Confusion totale

[Dédé le confus...->19503]

Les partis de l'opposition continuent de harceler le gouvernement Charest au sujet des Fonds d'intervention économique régionaux (FIER). Le PQ et l'ADQ tournent les coins ronds, mais il reste que les faits révélés sont étonnants et, dans quelques cas, troublants.
Hier, le député adéquiste François Bonnardel a souligné que trois FIER ont investi dans l'entreprise d'analytique web iPerceptions. Or, les FIER en question ont des liens de diverses natures avec Charles Sirois ou avec son entreprise Télésystème, qui se trouve à être le principal actionnaire de iPerceptions.

«Le FIER ID Montréal, Télésystème, ID Capital et le programme gouvernemental Anges Québec sont tous sous le même toit, ils ont tous profité de fonds publics via les FIER pour investir dans une entreprise: iPerceptions, qui appartient à Télésystème», s'est inquiété M. Bonnardel.
Chez Télésystème, on affirme que M. Sirois a scrupuleusement respecté les règles, notamment en se retirant du comité de placement du FIER ID lorsque la décision d'investir dans iPerceptions a été prise.
Charles Sirois est un homme d'affaires de trop grande stature pour qu'on puisse même l'imaginer associé à quelque magouille. Le fait que son nom soit malencontreusement mêlé à cette affaire devrait convaincre le ministre du Développement économique de prendre des mesures énergiques pour que cesse cette controverse.
Le gouvernement devrait demander au vérificateur général de se pencher sur la gestion et la gouvernance des FIER. D'ici là, M. Bachand devrait exiger d'Investissement Québec qu'elle suive de beaucoup plus près les activités des FIER. Enfin, comme nous l'avons déjà suggéré, le ministre devrait revoir l'ensemble du programme. De toute évidence, celui-ci ne produit pas les résultats attendus au moment de sa mise en place en 2004.
«Ces sommes agiront comme levier pour amener d'autres partenaires privés à financer la réalisation de projets en région», expliquait le ministre des Finances de l'époque, Yves Séguin, lorsqu'il a annoncé la création des FIER. Tout le monde a compris alors que chaque fonds d'intervention allait donner un coup de pouce aux entreprises en démarrage de sa région. C'est la même impression qui ressortait de chacune des nombreuses conférences de presse où M. Bachand a annoncé la création d'un FIER dans une région donnée.
On sait aujourd'hui que les règles permettent à un FIER d'investir jusqu'à la moitié des sommes disponibles hors de sa région. Ainsi, iPerceptions a non seulement reçu de l'argent du FIER ID de Montréal, où travaillent la plupart de ses employés, mais également de deux FIER de la région de Québec.
Le ministre Bachand a beau être un bon pédagogue, il n'arrive plus à expliquer la logique de ce programme. Pour tout dire, plus il explique moins c'est clair. Raison supplémentaire pour mettre de l'ordre et appeler le vérificateur général en renfort.
Si le gouvernement Charest continue de prétendre que la controverse est seulement due à la prétendue mauvaise foi des partis de l'opposition, il risque de nuire davantage à la crédibilité (déjà amochée) des FIER, donc à leur efficacité.
apratte@lapresse.ca

Featured e9ce29e1df8a56a11b26e68ffd733781

André Pratte878 articles

  • 272 681

[une chronique intitulée « Tout est pourri » (critique de Anne-Marie Gingras) ->http://books.google.fr/books?id=EZWguAMXAtsC&pg=PA27-IA27&lpg=PA27-IA27&dq=pratte+Tout+est+pourri&source=bl&ots=MUti9NTQuH&sig=h2zgJlLgOg844j5ejxnUl4zH2_s&hl=fr&sa=X&ei=73RrT8aQEqnh0QHuh4GyBg&ved=0CEEQ6AEwBQ#v=onepage&q=pratte%20Tout%20est%20pourri&f=false]

[Semaine après semaine, ce petit monsieur nous convie à la petitesse->http://www.pierrefalardeau.com/index.php?option=com_content&task=view&id=30&Itemid=2]. Notre statut de minoritaires braillards, il le célèbre, en fait la promotion, le porte comme un étendard avec des trémolos orwelliens : « La dépendance, c’est l’indépendance ». « La soumission, c’est la liberté ». « La provincialisation, c’est la vraie souveraineté ». « La petitesse, c’est la grandeur ». Pour lui, un demi-strapontin à l’Unesco est une immense victoire pour notre peuple. C’est la seule politique étrangère qu’il arrive à imaginer pour le peuple québécois. Mais cet intellectuel colonisé type n’est pas seul. Power Corp. et Radio-Cadenas en engagent à la poche.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé