France et Québec

Une Francophonie constructive

XIIe Sommet de la Francophonie - Québec du 17 au 19 octobre 2008



Avec le Québec, la francophonie miroite! Depuis quatre siècles, celle-ci connaît au Québec une vivacité singulière. Cette fougue à parler le français dont font preuve les Québécois nous interpelle... À l'heure où l'anglo-américain gagne inexorablement du terrain, on entend trop peu la voix délicieusement autre des francophones. Dans les milieux d'affaires, au sein des instances internationales, il est parfois difficile de s'exprimer en français. Or, lorsqu'on a la chance de partager cette langue avec plus de 200 millions de locuteurs répartis sur les cinq continents, on ne devrait pas rougir d'en user!
À travers le français, notre langue commune, nous exprimons le rejet d'une vision du monde monolithe, faite d'un seul tenant. En faisant vivre cette francophonie partout, inlassablement, dans nos interventions publiques, lors de nos visites à l'étranger mais aussi dans les enceintes internationales, auprès de tous nos partenaires, européens, africains, asiatiques, arabes, américains, nous disons que le choc des civilisations n'est pas inéluctable.
Car la Francophonie démontre que la logique des blocs, des fractures, des antagonismes n'est pas une fatalité. La Francophonie peut construire, pour chacun des principaux défis planétaires, des ponts qui enjambent, traversent, parfois même bousculent les regroupements hérités de l'histoire, les coalitions traditionnelles: Nord contre Sud, G77 contre pays de l'OCDE, pays en développement contre pays développés, pays chrétiens contre pays musulmans...
Un sommet à Québec
C'est dans cet esprit que, cet automne encore, nous viendrons au Sommet de la Francophonie organisé à Québec. À cet égard, la France partage la volonté des organisateurs canadiens et québécois de moderniser le déroulement du Sommet pour permettre des échanges plus approfondis entre les chefs d'État et de gouvernement francophones. Ce Sommet d'octobre offrira l'occasion à chacun d'évoquer les principales questions internationales, de se concerter sur les pays en crise, d'aborder la thématique brûlante de la hausse du prix des denrées alimentaires, mais aussi de traiter de grandes questions internationales telles que les changements climatiques ou la gouvernance économique.
Car à notre sens, la Francophonie peut et doit prendre la tête de quatre grandes batailles qui engagent l'avenir: la promotion et la protection de la diversité culturelle; la démocratie et les droits de l'homme; la prévention et la gestion des conflits; le développement durable. Aussi nous souhaitons que quel-ques messages clairs soient envoyés à la communauté internationale: nous espérons que nos échanges donneront lieu à des prises de position communes et des projets concrets à titre national, bilatéral ou multilatéral, au sein de notre monde francophone.
Portail francophone
La France souhaite également que des réponses soient apportées au problème du manque de troupes francophones pour les opérations de maintien de la paix dans les pays membres de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), comme en Haïti ou en République démocratique du Congo. Nous tenterons, enfin, de présenter au Sommet les nouveaux instruments de promotion du français conçus par les opérateurs spécialisés de la Francophonie.
À cet égard, nous travaillons actuellement à la constitution d'un portail francophone, une véritable passerelle entre les continents, ouverte sur le monde et la diversité de ses cultures, afin de créer un réflexe de francophonie sur la planète. Car la question qui nous obsède, nous, Français, c'est de chercher le meilleur moyen pour donner corps et réalité à cette «civilisation de l'universel», que le poète-président, Léopold Sédar Senghor, appelait de ses voeux.
Levier de la Francophonie
Pour mener de front ces différents chantiers, nous devons nous appuyer sur l'OIF, mais nous ne devons pas négliger pour autant nos propres ressources. L'action culturelle extérieure de la France est un puissant levier pour faire vivre la Francophonie
partout dans le monde. Elle s'appuie d'ailleurs sur ses principaux partenaires francophones, à l'exemple de cette belle vitrine des cultures francophones qu'est TV5. Je reste convaincu que l'audiovisuel francophone peut offrir aux jeunes talents une tribune d'expression et un lieu d'exposition de leur créativité.
Sur tous ces sujets qui façonnent nos sociétés de demain, nous pensons qu'une position commune est possible. Le débat entre francophones est, à tout le moins, une exigence. Dans cette perspective, désormais très proche, du grand rendez-vous de cet automne, la France exprime sa confiance aux hôtes, Canada et Québec, afin que ce Sommet soit bien de notre temps, libre et dynamique, et qu'il nourrisse cette Francophonie qui nous enthousiasme.
***
Alain Joyandet, Secrétaire d'État français chargé de la Coopération et de la Francophonie

Squared

Alain Joyandet1 article

  • 201

Secrétaire d'État français chargé de la Coopération et de la Francophonie





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé

-->