc.


L’opportunisme des conservateurs ne connaît pas de limite. Le ministre des Finances, Jim Flaherty, le démontre encore une fois en s’attaquant à la commission québécoise des valeurs mobilières au moment même où la population attend plutôt de lui qu’il se consacre à l’adoption d’un plan efficace pour relancer l’économie.
En 2006, l’OCDE classait le régime d’encadrement actuel, sous la gouverne du Québec, des provinces et des territoires parmi les plus performants des pays industrialisés. On est en droit de se demander alors pour quelle raison les conservateurs cherchent à démanteler un système qui fonctionne déjà très bien, sinon pour s’accaparer des pouvoirs qui ne leur appartiennent pas.
Soyons clair : la mise en place d’une telle commission n’aurait aucun effet notable sur la croissance économique, pas plus qu’elle ne viendrait en aide aux familles, aux travailleurs ou aux régions du Québec. L’enjeu se situe ailleurs.
Armé des recommandations d’un comité qu’il a lui-même mandaté pour corroborer ses dires, le ministre Flaherty cherche avant tout à profiter de la situation économique pour faire passer des mesures idéologiques qui lui sont chères. Mais le projet de M. Flaherty, en plus d’alourdir inutilement le système déjà en place, menace de ne pas tenir compte des spécificités du marché québécois et d’en faire exploser les coûts. De plus, l’imposition d’une commission unique minera la capacité du Québec à préserver des emplois de qualité dans son secteur financier. Cet entêtement, dans le contexte que nous connaissons, est proprement inadmissible.
Le Bloc Québécois, tout comme l’Assemblée nationale du Québec à l’unanimité, s’oppose depuis longtemps à la création d’un tel organisme. Le Québec a le droit d’orienter lui-même son propre développement social, économique et culturel. À cette fin, il est indispensable qu’il conserve les moyens de le faire. L’obstination de M. Flaherty est d’autant plus déplacée que la conférence fédérale-provinciale des premiers ministres doit avoir lieu dès demain et que cette annonce prépare bien mal le terrain aux discussions à venir.

Jean-Yves Laforest
Député de Saint-Maurice-Champlain
Porte-parole du Bloc Québécois en matière de Finances.

Featured 126451ac4b449815623fa13fbe434661

Jean-Yves Laforest1 article

  • 189

Député de Saint-Maurice-Champlain

Porte-parole du Bloc Québécois en matière de Finances.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé