Crise des médias: Québec renonce aux 15 M$ prêtés à Groupe Capitales Médias

807081e6c5c4d68467ef3fbf9c95ba22

De l'argent jeté par les fenêtres pour sauver la propagande fédéraliste des Desmarais


Les dés sont jetés pour les 15 M$ prêtés à Groupe Capitales Médias (GCM) : « c’est clair » que le gouvernement n’en reverra jamais la couleur, reconnaît le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon.


Interrogé par les journalistes postés à l’entrée du Conseil des ministres, M. Fitzgibbon y est allé d’une réponse sans équivoque en ce sens.


Après les 10 M$ prêtés par le gouvernement précédent au groupe alors dirigé par Martin Cauchon, et les 5 M$ allongés le mois dernier, M. Fitzgibbon s’attend à ce que le sauvetage des six quotidiens régionaux coûte cher à l’État.


Mais il ne regrette en rien d’avoir injecté davantage de fonds publics. « Cinq millions de dollars, ce n’est pas la fin du monde », a minimisé M. Fitzgibbon.


Un programme d’ici octobre


Quant à l’information rapportée mercredi par La Presse, à savoir que le plan de sauvetage des six journaux de Groupe Capitales Médias aurait impliqué le licenciement des deux tiers de ses employés, « les demandes étaient importantes », s’est limité à dire M. Fitzgibbon.


Le ou les futurs repreneurs de Groupe Capitales Médias devraient par ailleurs savoir en « octobre, au plus tard », quels seront les paramètres du programme d’aide général aux médias qu’offrira le gouvernement du Québec.


« Prévisible », dit Québecor


Dans un communiqué, Québecor a indiqué que cette déclaration « était parfaitement prévisible ».


Déplorant l’iniquité que génèrent ces subventions sur le plan de la concurrence, l’entreprise, qui est notamment propriétaire du Journal et de TVA, a qualifié de « triste et brutal » le constat effectué après avoir examiné « l’ensemble des informations utiles à une analyse de la situation de chacun des journaux de Groupe Capitales Médias ».


« Le modèle d’affaires de Capitales Médias, tel qu’appliqué aujourd’hui, n’est pas viable et ne peut le devenir même avec les différentes mesures évoquées par plusieurs », peut-on lire dans le communiqué.








Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.