Créer plus de richesse pour mieux la répartir ensuite

Canada - Propagande Canada


De 1946 à 1974, le salaire hebdomadaire par employé au Québec a augmenté de 107 % de plus que l'indice des prix à la consommation (IPC). Le pouvoir d'achat des salaires a plus que doublé. Toutefois, depuis 1974, la hausse cumulative du salaire hebdomadaire n'a dépassé celle de l'IPC que d'un maigre 4 %. L'enrichissement salarial a presque cessé.
Les travailleurs québécois ont parfaitement raison de s'en plaindre. [Leur amertume a d'ailleurs été très bien résumée par le professeur Jacques Rouillard, de l'Université de Montréal, dans Le Devoir du 1er mai.->13167]
Si on veut trouver des solutions, il faut d'abord déterminer la cause de cette malheureuse évolution. Il y a deux explications possibles à l'inertie des salaires. La première est que la richesse se crée mais que les salariés sont privés de leur part du gâteau. La seconde est tout simplement que la richesse ne se crée plus.
La part des salaires est stable
La première explication est incorrecte. Les données du tableau publié dans cette page démontrent que la part du revenu intérieur qui revient aux salariés n'a pas vraiment changé au Québec depuis 35 ans. D'un sommet conjoncturel au suivant, elle est demeurée à peu près stable autour de 75 %. En contrepartie, la part des profits des entreprises s'est maintenue autour de 17 % du revenu intérieur. Contrairement à une opinion répandue, les employeurs ne sont pas «partis avec la poche». C'est peut-être le cas ailleurs en Amérique, mais pas au Québec.
La croissance a ralenti
La seconde explication est plus proche de la vérité. La création de la richesse ne s'est pas arrêtée net depuis 35 ans au Québec, mais elle a fortement ralenti. Par heure travaillée, du sommet conjoncturel de 1974 à celui de 2007, le revenu intérieur du Québec a augmenté cumulativement de 37 % (ou 1 % par année) de plus que l'IPC. Or, de 1963 à 1974, la hausse avait été cinq fois plus rapide: 67 % en 11 ans (ou 4,8 % par année). Tout un freinage!
Une question reste néanmoins à clarifier: si le revenu intérieur du Québec par heure travaillée a augmenté de 37 % de plus que l'IPC de 1974 à 2007, pourquoi donc le salaire hebdomadaire par employé n'a-t-il progressé, pendant ce temps, que d'un minable 4 % de plus que l'IPC, plutôt que de 37 % lui aussi?
La réponse vient en deux temps. Premièrement, les heures travaillées par personne employée au Québec ont baissé de 13 % depuis 1974. Cela signifie que la hausse cumulative de 4 % du salaire par employé correspond en fait à une hausse de 17 % du salaire par heure travaillée.
Contributions en hausse
Deuxièmement, la rémunération totale des salariés comprend non seulement leurs salaires mais aussi les contributions des employeurs aux avantages sociaux publics et privés. Or, par heure travaillée, ces contributions ont augmenté de 161 % de plus que l'IPC depuis 1974. Si on additionne les avantages sociaux et les salaires et qu'on divise le tout par les heures travaillées, on obtient la rémunération horaire totale des salariés. Or il se trouve que cette dernière a augmenté de 36 % de plus que l'IPC de 1974 à 2007, soit presque du même pourcentage (37 %) que le revenu intérieur par heure travaillée. C'est, comme on dit, à l'intérieur de la marge d'erreur.
En somme, la cause de la léthargie des salaires n'est pas que les salariés ne reçoivent plus leur part du gâteau mais que la création de la richesse, sans avoir complètement cessé, a néanmoins considérablement ralenti. À l'encontre du pessimisme ambiant, il est entièrement justifié de croire que les salaires vont reprendre leur élan dès que la création de richesse aura retrouvé un rythme plus acceptable.
Le partage vient avec la croissance
Il est tout aussi fondamental de redistribuer équitablement la richesse que d'en créer. Mais plusieurs ont l'impression que, lorsque la richesse se crée, la redistribution est toujours reportée à plus tard. Nous pensons que ce type de pessimisme au Québec n'est pas justifié lui non plus.
Au contraire, l'histoire sociale des deux dernières décennies permet d'être optimiste sur les valeurs de partage qui animent les Québécois. De 1989 à 1996, le mécanisme de création de richesse s'est complètement enrayé au Canada. Au Québec, le revenu familial de la classe moyenne a alors baissé de 8 % en pouvoir d'achat. Plusieurs programmes sociaux ont subi de sévères compressions. Sans création de richesse, le progrès social s'est arrêté.
Heureusement, la croissance a connu une certaine relance avec la reprise et l'expansion de 1996 à 2007. Toujours en pouvoir d'achat, le revenu familial de la classe moyenne a grimpé de 22 % en dix ans. Les nouvelles mesures sociales se sont aussitôt multipliées au Québec: équité salariale, assurance médicaments universelle, garderies à 7 $ par jour, prime au travail, congés parentaux, hausse cumulative de 32 % du salaire minimum, soutien aux élèves en difficulté, aide aux secteurs forestier et manufacturier. Ce n'est pas parfait: il reste beaucoup à faire pour combattre les inégalités. Mais il est tout à fait incorrect d'affirmer que la redistribution de la richesse n'a pas suivi le retour de la croissance économique.
Lorsque l'économie croît, les Québécois partagent volontiers et sans tarder.
***
Jean Boivin, Pierre Fortin et Marc Van Audenrode, Économistes et professeurs respectivement à HEC Montréal, à l'UQAM et à l'Université de Sherbrooke


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé