Assez!

Le Hir m'irrite; Barberis me barbe

Tribune libre 2010


Quelle misère que cette querelle de vieux coqs qui n’ont plus d’ergots que pour s’écorcher mutuellement, à l’heure où la situation exige qu’on la pense, l’analyse, la dénonce, en vue d’une remobilisation des Québécois et Québécoises pour l’indépendance.
Ce que fait plutôt bien monsieur Le Hir. Malheureusement, ses erreurs passées de jugement laissent sceptique. C’est du moins ce que me laissent comprendre plusieurs de mes correspondants à qui j’envoie parfois ses meilleurs articles. Ce dont je me garde bien en ce qui concerne ses réponses à monsieur Gervais-Barberis. Qu’il prenne la peine de se justifier empire la mauvais souvenir que nous avons gardé de son passage au PQ.
Quant à monsieur Gervais-Barberis, il est si mesquin dans son « échange » avec Le Hir, qu’il fait douter de la possibilité de son apport à notre lutte qui est essentiellement un acte de générosité permanente.
Pensons à Michel Chartrand.
Andrée Ferretti.

Featured 4c829808fe105759e71d600533cfd2d9

Andrée Ferretti124 articles

  • 120 138

"Rien de plus farouche en moi que le désir du pays perdu, rien de plus déterminé que ma vocation à le reconquérir. "

Andrée Ferretti née Bertrand (Montréal, 1935 - ) est une femme politique et
une écrivaine québécoise. Née à Montréal dans une famille modeste, elle fut
l'une des premières femmes à adhérer au mouvement souverainiste québécois
en 1958.Vice-présidente du Rassemblement pour l'indépendance nationale, elle
représente la tendance la plus radicale du parti, privilégiant l'agitation sociale
au-dessus de la voie électorale. Démissionnaire du parti suite à une crise
interne, elle fonde le Front de libération populaire (FLP) en mars 1968.Pendant
les années 1970, elle publie plusieurs textes en faveur de l'indépendance dans
Le Devoir et Parti pris tout en poursuivant des études philosophiques. En 1979,
la Société Saint-Jean-Baptiste la désigne patriote de l'année.
Avec Gaston Miron, elle a notamment a écrit un recueil de textes sur
l'indépendance. Elle a aussi publié plusieurs romans chez VLB éditeur et la
maison d'édition Typo.





Laissez un commentaire



19 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    30 avril 2010

    comment une personne si généreuse peut-elle éprouver un tel mépris condescendant?
    Puisque votre texte continue d'apparaître dans les textes les plus lus des 30 derniers jours et qu'il sera lu jusqu'au 16 mai, je me dois de vous répondre en commentaire à votre texte même si je vous ai déjà répondu en texte principal sous le titre: Impossible de ne pas répondre au mépris condescendant d'Andrée Ferretti. Ma réponse est modifiée.
    Andrée Ferretti, en écrivant: Assez! Le Hir m'irrite et Barberis me barbe, vous êtes en double flagrante contradiction, car en intervenant, vous prolongez un débat que j’avais décidé d’arrêter et vous portez un jugement mesquin sur 45 ans de militantisme en faveur de l’Indépendance, ce qui est un accroc à la générosité permanente que vous vous attribuez généreusement. Je n’ai pas besoin de votre bénédiction pour continuer à essayer d’être utile. Vous montrez un certain autoritarisme que je trouve du plus haut comique parce qu'il est ridicule. On bascule tout coup dans Molière et dans les Femmes savantes. Philaminte, sors du corps d'Andrée Ferretti.
    Ce qui vous barbe, ce ne sont pas mes réserves quant à M.Le Hir. C'est que j’ai fait l’erreur d’affirmer mon ouverture par rapport à la conception de la religion de votre fille Lucia vous mettant ainsi dans l’embarras et j’ai eu l’audace de contester les violences verbales de votre idole et éditeur Victor-Lévy Beaulieu sur la religion et les Eglises, ce VLB avec lequel vous partagez la désagréable habitude de porter des jugements moraux sur tout le monde, comme on le voit dans le livre de VLB sur Joyce, un auteur qu’il passe son temps à juger moralement, le traitant, de mauvais fils, de mauvais père, de mauvais mari, de mauvais amant, de mauvais emprunteur d'argent et peut-être même de mauvais Irlandais, le seul statut trouvant grâce à ses yeux étant celui d'écrivain. Malicieuse, ma femme Marcelle Viger dit que VLB se blâme lui-même en blâmant Joyce.
    J’ai ensuite défendu Pauline Marois contre les attaques déplaisantes et machistes de Richard Le Hir qui l'a traitée, à propos de son affirmation que Charest faisait de la diversion avec sa commission Bastarache (ce que tout le monde admet aujurd'hui sauf les Libéraux)) de chochotte qui tient des propos qui ressemblent à des niaiseries de garderies puis de pusillanime en prévision du refus de la chef du Parti québécois de la fuite en avant qu'il se préparait proposer. C’est un crime qui ne se pardonne pas.
    Puisque vous me traitez de vieux coq, je serais tenté de vous traiter de vieille poule mais je ne le ferai pas par respect pour votre engagement militant, respect que vous n'avez pas envers moi sans doute par ignorance. Il est vrai que je ne fais pas partie de votre fan club et que je ne me vante pas vaniteusement comme vous d'avoir des correspondants, des relations et des admirateurs inconditionnels comme René Marcel Sauvé dont l'intervention est la plus faible qu'il m'a été donné de lire de lui sur Vigile, lui qui nous avait habitué à de la hauteur et de la pertinence.
    Je vous remercie de m’avoir donné l’occasion de vous parler sans complaisance. Ça a été plus fort que vous hein, il vous fallait tenter de me varloper. Vous cherchiez l’occasion, admettez-le. Pour les raisons que j'ai données plus haut et non à cause de mes désaccords avec Richard Le Hir qui vous ont servi de prétexte. Quand aurez-vous l'honnêteté intellectuelle d'admettre les motifs réels de votre intervention? Ayez donc l'honnêteté d'admettre qu'en envoyant à Vigile le texte de VLB sur la laïcité et en contestant son rejet total de la religion et des Eglises (toutes des salopes...), je vous ai contrarié dans votre entreprise de marketing. Bien involontairement, d'ailleurs.
    En conclusion, cessez de vous ridiculiser en disant "douter" que je sois un vrai militant de l’indépendance du Québec. Je n’attends pas de vous une médaille de militant, je n’en ai pas besoin et je n’en veux pas. Ma conscience me suffit. Et mes états de service.

    aire de repos
    Dans les Femmes savantes de Molière, Henriette dit à propos de sa mère Philaminte:


    C'est elle qui gouverne, et d'un ton absolu

    Elle dicte pour loi ce qu'elle a résolu.


    Chrysale, le mari, à propos de sa femme Philaminte, disait sans exagérer mais avec humour:


    Pour peu que l'on s'oppose à ce que veut sa tête,

    On en a pour huit jours d'effroyable tempête.

    Elle me fait trembler dès qu'elle prend son ton;
    
Je ne sais où me mettre, et c'est un vrai dragon.

    Robert Barberis-Gervais, Marie-Victorin, 30 avril 2010

  • Archives de Vigile Répondre

    19 avril 2010

    Je ne crois pas à l'union des forces souverainistes!
    Je crois à l'union du peuple québécois pour l'indépendance nationale!
    Le pouvoir ne m'intéresse pas. La politique partisane ne m'intéresse pas. Ce qui m'intéresse; c'est d'aller porter le message de l'indépendance du Québec à mes compatriotes. Les reste suivra comme une marée montante. Les politiciens n'auront qu'à bien se tenir!
    Nous avons essayé durant 40 ans, une démarche qui s'est avérée perdante. Nous avons mis le pouvoir avant la promotion active de l'indépendance nationale. Les artisans de cette approche doivent réaliser leur erreur. Vouloir faire du Québec un pays transcende la politique partisane. Cette noble cause doit être au dessus des considérations de la gestion gouvernementale.
    Le peuple québécois doit maintenant se réapproprier son combat pour le pays!

  • Archives de Vigile Répondre

    18 avril 2010

    Monsieur Jean-François-le-québécois!
    Une nouvelle mouvance doit se créer pour faire la promotion du pays. Elle doit venir de la base citoyenne avec un discours nouveau et des visages nouveaux.

    Se sont disqualifiés, ceux qui ont goûté au pouvoir et ceux qui y aspirent. Comme dit l'adage: ''Le pouvoir corrompt!'' Alors comment peut-on penser que ces gens puissent nous mener vers l'indépendance nationale?
    Je reviens au livre d'André Laroque, Au pouvoir citoyens! ou Mettre fin à l'usurpation des partis politiques. BLG . Comment pouvons-nous espérer la libération du Québec lorsqu'à la page 61, on y lit:
    DONNONS LA PAROLE À RENÉ LÉVESQUE: ''Notre mode de scrutin continue d'être simpliste, brutal et taillé sur mesure pour assurer la prépondérance de gentlemen privilégiés et de ces groupes d'intérêt que sont les vieux partis.''
    ET SI ON DEMANDE CE QU'ON ENTEND PAR UN VIEUX PARTI, LA RÉPONSE DE RENÉ LÉVESQUE EST IMPITOYABLE: '' Un parti politique n'a de réelle valeur démocratique positive que pendant quinze ans.''
    On comprend pourquoi le PLQ ne nous conduira pas vers l'indépendance nationale. Mais on sait aussi que le PQ ne nous y conduira pas non plus!

  • Jean-François-le-Québécois Répondre

    18 avril 2010

    @ Denis Julien de Lotbinière:
    «Je crois plutôt à l’union du peuple québécois pour l’indépendance nationale...»
    Les Québécois ont besoin de chefs, de leaders, et d'un gouvernement qui les représente, au lieu de représenter Ottawa et le Grand capital de Toronto, pour faire l'indépendance, je crois.
    Le peuple québécois, en a assez, oui. Mais il est confus.
    Trop de gens, ne comprennent pas trop ce qui se passe vraiment, avec Charest, un mercenaiore au service d'Ottawa, au pouvoir...
    Nous pourrions avoir une sorte de soulèvement populaire, oui, la goutte finale ayant fait déborder le vase; mais il faut que la nation travaille de façon coordinée, en orientant ses efforts vers un but commun.
    La récente manifestation sur la Colline parlementaire, avec les fameux Cols rouges, c'est très bien. Mais c'est plus l'expression publique d'un ras-le-bol assez généralisé, que l'expression d'une volonté de nous donner un pays.

  • Archives de Vigile Répondre

    18 avril 2010

    AUJOURD’HUI TOUTE LA MOUVENCE INSTITUTIONALISÉE SOUVERAINISTE FAIT PARTIE DU PROBLÈME. Après plusieurs gouvernements du PQ, deux référendums perdus et le Bloc qui n’en finit plus de se faire réélire, la population est devenue méfiante et ne suit plus.
    (M. Denis Julien)
    Et j’ajouterais même des milliers de souverainistes ne suivent plus !
    CA, C’EST LE CONSTAT ! Et il faut en prendre acte !
    On en a ras-le-bol des colloques, cocktails et autres réunions de congratulation mutuelle de remise de la médaille du souveraineux de l’année ou du plus patriote parmi tous. C’est assez !
    Nous sommes sur la même longueur d’onde monsieur Charbonneau et je vous cite :
    Nous voulons, en nous regroupant en grand nombre, faire en sorte que nos politiciens "institutionnalisés" suivent la volonté citoyenne.
    Nous sommes donc à former un groupe de Citoyennes et Citoyens {{ {{ {{ {{ {{ non-partisan de toutes allégeances, autant de droite que du centre que de la gauche, ce mouvement n'a qu'une seule position celui d'UNIR la volonté populaire, des citoyens-nes de n'importe quel parti, le parti n'a aucune importance pour le groupe. Nous sommes tous des citoyens "ordinaires" (pas des gens qui ont goûté au pouvoir ou qui ont le pouvoir en vue). Nous sommes des gens qui veulent prendre leur Pouvoir Citoyen et parvenir, en s'unissant à exiger de nos gens au "pouvoir" peu importe le parti qu'ils fassent l'Indépendance de notre Pays afin que nous puissions vivre comme nous l'entendons et que nous puissions avoir entre les mains tous les outils de notre destinée.
    TOUT CELA SE VEUT EN PARFAIT ACCORD AVEC UN LIVRE MERVEILLEUX ÉCRIT PAR ANDRÉ LAROQUE : AU POUVOIR, CITOYENS! Mettre fin à l’usurpation des partis politiques. Préface de Claude Béland. Éditions BLG.
    Monsieur Charbonneau!
    Je travaille actuellement sur le projet de RIN. Je souhaite que nous nous rejoignons bientôt sur le terrain et ça va venir. Nous sommes déjà en accord sur plusieurs points.
    ELLE ARRIVE, LA NÉCESSAIRE CONVERGENCE!
    L’UNION DU PEUPLE POUR L’INDÉPENDANCE NATIONALE.
    L’INDÉPENDANCE D’ABORD!

    Denis Julien Lotbinière

  • Serge Charbonneau Répondre

    18 avril 2010

    AUJOURD’HUI TOUTE LA MOUVENCE INSTITUTIONALISÉE SOUVERAINISTE FAIT PARTIE DU PROBLÈME. Après plusieurs gouvernements du PQ, deux référendums perdus et le Bloc qui n’en finit plus de se faire réélire, la population est devenue méfiante et ne nous suit plus.
    (M. Denis Julien)
    Je suis en parfait accord avec Monsieur Denis Julien, mais avec une nuance.
    Je ne dirais pas «ne NOUS suit plus», mais tout simplement NE SUIT PLUS
    En effet, nous sommes à mettre sur pied un Groupe de citoyennes et de citoyens vraiment tannés de suivre ces politiciens qui nous trahissent et qui ne nous mènent à rien. Nous voulons, en utilisant notre pouvoir citoyen (le cinquième pouvoir; ce pouvoir négligé), exiger l'Indépendance du pays. Ce groupe vise à définitivement inverser les rôles de qui suit qui .
    Nous voulons, en nous regroupant en grand nombre, faire en sorte que nos politiciens "institutionnalisés" suivent la volonté citoyenne. Nous ne voulons plus attendre ces élus qui ne servent pas nos intérêts. Nous cessons de suivre ces élus et nous exigeons qu'eux nous suivent. Nous visons à mettre en place un moyen de regroupement citoyen pour que notre pouvoir citoyen devienne effectif. Nous voulons inverser les rôles. Nous ne voulons plus suivre les politiciens, nous voulons que ce soit les politiciens qui nous suivent.
    Nous sommes donc à former un groupe de Citoyennes et Citoyens non-partisan et non-politique, de toutes allégeances, autant de droite que du centre que de la gauche ce mouvement n'a qu'une seule position celui d'UNIR la volonté populaire, des citoyens-nes de n'importe quel parti, le parti n'a aucune importance pour le groupe. Nous sommes tous des citoyens "ordinaires" (pas des gens qui ont goûté au pouvoir ou qui ont le pouvoir en vue). Nous sommes des gens qui veulent prendre leur Pouvoir Citoyen et parvenir, en s'unissant à exiger de nos gens au "pouvoir" peu importe le parti qu'ils fassent l'Indépendance de notre Pays afin que nous puissions vivre comme nous l'entendons et que nous puissions avoir entre les mains tous les outils de notre destinée.
    La population n'est pas désabusée, Monsieur Julien, la population se réveille.
    La population s'aperçoit quotidiennement que nos politiciens nous trahissent.
    Notre regroupement (naissant) et notre projet visé sont exactement celui que vous décrivez, Monsieur Julien.
    Nous croyons à l’union du peuple québécois pour l’Indépendance nationale.
    Nous vous invitons donc, nous invitons Mme Ferretti, ainsi que tous ceux qui ont le Pays à cœur, à se joindre à nous.
    Pour info:
    citoyens-es.en.eveil@hotmail.com
    Serge Charbonneau
    pour le Mouvement collectif citoyen pour l'Indépendance
    et au nom du groupe Citoyennes et Citoyens en éveil.
    Un groupe citoyen travaillant à l'éveil politique des citoyens et citoyennes du Québec.

  • Archives de Vigile Répondre

    17 avril 2010

    Madame Ferretti!
    Avez-vous encore le goût de militer dans un mouvement citoyen non-partisan dont la seule loyauté et le seul objectif sont de faire la promotion de l'indépendance nationale auprès de nos compatriotes?

  • Archives de Vigile Répondre

    17 avril 2010

    @ M.André Gignac
    Un acte de prémonition à Québec.
    Des syndiqués de la construction détruisent Charest-Robert-Bourassa à Québec.Seulement dix heures pour s’en débarasser avec des méthodes efficaces.
    Les citoyens doivent s’armer de patience avant d’avoir une nouvelle structure satisfaisante,qui rendra les services tels qu’ils doivent être,le tout sans ajout de péage. Il y a des déviations nécessaires.

    La Sûreté du Québec (SQ) sait que ça perturbe. Alors, elle veut éviter les comportements délinquants .
    Rien n'empêche le train d'agir.
    Charest-Robert-Bourassa à Québec causait le plus d'accidents.
    La preuve est là.

  • Archives de Vigile Répondre

    17 avril 2010

    L’identité ethnique n’a que faire des divisions gauche-droite. Elle assemble sous l’origine, la descendance, l’histoire, la culture(incluant la religion et athéisme) et la langue. Monsieur Tremblay.
    Votre dernière intervention renforce l'idée de la nécessaire convergence dans un véritable mouvement citoyen non-partisan et non politique.
    Ni à gauche, ni au centre et ni à droite...L'INDÉPENDANCE D'ABORD!
    Notre seul OBJECTIF pour les années à venir; c'est le pays!

  • Archives de Vigile Répondre

    17 avril 2010

    Étudiez les cas de pays émergeants depuis la deuxième guerre mondiale et vous comprendrez que ces "indépendances" furent programmées et voulues afin de démenteller des ensembles qui faisaient obstacles au mondialisme. La fédération canadienne, au contraire, est une structure idéale pour être intégrée dans l'Union Nord Américaine, déjà soumise comme elle est à Washington. Si le Canada avait été une menace pour l'UNA, par une trop grande indépendance, alors le mouvement indépendantiste québécois aurait été fortement financé et aidé par tous les moyens afin de briser ce Canada.
    Notre seul espoir est un regroupement national, civil, sur base ethnique. Des institutions civiles fortes. Une reconnaissance ethnique à l'ONU et la reconnaisance du territoire sur lequel nous formons une majorité à 90%. Montréal en fera pas partie, c'est sûr, mais nous aurons la cohésion nécessaire pour l'envahir et le reprendre ethniquement et stratégiquement car nous l'encerclerons et contrôlerons donc ses frontières.
    Nous n'avons aucun moyen de démanteller le multiculturalisme mondialiste. Il faut donc l'utiliser à notre avantage.
    L'identité ethnique n'a que faire des divisions gauche-droite. Elle assemble sous l'origine, la descendance, l'histoire, la culture(incluant la religion et athéisme) et la langue.
    Si nous ne pouvons nous considérer sur ce que nous sommes comme nation, alors nous méritons encore moins la considération des autres. Si le proget le plus rassembleur et celui de s'oublier, alors c'est que nous sommes un peuple d'idiots.

  • Archives de Vigile Répondre

    17 avril 2010

    • La politique semble être devenue l’objet de toutes nos déceptions, donc la mort de nos espoirs. »]
    Source ; Denise Bombardier,Le Devoir,17 avril 2010
    Vous avez raison monsieur Tellier de citer madame Bombardier. Voilà pourquoi je ne crois pas à l'union des forces souverainistes, du moins pas à ses institutions politiques actuelles pour les raisons que vous énumérées.
    Je l'ai dit à plusieurs occasions que la gouvernance est un boulet pour le PQ. Le Bloc est à la Chambre des Communes depuis trop longtemps. Tous ces gens ont perdu toute crédibilité pour porter le combat de l'indépendance nationale. Ils font partie d'un système qui tourne en rond depuis 40 ans. AUJOURD'HUI TOUTE LA MOUVENCE INSTITUTIONALISÉE SOUVERAINISTE FAIT PARTIE DU PROBLÈME. Après plusieurs gouvernements du PQ, deux référendums perdus et le Bloc qui n'en finit plus de se faire réélire, la population est devenue méfiante et ne nous suit plus. Elle est désabusée! Les institutions souverainistes pour ne pas dire souveraineuses, se sont disqualifiées avec les années.
    La population en a assez de toutes ces mêmes faces. Tous ces gens qui ont goûté au pouvoir. Tous ces gros ''égo'' qui prêchent pour leur chapelle et qui font que hors d'eux point de salut!
    J'ai compris que ces gens-là ne se réuniront jamais ensemble. Ils ont trop d'intérêts divergents. Chacun tire la couverture de son côté.
    Non Luc Archambault, je ne crois pas à l'union des forces souverainistes. Je crois plutôt à l'union du peuple québécois pour l'indépendance nationale. Je crois à cette union indépendantiste dans un mouvement citoyen non-partisan et non-politique. C'est cela la véritable convergence! DU NEUF!
    Les politiciens, les politicailleux doivent maintenant comprendre qu'ils doivent faire de l'air. Ils n'ont pas livré la marchandise après 40 ans de militance. Nous sommes revenus à la case départ. Maintenant il nous faut avoir le courage de bâtir ce véhicule citoyen si nécessaire pour regagner le confiance de nos compatriotes. Moi, j'y crois fermement!
    Je le redis, en 1968, les politiciens ont confisqué le combat pour l'indépendance nationale. Ils l'ont travesti, transformé en débat parlementaire avec les résultats que nous avons aujourd'hui. Des records d'insatisfaction envers le gouvernement Charest mais une incapacité pour l'opposition à en retirer les marrons du feu.
    Le peuple québécois doit se réapproprier son combat pour le pays.
    Ni à gauche, ni au centre, ni à droite...L'INDÉPENDANCE NATIONALE D'ABORD!

  • Archives de Vigile Répondre

    17 avril 2010

    Rendez-vous compte ; nous sommes là à chercher un moyen de faire notre indépendance nationale lorsque la France ainsi que tous les pays d'Europe ne sont plus que des provinces !
    La provincialisation des pays d'Europe par le même procédé de corruption dévoilé au Québec.

  • Archives de Vigile Répondre

    17 avril 2010

    @ Jean-Paul Tellier
    Bombardier ne possède pas la vérité loin de là. Quelle est votre solution pour nous sortir de ce merdier de corruption, de vol de fonds publics? Il y a longtemps, qu'ailleurs dans le monde, le cas de Charest aurait été réglé. Nous sommes toujours en attente de je ne sais trop quoi ici au Québec. Des miettes de la classe dirigeante? Le dernier budget en est le plus bel exemple. Il faut cesser d'attendre quoi ce soit de nos dirigeants politiques vendus au néolibéralisme; il faut provoquer des choses. Ce n'est pas en restant passif comme nous le faisons présentement que nous allons nous débarrasser de ce gouvernement pourri; c'est par de l'action dans la rue, c'est tout ce qu'il nous reste avec la désobéissance civile. Je ne comprends pas que le lendemain du dernier budget que les employés de la fonction publique qui sont en négociation, depuis un bon bout de temps, n'aient pas déclenché une grève de 24 heures. Il est temps qu'on évolue ici comme en Europe et qu'on mette de la pression sur notre gouvernement lorsqu'il outrepasse sa légitimité de gouvernance. Il y a des limites à se faire niaiser!
    André Gignac 17/4/10

  • Archives de Vigile Répondre

    16 avril 2010

    La perte de la foi en ceux qui nous dirigent.
    [ « 80 % des citoyens du Québec croient que les allégations de fautes graves impliquant leur gouvernement provincial pourraient se produire avec n'importe quel parti au pouvoir.
    75 % des gens souhaitent un changement de gouvernement, mais 25 % seulement estiment que la chef de l'opposition, Mme Pauline Marois, ferait un bon premier ministre.

    Aucune personnalité politique actuelle ne trouve donc grâce aux yeux de la majorité.
    Brutalement, cela donne à penser que les Québécois désavouent celle qui pourrait les diriger.
    C'est dans l'isoloir, lors des prochaines élections, que les électeurs pourront concrétiser leur désaveu. Les coups d'État et autres souhaits inspirés par la pensée magique,proposés sur le Net, n'y feront rien.
    Pendant ce temps, le peuple se désespère et devient à son tour las, rempli d'amertume ou usé lui-même sans vraiment croire que la situation changerait avec un autre parti au pouvoir.
    La politique semble être devenue l'objet de toutes nos déceptions, donc la mort de nos espoirs. »]
    Source ; Denise Bombardier,Le Devoir,17 avril 2010

  • Christian Montmarquette Répondre

    16 avril 2010

    Si Vigile veut bien m'accorder le privilège de diffuser ce document vidéo.
    Merci.
    Christian Montmarquette
    «Hommage à Michel Chartrand par Amir Khadir»
    http://www.youtube.com/watch?v=JZMowid86TQ&feature=player_embedded
    .

  • Christian Montmarquette Répondre

    16 avril 2010

    « Michel Chartrand, père de la nation et gardien de nos valeurs »
    Jamais je n'aurai vu un homme aussi fort de toute ma vie !
    Il fallait l'entendre en assemblée ou lors de ses allocutions !
    J'estime avoir eu l'honneur et la chance de recevoir mon mandat et ma mission politique de ce véritable titan en 1998, devant une salle chauffée à bloc de plus de 750 personnes à l’auditorium de l'école Gérard Fillion de Longueuil, lors d'une de ses conférences sur le revenu de citoyenneté qui lui tenait tant à coeur.
    Faut-il que nos gouvernements et nos politiciens soient assez irresponsables et immoraux pour laisser crever leurs propres citoyens-nes dans la misère à 575 $ par mois dans un pays aussi riche que le Québec !
    Je suis de sa révolte de sa colère !
    Honte à nous de ne pas l'être tous !
    «Tout le monde doit faire de la politique. En démocratie, c'est un devoir : assumer ses responsabilités à son niveau, voir à ce que le monde s'épanouisse»
    - Michel Chartrand
    _____________________
    Christian Montmarquette
    P.S. Le libellé de la pétition du mouvement citoyen pour l'indépendance va bon train, et je suis très enthousiaste face à sa perspective. Nous serions d'alleurs honorés-es de votre participation à cette action.
    J'ai ouvert un groupe Facebook et j'ai déjà l'appui de 85 membres et de la députée Carole Poirier.
    «Requête citoyenne pour l'indépendance du Québec» :
    http://www.facebook.com/edittopic.php?uid=109992679032714&action=8#!/group.php?gid=109992679032714&ref=mf
    «Michel Chartrand, père de la nation et gardien de nos valeurs » :
    http://www.vigile.net/Michel-Chartrand-le-plus-grand
    .

  • Archives de Vigile Répondre

    16 avril 2010

    Ah! Chère Andrée Ferretti, comme toujours le propos juste: tel le Perrin de la fable, il fallait en effet renvoyer ces plaideurs ridicules dos à dos.
    Merci!

  • Archives de Vigile Répondre

    16 avril 2010

    Madame Ferretti
    Très à point votre dernier texte. À part une grosse manifestation bien organisée sur la colline parlementaire à Québec, suivie d'une grève générale de 24 heures en même temps et le maintien, par la suite, d'une pression continue avec de la désobéissance civile; je me demande bien ce que nous pourrions faire pour renverser ce gouvernement pourri et corrompu. Il est douteux de penser que Marois avec QS et l'ADQ puissent déclarer illégitime le gouvernement Charest et sortir de l'Assemblée Nationale pour forcer Charest à déclarer de nouvelles élections. Ne pas oublier que les membres de ces 3 partis ont prononcé un voeu d'allégeance à sa Majesté Bébette II et que par le fait même, ils exposeraient le gouvernement du Québec à une tutelle de la part du gouvernement fédéral. À bien y penser, il n'y a qu'une révolution du peuple québécois qui pourrait nous sortir de cet imbroglio collectif; c'est ce que je crois sincèrement. Il faut mettre un gros X sur le PQ pour nous sortir de ce merdier politique; ce parti a abdiqué et est complètement coupé de la population québécoise.
    André Gignac le 16 avril 2010

  • Archives de Vigile Répondre

    16 avril 2010


    Madame Ferretti, j'admire votre civilité et votre à propos. Je sens qu'au fond,
    en dépit de tout ce qui nous divise, je vous aime beaucoup.
    Salutations cordiales.
    René Marcel Sauvé