«Aide-moi»: Ensaf Haidar fait appel à Justin Trudeau

Db9672f9cf229a09d88d23bd18a99244

Trudeau préfère faire la sourde oreille au profit d'un régime honnis qui lui achète de l'équipement militaire

Cela fait des mois qu’Ensaf Haidar réclame sur toutes les tribunes la libération de son mari Raïf Badawi, si bien qu’elle se dit aujourd’hui à court de mots. Mais à Justin Trudeau, elle en a offert deux, mercredi : « Aide-moi ».

La femme du blogueur, qui croupit derrière les barreaux en Arabie saoudite depuis près de 1600 jours, estime que le temps est venu, pour le premier ministre, d’« intervenir directement » auprès des autorités saoudiennes.

Lorsqu’on lui demande quel message elle aimerait lancer à M Trudeau, elle hésite : « Ce que je voudrais dire à M. Trudeau ? ». Puis, après avoir poussé un soupir, elle lâche : « Aide-moi. Parle avec l’Arabie saoudite directement. »

Avant de lancer ce cri du coeur en entrevue, à l’issue d’une conférence de presse à Ottawa, Mme Haidar avait demandé à la directrice générale de la fondation Raïf Badawi pour la liberté, Évelyne Abitbol, de traduire en français les mots qu’elle prononçait en arabe devant la presse.
« Vous connaissez tous l’histoire de Raïf Badawi. Que puis-je ajouter qui n’a pas été mentionné jusqu’à maintenant ? Je peux seulement poser des questions étant donné que nous ne recevons pas de réponses à toutes les questions », a-t-elle lâché.
« Les questions, je les adresse au gouvernement canadien », a poursuivi Mme Haidar, rappelant que le gouvernement du Québec avait délivré au nom de Raïf Badawi un certificat de sélection d’immigration du Québec pour des motifs humanitaires.
Celle qui s’est réfugiée au Québec avec ses trois enfants a dit regretter que le Canada ne puisse en faire davantage pour son mari, même si celui-ci ne détient pas la citoyenneté canadienne.

«Principal problème»


Le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, a signalé dans le passé que c’était là le « principal problème » auquel Ottawa est confronté — Riyad ne reconnaît pas Ottawa comme un interlocuteur dans ce dossier puisque M. Badawi n’est pas citoyen canadien.

En décembre, Justin Trudeau avait affirmé qu’une intervention directe de sa part n’était pas dans les cartons. On ignore s’il s’est impliqué depuis, son bureau n’ayant pas fourni cette précision et le premier ministre refusant de répondre à cette question à sa sortie de la période des questions aux Communes, mercredi.

À l’époque où les libéraux étaient sur les banquettes de l’opposition, ils exhortaient l’ancien premier ministre Stephen Harper à appeler Riyad afin de faire pression directement auprès du roi d’Arabie saoudite.

> Lire la suite de l'article sur Le Devoir


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé