À l'assaut de la Caisse

Après le référendum volé, ce sont les milliards envolés

Corruption libérale - FIER - CDP - etc...

À l’invitation du RRQ, près de deux cents personnes se sont mobilisées pour dénoncer la nouvelle vocation de la Caisse de dépôt et placement et pour réclamer l’argent des travailleurs québécois misé et perdu par des joueurs canadiens qui s’en lavent les mains jusqu’aux oreilles. Les médias ont à peine effleuré le sujet. Radio-Canada a monopolisé, sur la question, une vingtaine de secondes de son précieux temps d’antenne. Cyberpresse a réduit la foule à des dizaines de personnes tandis que Canoe a mis l’accent sur la tournure indépendantiste de la manifestation pour en minimiser la portée: «Par ailleurs, Alain Giroux, un résident montréalais, se dit un peu étonné de l'ampleur «nationalisme-souveraineté» que prend la manifestation. «Je suis d'accord avec la plupart des grandes lignes que soulève cette initiative, qui s’oppose aux façons de faire de la Caisse et du gouvernement, mais c'est pas une marche pour l'indépendance.»
Il est également à souligner qu’aucun politicien n’était visible à l’horizon. La Caisse, c’est trop politique. Le Président de la SSJBM n’était pas non plus dans les parages, pas plus que M. Yves Michaud. 40 milliards $ partis en fumée, l’avenir financier des Québécois hypothéqué, ce n’est pas suffisant pour monter aux barricades. Pourtant, les 130 millions de dollars détournés par l’ancien patron de Norbourg, Vincent Lacroix, avaient semé l’indignation, une enquête avait été menée, des accusations portées, un homme condamné.
Après le référendum volé, ce sont les milliards envolés. Ce n’est pas un simple incident. Qu’on arrête de ramener des escroqueries d’une telle ampleur à des «épisodes malheureux». Il faut en faire tout un plat. La Caisse de dépôt, les FIERS, la construction du MUHC, Rabaska, la dégringolade du français, ce sont nos affaires et ça commence à faire. Organisons une journée nationale de protestation.

Featured df5b7351bef44f5ef9d14600f6d8203f

Caroline Moreno476 articles

  • 236 446

Château de banlieue

Mieux vaut en rire que d'en pleurer !


Chapitre 1
http://www.tagtele.com/videos/voir/73927/

Chapitre 2
http://www.tagtele.com/videos/voir/73949/

Chapitre 3
http://www.tagtele.com/videos/voir/73967/1/





Laissez un commentaire



7 commentaires

  • Michel Guay Répondre

    13 mai 2009

    Oui , vous avez raison, ils nous ont dépossédés
    1) de notre Nouvelle France 1755-1763
    2) de la moindre fierté nationale ( 1837-38)
    3) de notre majorité et nationalité( 1867)
    4) de 50% de nos impôts et d'un tiers de notre territoirele Labrador ( 1939-45 et 1927)
    5) de nos ports et aéroports et le Flop des voleurs de Mirabel (Les années 50 et 60) par le canadian Seaway et Trudeau
    6) de notre religion ( par l'envahisement des sectes protestantes ) ( 1960)
    7) de la démocratie ( Mesures de guerres 1970 et 1990)
    8) de notre pays ( vols des référendums de 1980 et 1995)
    9) de la constitution de 1867 ( 1982)
    10) de notre Caisse de Dépôts ( 2004 à 2009) avec le voleur de Référendum John James Charest et son complice Ontarien Sabias
    11) de nos enfants ( avec 2 millions d'avortements en 40 ans sous le Bill Omnibus Trudeau)
    12) De la moindre information favorables ( en livrant par le CRTC tous nos médias à des étrangers d'Ontario Gesca et de l'Alberta Corus)

  • Archives de Vigile Répondre

    13 mai 2009

    Seul l'action compte en politique et a une portée pédagogique. L'important n'est pas le nombre, mais bien qu'il y ait eu un groupe qui a réagit au squattage de notre État et de son levier économique le plus important .
    Il y a 3 rapports de forces qu'il nous faut assumer: Politique, économique et médiatique. Et notre ami Patrick et son groupe les assument tous de manière exemplaire.
    La manif était percutante et pertinente et c'est cela qui compte pour le moment. J'étais bien heureux d' y participer une quinzaine de minutes,
    Nous sommes a une époque, mondialisation et libéralisme oblige, de puisant réseaux d'intérêts prives squattent les États a leurs profits et au détriments des citoyens qui dorment encore, il faut les réveiller.
    C'est ce qu'a compris Bayrou en (France) qui dénonce ces reseaux en disant qu'ils font couriire un danger de mort a la République:
    "e soin apporté à ses relations dans les domaines de la finance, de l’industrie des affaires et des médias et à la constitution de cet agrégat, l’énergie qu’il déploie à nommer à toutes ces fonctions amis et proches, dans le privé comme dans le public, même si pour celà il faut bousculer les règles en place et mettre à mal les principes de la République, comme si la priorité absolue pour Sarkozy était la mise en place de ce réseau. Tous les présidents bien entendu, ont nommé des proches à des postes stratégiques. Ca ne date pas d’aujourd’hui. Mais aucun peut-être n’a ainsi colonisé la haute administration, les médias, le système bancaire et le monde industriel. C’est comme une sorte d’empire indépendant au coeur de la République."
    ( http://blogdelaredaction.lesdemocrates.fr/2009/05/04/un-livre-davance/ )
    JCPomerleau

  • Archives de Vigile Répondre

    13 mai 2009

    Je ne suis absolument pas d'accord pour dire que l'Action du 11 mai (et non la manifestation) du RRQ "a foiré".
    Nous sommes parvenus à entraîner environ 250-300 personnes dans la rue (en guise de comparaison, il faut savoir que le RIN était parvenu à envoyer environ 1000 personnes dans la rue en 1964, pour la visite de la reine). Seule notre organisation, le Réseau, s'est impliquée dans l'organisation de cet événement. Dans le contexte actuel où il est très difficile de faire descendre les gens dans la rue- et un jour de semaine, sur l'heure du dîner par dessus le marché,c'est encore pire-, je trouve que nos résultats sont intéressants.
    En fait, ces résultats démontrent que le RRQ a aujourd'hui une capacité de mobilisation parmi les plus importantes dans le mouvement indépendantiste et dans la société en général. Si on prend le 1er mai, les organismes de gauche sont parvenus à entraîner quelques centaines de personnes dans la rue; un peu plus que nous. Mais plusieurs organisations s'y sont impliquées, ce qui n'était pas le cas le 11 mai.
    Maintenant, notre objectif n'était pas de créer un vaste rassemblement le 11 mai dernier. Notre objectif était de tester notre machine, tout en allant servir un avertissement à Sabia et la clique de requins voraces qui le protège. Dans un premier temps, nous voulions démontrer que le RRQ ne les laissera pas agir impunément, que nous attendons l'occasion pour aller confronter Sabia sur son terrain. Un jour où l'autre, il devra sortir de sa tour d'ivoire, et cette journée-là, nous serons là. C'est ce qu'on voulait qu'il comprenne le 11 mai dernier. Et pour relayer un tel message, 250-300 personnes, ça fait la "job" comme on dit.
    On est aussi satisfaits du fait que notre message a quand même bien circulé dans les médias, hormis bien sûr du côté de Gesca. Mais cela nous satisfait aussi. Car leur silence a illustré admirablement bien le fait que ces journalistes plient et rampent devant les Desmarais, leurs boss, et qu'ils ne couvrent par conséquent pas les actions effectuées par des organisations s'attaquant aux pantins des Desmarais (Sabia dans ce cas-ci).
    Bref, pour une première, nous du RRQ, nous sommes très satisfaits. Et la prochaine arrivera plus rapidement que certains semblent le croire...Lancer un mouvement de colère populaire, ça ne se fait pas du jour au lendemain, à part dans des circonstances bien particulières, bien sûr.
    P.B.

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    13 mai 2009

    Monsieur JPT,
    C'est vrai que Vigile demeure sous-terrain. J'avais proposé, pour l'élection du 8 décembre, de faire une entente avec le Bloc pour que Vigile appose un bandeau d'identification comme site Internet sur tous les panneaux publicitaires du Bloc Québécois. Méthode synergique d'aide mutuelle. Éric Frappier avait reconnu le bien fondé de l'idée mais il semblait craindre un débordement du parsonnel chez Vigile. Rappelons qu'il s'agit d'une entreprise familiale auto-financée... Pour sortir du placard, il faudrait donc qu'une équipe aux reins forts s'y joigne.
    Par ailleurs, il y a la question de pertinence nationale. La seule mention des mots indépendance, nation québécoise, français au pouvoir, manif font fuir les interlocuteurs au Québec. Voir cette citation que relève Moreno:
    "...un résident montréalais, se dit un peu étonné de l’ampleur « nationalisme-souveraineté » que prend la manifestation. « Je suis d’accord avec la plupart des grandes lignes que soulève cette initiative, qui s’oppose aux façons de faire de la Caisse et du gouvernement, mais c’est pas une marche pour l’indépendance."
    Même à la Saint-Jean-Baptiste, on voit venir le nouvel animateur, Guy-A. Lepage, indépendantiste auto-proclamé, en insistant sur le nouveau visage québécois multiculturel... Le cours d'Histoire qu'on rapporte à l'attention, le foulard islamique qu'on préfère s'imposer comme image dans nos gichets de service gouvernementaux par peur de l'anathème, l'image d'intolérance... Les immigrants arrivent après préparation Canadian. Nous n'avons pas le loisir de leur expliquer avant leur arrivée que des signes religieux, au Québec, on s'éloigne. Ce que nous voulons, c'est une nation laïque, indépendante et d'expression française(à la manière québécoise bien sûr).
    Est-il encore temps de renverser notre dénationalisation?...notre canadianisation de dépit?...
    S'il faut commencer par une marche non partisane, pan-québécoise, c'est peut-être un moyen d'enlever au peuple cette crainte ou ce dédain de la manifestation. Redonner le goût de son identité.

  • Archives de Vigile Répondre

    13 mai 2009

    Bonjour!
    La majorité des citoyens du Québec ne connaissent pas l'existence du site vigile.net,le seul organe d'information qui se rue quotidiennement dans les brancards à propos des scandales d'éthiques au Québec.
    La majorité des citoyens du Québec était absente de la manifestation du RRQ.Elle se fout des scandales politico-financiers.Les douleurs de sa vie quotidienne lui sont difficiles à digérer.Pas le goût d'ajouter.
    À Montréal elle va voter Tremblay le 1 novembre 2009.En 2013,elle va voter Nathalie Libérale...sans l'unité des comtés francophones et des indépendantistes...le responsable en chef étant devenu ambassadeur du Canada en France.
    La manisfestation du RRQ contre la CDPQ a foirée.Triste réalité.
    Alors une journée ???? C'est une perte de temps.
    Mettons toute notre énergie dans chaque rue du Québec pour préparer notre victoire à l'élection de 2013...de manière sous-terraine pour que les fédérastes ne la voient pas arrivée.

  • Archives de Vigile Répondre

    13 mai 2009

    Je ne sais pas si ma modeste candidature aux élections générales de 2003 me permet de me considérer comme un politicien... Mais j'y étais en tous cas, de même que Colette Provost, elle aussi ex-candidate de l'UFP dans la circonscription de Gouin.
    Mais je suis moi aussi, consterné par le manque de mobilisation autour d’une question de 40 milliards !
    L’Union des forces progressistes (UFP) se défendait activement d’être un « parti des urnes et de la rue ».
    Cette importante et déterminante culture politique populaire est à revaloriser et à réintégrer de manière à ce que les partis politiques ne soient pas des partis amorphes et électoralistes, mais des « partis militants » capables d’agir dans la société civile sans même détenir le pouvoir.
    Une telle méconnaissance démocratique promue par les establishments politiques, peut même parfois s’avérer dangereuse, en ce sens qu’elle laisse croire que l’exercice de la démocratie ne se résume qu’à voter aux 4 ans.
    Mais je dois dire que cet assez étrange «Gouvernement provisoire» qui a fortement appuyé l’événement, de par son total anonymat et ses accointances méthodiques avec le FLQ, n’a peut-être pas contribué a en augmenté la crédibilité ; ou a tout le moins, participé à en clarifier le message, Car il m’est même passé par l’esprit en m'y rendant, si j’étais pour assister à une manif ou une tentative de prise du pouvoir subversive.
    Quoiqu’il en soit, une telle catastrophe économique, mérite bien plus qu’on mette «À LA UNE» de la télévision de Radio-Canada, le congédiement d'un entraîneur des Canadiens, plutôt que la conférence d’Henri-Paul Rousseau. Pour moi, il s’agissait-là d’une totale mise en scène de la part de ce média national.
    Dans l’interstice entre le mutisme du Gouvernement Charest et ladite conférence d’Henri-Paul Rousseau devant ses alliés naturels de la Chambre de commerce, c’était le «moment clé» où la déstabilisation des libéraux était telle, qu’elle aurait même pue mener à la destitution du gouvernement.
    Ici comme ailleurs…
    Timing is everything…
    Solidairement,
    ______________________
    Christian Montmarquette
    Membre de Québec Solidaire
    Ex-candidat de l'Union des forces progressistes
    Circonscription de Laporte - 2003
    Ancien site électoral :
    http://www.geocities.com/chmontmarquette/ufplogo
    http://www.vigile.net/Les-organisations-populaires

  • Archives de Vigile Répondre

    13 mai 2009

    Cet événement important qu'on a voulu banaliser comme d'habitude rejoint les propos de ce matin de M. Sauvé. Tout se tient.
    « Y a rien là » disait-on dans les années 80 et 90. Assez significatif, n'est-ce pas.
    Que faire pour contrer les médias muets ou presque qui sentent de plus en plus que la population leur échappe, qu'ils ont de moins en moins d'influence? Sans parler des politiciens et autres intellectuels qui se sont enferrés dans d'utopiques philosophies.
    Une chose est certaine manifester est une solution. C'est ce que nous avons fait dans les années 60. N'eût été de ces manifestations, il y a longtemps que nous aurions disparu.
    Tout n'a pas été parfait parce que nos adversaires-ennemis sont coriaces et que nous sommes faibles.
    Marie Mance Vallée