En pleine gueule!

Tribune libre

EN PLEINE GUEULE!
(À tous les royalistes, fédéralistes et colonialistes de ce monde)
Vous l’aurez en pleine gueule notre pays
_ En pleine gueule le lys de nos appartenances
_ La fleur de notre histoire vous l’avalerez un jour
_ Nous la déposerons jusqu’à vos lèvres
_ Comme un drapeau fait pour se hisser
_ Pour rendre gloire à sa Terre, à son histoire
_ Vous l’aurez en pleine gueule notre indépendance
_ Notre liberté sera votre nouvelle souche
_ Vous devrez vous y asseoir
_ Accepter notre triomphe
_ Notre avancée en Amérique française.
_ Vous l’aurez en pleine gueule notre conquête
_ Notre bonheur
_ Autant vous y faire
_ Admettre qu’un peuple comme le nôtre
_ Ne meurt pas, ne mourra jamais
_ Comme le poète, il résiste à la nuit des siècles
_ Préserve l’avenir et la beauté
_ La jeunesse de ses appartenances
_ Vous l’aurez en pleine gueule
_ Notre indépendance
_ Notre libération
_ Nous ne savons ni quand, ni à quelle heure
_ Mais nous avançons comme une armée sereine
_ Sûre et volontaire
_ La fleur de lys, cet emblème de notre ténacité légendaire
_ Vous l’avalerez à pleine bouche
_ Et vlan, dans le mur de vos contradictions
_ De vos abus, de vos usurpations
_ De votre non-compréhension.
_ Vous l’aurez en pleine gueule notre pays
_ Ce Québec de nos amours
_ Et vlan, notre indépendance
_ Envers et contre tout!
France Bonneau
_ 7 juillet 2011
.

Featured 9667633ae5aaba20845bac85fb41b69e

France Bonneau39 articles

  • 31 751

France Bonneau est professeure de français auprès des adultes-immigrant-e-s . (MICC)





Laissez un commentaire



5 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    23 août 2011

    Un texte qu'on ne peut esquivé! Bien dit, bravo!

  • Jean-François-le-Québécois Répondre

    8 juillet 2011

    «Vous l’avalerez à pleine bouche
    Et vlan, dans le mur de vos contradictions
    De vos abus, de vos usurpations
    De votre non-compréhension.»
    Merci pour ce poème inspirant, fortifiant. Franchemnt, ça fait du bien, comme une bouffée d'air frais, en cette ère où une créature répugnante comme ce «premier ministre» indigne d'être nommé ici, peut jouir d'un troisième mandat à travailler contre à peu près toutes les aspirations de notre nation.
    Et oui, les fédérastes ne peuvent que se contredire, mentir et laisser s'échapper des demis-vérités; car nous avons la vérité, historique et actuelle, de notre côté. Que peuvent-ils vraiment opposer à ça?!? D'autres commandites? Un autre discours en mauvais français, d'un membre de la famille royale (très remise en question chez elle)?
    À propos, nos «amis» du Canada anglais l'auront en pleine gueule, et avec violence (économique), notre indépendance! Car quand ils ne pourront plsu nous voler la richesse qu'ils nous prennent au moyen de leur immonde «péréquation», on verra bien ce que deviendra, progressivement, le «plusse meilleur pays du monde» de la caricature vivante de Shawinigan...

  • Nicole Hébert Répondre

    8 juillet 2011

    Wouah! Merci, France Bonneau, d'entretenir ainsi la flamme. Que les mots sont donc puissants!

  • Stefan Allinger Répondre

    8 juillet 2011

    Bravo Mme. Bonneau pour ce beau poème!

  • Archives de Vigile Répondre

    8 juillet 2011

    Il y a dans votre poème quelques très beaux mots pour un hymne national.
    Indépendance. Liberté.La fleur de notre Histoire, le lys de notre liberté. La gloire. C'est beau.