Elle poursuit Justin Trudeau qui l'a traitée de raciste

6b27e3bf5320f1e219d6d92b6f8b05d5

Bravo madame : « Je ne suis pas raciste, je suis nationaliste, jure-t-elle. C'est de la diffamation. Trudeau a nui à ma dignité, mon honneur ! »

(Québec) Accusée de « racisme » et « d'intolérance » par Justin Trudeau lors d'un rassemblement public l'été dernier, Diane Blain juge qu'elle a été diffamée, stigmatisée et associée à l'extrême droite. La femme a donc décidé de poursuivre le premier ministre pour près de 100 000 $.



« Tout cet incident a eu un impact majeur dans sa vie personnelle, dans sa famille. On l'a fait passer pour Marine Le Pen version québécoise », explique en entrevue son avocat, Me Christian Lajoie.



La femme de 74 ans a fait les manchettes le 16 août dernier. Ce jour-là, lors d'un rassemblement libéral en Montérégie, elle avait interpellé M. Trudeau au sujet des demandeurs d'asile. Les images de la prise de bec ont circulé dans les médias et sur les réseaux sociaux.


 



« Je veux savoir quand vous allez nous remettre les 146 millions qu'on a payés pour vos immigrants illégaux », avait crié la dame au milieu de la foule.



Un échange avait suivi au cours duquel M. Trudeau avait rabroué la femme. « Madame, cette intolérance par rapport aux immigrants, ça n'a pas sa place au Canada, avait répondu le premier ministre. Cette intolérance par rapport à la diversité... Vous n'avez pas votre place ici. »



Mme Blain avait ensuite demandé au chef du gouvernement s'il était « tolérant avec les Québécois de souche ».



« Madame, votre racisme n'a pas sa place ici », avait-il rétorqué, se disant « fier Québécois ». La dame raconte avoir ensuite été appréhendée par des agents de la GRC.



Militante au sein de la droite identitaire



Diane Blain, qui milite depuis des années au sein de la droite identitaire et qui tient des propos controversés sur les réseaux sociaux, assure que cet événement a eu des répercussions négatives dans sa vie.



« Depuis ce temps-là, une de mes filles ne me parle plus parce qu'elle croit que je suis raciste et intolérante. J'ai passé Noël et le Nouvel An toute seule. C'est ça que ç'a fait dans ma famille », a raconté Mme Blain, hier, en entrevue.



« Moi, j'allais là pour poser une simple question au premier ministre du Canada qui est supposé être le premier ministre de tous les Canadiens. Mais je me suis rendu compte qu'il était uniquement le premier ministre des libéraux. »



Diane Blain a d'abord envoyé une mise en demeure à Justin Trudeau, en novembre, le sommant de s'excuser publiquement et demandant 30 000 $. Par la voix de son avocate, celui-ci a refusé, explique Me Lajoie. Une poursuite pour 95 000 $ a donc été déposée en décembre dernier.



« Nous ne ferons aucun commentaire tant que cette affaire sera devant les tribunaux », a simplement précisé hier soir une porte-parole au bureau du premier ministre, Chantal Gagnon.



« Je ne suis pas raciste »



Dans sa poursuite, Mme Blain allègue que Justin Trudeau a dépassé les bornes. Les propos du premier ministre relèvent selon elle de la diffamation, ont porté atteinte à sa réputation et ont eu d'importants impacts sur elle et ses proches.



« Il est déraisonnable d'insinuer et de prétendre publiquement qu'une dame est raciste, intolérante et qu'elle n'a pas sa place au Canada parce qu'elle partage une opinion différente de celle du défendeur », peut-on lire dans la demande introductive d'instance.



Dans les jours qui ont suivi l'incident, plusieurs pans de la vie de Mme Blain ont été dévoilés dans les médias. D'abord perçue comme une simple citoyenne, il est devenu clair que la femme militait aux côtés de groupes de la droite identitaire comme Storm Alliance et le Front patriotique du Québec.



Sur Facebook, elle a récemment partagé des théories du complot sur l'attentat à la Grande Mosquée de Québec, notamment la théorie maintes fois invalidée selon laquelle il y avait un deuxième tireur, de confession musulmane celui-ci.



Début 2015, elle avait refusé de se faire soigner par une étudiante en médecine dentaire portant le voile ; « une voilée », comme elle l'avait désignée dans une publication sur Facebook.



Mais Diane Blain assure qu'elle n'est pas raciste. « Moi, j'ai 74 ans, j'ai vu ma mère et ma grand-mère se battre pour l'égalité des femmes, et une femme qui porte le voile, je suis contre ça, dit-elle. Je ne sais même pas de quelle race elle était, cette femme-là. Elle portait le voile, c'est trop. »



« Je ne suis pas raciste, je suis nationaliste, jure-t-elle. C'est de la diffamation. Trudeau a nui à ma dignité, mon honneur, je me suis sentie comme de la merde. »



Selon son avocat, les prises de position passées de sa cliente n'ont de toute manière rien à voir dans la présente affaire. « M. Trudeau n'avait jamais vu notre cliente avant. Notre position, c'est que lorsqu'il a tenu ces propos, il ne la connaissait pas et que c'était diffamatoire », note Christian Lajoie.



L'affaire pourrait être entendue par le tribunal à l'hiver 2020, estime l'avocat.