Bonneau

Billet de Caroline



Son dernier spectacle

AU BOUT DE L’EXIL

présenté à Montréal et au Saguenay,

d’où elle est originaire,

possède la fraîcheur

de la neige poudreuse

d’une eau de pluie.
Gaston Miron a dit d’elle qu’elle était une artiste poète personnelle et convaincante. Le désir de création de France Bonneau est grand, fait observer Hélène Monette; il porte comme une voix (haut, loin et proche)… il se produit dans la sensibilité. Pour Élaine Audet: France Bonneau possède un souffle puissant.
TOUT CE QU'IL ME FALLAIT (F. Bonneau)

J'ai eu tout ce qu'il fallait pour vivre

Le chant des outardes dans les soirs de novembre

Et le blé et les semences, je m'en rappelle encore

J'ai eu des rendez-vous si nombreux

Des livres par milliers

Des fleurs, des pierres, des jardins

La route m'a éblouie, m'a conduite en forêt

C'est de là que je reviens

Que je reviens chaque fois

J'ai eu tout ce qu'il me fallait pour vivre

Mais je vois bien qu'autour

Ça n'a pas toujours été

Il y a des voix si dures

Mes oreilles se ferment

Des enfants si pauvres

Je ne sais plus compter

J'ai eu tout ce qu'il me fallait pour vivre

Pourtant, mes deux mains maladroites et nerveuses

Cherchent encore l'impossible

Ma patience ne trouvera sa rime

Que dans la tombe un jour

Trouvera le temps, les mots

Qui échappent aux vivants

J'ai eu tout ce qu'il me fallait pour vivre

Me manque encore

Le nom d'un pays

L'envol d'un oiseau.
Elle écrit.

Sur scène, ses textes prennent vie.

Ils parlent d’elle; la femme, la Québécoise

de son pays qui tarde à voir le jour

sous un jour nouveau.
« La poésie, concède France Bonneau,

ce n’est pas comme la chanson.

Il y a beaucoup de poètes au Québec

beaucoup de recueils sont publiés

mais on dirait que les gens ont peur de la poésie.

Ce n’est pas un art populaire.

À l’époque de la révolution tranquille

elle était davantage valorisée. »

Un retour des choses

lui semble toutefois perceptible.
Puisant son inspiration

dans les œuvres sud-américaines

les chansons de Gilles Vigneault, de Félix Leclerc

les poèmes de Miron, de Prévert

de Patrice Desbiens, de Louise Dupré,

de Rachel Leclerc

auprès des immigrants qu’elle côtoie

dans l’amour, l’amitié

France Bonneau, poète engagée

s’emploie à rendre la poésie

plus présente et accessible.
Aussi, fait-elle valoir,

« Mes racines sont québécoises.

Le Québec a son mot à dire

sur cette planète ! »
L’heure est aux poètes !
QUELLE HEURE EST- IL? (France Bonneau)

J'étreins un ciel absent. Mesure des rivières.

Pour voir plus loin que ce jour qui s'éteint

Je fonce sur les trottoirs

Avec les autres, je cours célébrer

La démence humaine de ce siècle.

Ai-je trop de regards? Je manque de bras?

Quelles eaux ont autrefois bercé mon cœur?

Je cherche

Il fait bizarre sur terre

Mon pays ne reçoit plus son fleuve

Frisonne le géant

Mais où donc s'en vont tous ces hommes sur les pavés?

Vieillissent-ils à bout de souffle? De métamorphoses?

Comme cette province qui se refuse à elle-même

Comme ses habitants sans parole

Muselés les habitants?

Quelle heure est-il?

Je n'entends plus que des cloches qui sonnent

Quelle heure est-il?

Je ne vois plus

Que ciel absent.

Featured df5b7351bef44f5ef9d14600f6d8203f

Caroline Moreno476 articles

  • 236 760

Château de banlieue

Mieux vaut en rire que d'en pleurer !


Chapitre 1
http://www.tagtele.com/videos/voir/73927/

Chapitre 2
http://www.tagtele.com/videos/voir/73949/

Chapitre 3
http://www.tagtele.com/videos/voir/73967/1/





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé