Aux armes, citoyens

Stephen Harper est favorable à l’autodéfense par arme à feu, mais des policiers le mettent en garde

86dc2e3f27724f5c0fa6b0d93aa9ea77

Paw! Paw! T’es mort!

Les citoyens devraient-ils utiliser leurs armes à feu pour se défendre eux-mêmes ? Le premier ministre Stephen Harper l’a laissé entendre et au moins une association policière met en garde contre un tel encouragement à l’autodéfense.

Stephen Harper a fait sa déclaration jeudi dernier, alors qu’il était de passage au congrès annuel de l’Association des municipalités rurales de la Saskatchewan (SARM). Il s’est prêté au jeu d’une entrevue devant un auditoire piloté par Ray Orb, le président de la SARM. M. Orb en arrive à poser, en ricanant, une question sur le registre des armes à feu désormais aboli. M. Harper a alors cette réponse :

« Ma femme vient d’une région rurale où, évidemment, la possession d’une arme à feu n’était pas que pour les besoins de la ferme, mais aussi pour assurer un certain niveau de sécurité lorsqu’une assistance policière immédiate n’était pas disponible. » Signe que la déclaration n’était pas fortuite, le lendemain soir, la directrice de campagne nationale du Parti conservateur, Jenni Byrne, envoyait un courriel aux militants les invitant à faire un don sur la foi de cette déclaration.

« Il a dit que la possession d’armes à feu est importante pour la sécurité de ceux qui n’ont pas accès à une aide policière immédiate, dit le courriel de Mme Byrne. Notre Parti conservateur reconnaît que les armes à feu sont importantes pour le mode de vie, les loisirs et la sécurité de nombreux Canadiens. »

L’Association des policiers provinciaux du Québec, qui représente environ 5400 agents syndiqués, trouve cette déclaration inappropriée. « Je suis un peu surpris par ce genre de déclaration », lance au Devoir son président, Pierre Veilleux. « Pour nous, ce n’est pas souhaitable. Cela lance un drôle de message à la population. […] Une arme à feu, ce n’est pas pour se défendre. C’est pour chasser ou pour faire du tir à la cible. » Seules quelques personnes dans des situations très particulières, par exemple un ancien policier étant encore dans la mire du crime organisé, peuvent obtenir un permis de port d’arme de protection. « Mais c’est au cas par cas », précise M. Veilleux.

Selon le policier, cela peut créer « un faux sentiment de sécurité ». Surtout, il y a un risque réel de se mettre soi-même « dans le trouble », explique M. Veilleux. La légitime défense n’autorise pas tout, rappelle-t-il. Il faut utiliser une force proportionnée au risque. « Nous, les policiers, sommes formés pour utiliser l’arme à feu dans le but de défendre et de protéger la vie, dans un continuum de force. »

« C’est lourd de conséquences d’envoyer le message que vos armes peuvent vous protéger, continue-t-il. Aux États-Unis, on voit plein de fusillades reliées à des vols par effraction, des erreurs sur la personne ou des tirs contre des gens qui n’étaient pas armés. Ça, c’est de la force excessive. Le résultat, au Canada, c’est que vous serez inculpé d’homicide involontaire. »

Il donne l’exemple d’un citoyen qui surgirait, carabine en main, dans la cuisine après avoir entendu un intrus. « Vous allez peut-être “shaker” un peu. Ça se peut que vous n’ayez pas l’esprit clair pour dire “Arrêtez, mains en l’air, etc.”, et tout ce continuum de force. Si ça brasse le moindrement, vous aurez peut-être le réflexe d’appuyer sur la détente et ce sera irréversible. »

Entreposage sécuritaire

M. Veilleux souligne en outre qu’un propriétaire responsable d’armes à feu devrait entreposer celles-ci dans un endroit verrouillé et placer les munitions dans un lieu distinct. « Si les armes sont entreposées comme il se doit, s’il y a un besoin urgent d’utiliser une arme, ce serait très difficile. Ce serait comme de dire au voleur “attends une minute”. » Bref, présenter les armes comme un moyen de défense en cas d’imprévu est une forme d’incitation à les entreposer de manière imprudente.

L’Association des chefs de police du Canada a refusé de commenter les déclarations de M. Harper, visiblement mal à l’aise de se lancer dans une guerre de mots avec le premier ministre. Même refus d’engager une « chicane » sur la place publique du côté de l’Association des directeurs de police du Québec.

En entrevue avec Le Devoir, le président de la National Firearms Association, Sheldon Clare, s’est réjoui des propos de Stephen Harper. « C’est très encourageant que le premier ministre dise cela, bien qu’il aurait pu être encore plus clair. » M. Clare estime que le principe qui devrait s’appliquer en ces circonstances est que « la demeure d’une personne est son château ». « Si quelqu’un entre chez vous pendant que vous y êtes avec de mauvaises intentions, pour obtenir sa prochaine dose par exemple, la force létale peut être une option, car appeler la police constitue un délai. »


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé