Vers un retour du gaz de schiste

L’industrie souhaite lancer des projets pilotes d’exploitation

81c6a7a59de6041b917ebfe31a2759ac

Une gracieuseté du PLQ et de l'Empire Desmarais !

Avec un gouvernement Couillard qui se montre ouvert à l’exploitation d’éventuelles ressources de gaz de schiste dans la vallée du Saint-Laurent, l’industrie estime que le temps est venu de lancer des projets pilotes d’extraction, et ce, avant même de mettre en place une loi pour encadrer le secteur énergétique fossile.

« Selon nous, un projet pilote permettrait au gouvernement, au public et aux investisseurs de voir qu’il est possible de faire de la production de façon sécuritaire », a fait valoir lundi le président de l’Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ), Michael Binnion, dans le cadre de l’assemblée annuelle de l’organisation.

Celui qui est aussi président de l’albertaine Questerre Energy estime que le gouvernement Couillard pourrait même autoriser un tel développement avant l’adoption de la future loi censée encadrer l’exploration et l’exploitation d’hydrocarbures. « Selon nous, ce serait bon pour le gouvernement d’avoir un projet-pilote pour faire un système de réglementation. Il est difficile de développer de l’expertise sans un projet de production », a affirmé M. Binnion.

Ce projet d’exploitation de gaz de schiste devrait être suffisamment important pour permettre de démontrer à quoi ressemblerait une production industrielle à plus grande échelle dans les basses terres du Saint-Laurent, où se concentrerait la ressource au Québec. Cela pourrait nécessiter de forer plusieurs puits, mais aussi de mettre en place plusieurs plateformes de forage ainsi que les installations nécessaires à l’exploitation.

Mais où installer ces projets expérimentaux, qui nécessiteraient des forages horizontaux et des opérations de fracturation hydraulique ? Michael Binnion estime que « chaque entreprise qui a un projet pourrait vouloir faire un projet pilote », et donc qu’il est difficile pour le moment de déterminer où ceux-ci seraient lancés. Le président du lobby de l’énergie fossile a toutefois mentionné les régions de Bécancour et de Lotbinière.

Chose certaine, plusieurs entreprises pourraient aujourd’hui se montrer désireuses de développer un ou des projets pilotes. En effet, la plus récente version de la carte présentant les permis d’exploration détenus dans le sud du Québec montre que l’essentiel de ceux qui étaient en place en 2010 sont toujours actifs.

Un total de 12 entreprises contrôlent des permis couvrant de larges pans de cette vaste région. Les principaux détenteurs sont la québécoise Junex, mais aussi les albertaines Talisman Energy et Molopo Canada. La rive sud du Saint-Laurent est ainsi largement couverte par des permis, essentiellement en Montérégie, dans le Centre-du-Québec et en Estrie. Même chose tout le long de la rive nord, entre Montréal et l’île d’Orléans. La superficie totale couverte dans les basses terres avoisine les 25 000 km2.

Michael Binnion a toutefois insisté sur le fait qu’un premier développement qui serait conçu en guise de démonstration devrait être encadré par toute une série de « paramètres » qui restent à définir. Il a ainsi mentionné des critères concernant la profondeur des forages, mais aussi la nécessité de développer les projets dans des communautés où l’acceptabilité sociale serait au rendez-vous. L’élaboration de ces paramètres pourrait débuter après la publication du rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) sur la filière du gaz de schiste. Le rapport doit être remis au ministre David Heurtel le 28 novembre.

« On veut parler au gouvernement pour faire une liste. J’espère que le gouvernement sera ouvert à ce projet », a dit le président de l’APGQ. Est-ce que l’industrie voit une plus grande ouverture avec le gouvernement libéral qu’avec celui du Parti québécois ? « Philippe Couillard a dit que le Québec “is open for business”. C’est un changement », a lancé M. Binnion.

Québécois ouverts

Selon lui, les Québécois pourraient bien se montrer plus ouverts à l’implantation de tours de forage entre Québec et Montréal. « En 2010, les gens ne comprenaient pas les problèmes énergétiques du Québec. Mais maintenant, ils comprennent qu’il y a un problème avec l’approvisionnement en pétrole et l’approvisionnement sécuritaire en gaz. » Peut-être que les Québécois ne sont pas prêts à accepter l’exploitation du gaz de schiste, a-t-il néanmoins ajouté, mais « c’est plus près qu’en 2010 ».

À cette époque, devant le tollé soulevé par la filière controversée, le gouvernement Charest avait finalement accepté de mandater le BAPE pour étudier cette industrie naissante. Les gazières avaient alors déjà foré 31 puits dans le sud de la province, dont 19 laissaient fuir accidentellement du méthane. Le rapport du BAPE avait conclu que le Québec ignorait pratiquement tout des risques environnementaux et sociaux liés à cette industrie.

Une évaluation environnementale stratégique (EES) menée à la suite de ce premier BAPE a souligné, dans un rapport rendu public en février, de nombreux risques environnementaux liés au gaz de schiste. Le rapport de l’EES précise ainsi que « toute exploration et exploitation du gaz de schiste au Québec feront augmenter le bilan des gaz à effet de serre ». Cette industrie « pourrait avoir un impact important sur la qualité de l’air à l’échelle locale et à l’échelle régionale dans les sous-régions à haute densité d’implantation ».

L’EES constate aussi que les volumes d’eaux usées à traiter pourraient devenir trop importants pour les capacités de traitement actuelles. Qui plus est, les ouvrages municipaux d’assainissement des eaux « n’ont pas été conçus pour traiter les eaux de reflux ». Selon les scénarios évoqués par l’EES, entre 1000 et 9000 puits de gaz de schiste pourraient être forés sur une période de 10 à 20 ans. Cela signifie un rythme annuel de 349 à 2101 puits.

Malgré la synthèse sans précédent effectuée dans le cadre de cette EES, le gouvernement Couillard vient de relancer une nouvelle EES. L’objectif ? « Étudier les bonnes façons d’exploiter », a résumé lundi le ministre délégué aux Mines, Luc Blanchette.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé