Une femme blessée

Pauline Marois démissionne parce qu'elle était brûlée, au Parti québécois, sur tous les plans.

Pauline Marois quitte le PQ



C'est donc une femme profondément blessée, qui a profité de l'arrivée du printemps pour annoncer son abandon de la vie politique. Il y a quelques mois, elle m'avait glissé qu'à défaut de devenir chef du Parti québécois, elle pourrait toujours s'occuper elle-même de son jardin de fleurs. J'avais malicieusement suggéré qu'elle devrait investir dans des plantes vivaces, suggérant que sa retraite serait longue!
Son départ ne m'a donc pas surpris du tout, d'autant plus que sa collègue députée et complice, Nicole Léger, l'a devancée de quelques jours. Il était alors très clair que la sortie de Mme Marois était imminente.
Pauline Marois n'a pas été défaite lors de la dernière course à la direction du PQ parce qu'elle était une femme, comme certaines l'ont soutenu, mais parce qu'elle était Pauline. Un mouvement «anybody but Pauline» a d'ailleurs été perçu, aussitôt que Bernard Landry a démissionné avec fracas, en juin dernier. Ses collègues députés et les militants lui avaient tourné le dos bien avant qu'elle ne tourne le dos à la politique, hier.
Mme Marois avait certes un impressionnant curriculum vitae sur papier, mais elle n'a jamais été vue comme une femme de convictions, ni sur la souveraineté, ni sur la social-démocratie, deux piliers de la doctrine péquiste. Elle a toujours louvoyé entre les purs et durs et les modérés, quant à la stratégie d'accession à la souveraineté. Elle se voulait le porte-flambeau de la gauche sociale, mais les militants voyaient en elle une grande bourgeoise, très riche, qui, avec son conjoint, Claude Blanchet (ex-président de la SGF), menait un style de vie et avait des goûts princiers. Dans les autres partis, être riche n'est pas un péché, mais au PQ, c'est très différent.
Trop jeune et inexpérimentée en 1985, lors de sa première participation à une course au leadership, elle était devenue trop vieille en 2005, à côté d'André Boisclair, et dévorée seulement par sa grande ambition d'être la première femme première ministre du Québec.
Le faible nombre de votes qu'elle a recueillis face à André Boisclair a été une gifle douloureuse. J'étais tout près d'elle et de sa famille, au moment de l'annonce des résultats, au Centre de foires, à Québec. La souffrance se lisait sur son visage fatigué. Non seulement venait-elle de passer à côté de son rêve, mais elle mesurait tout à coup l'importance du rejet personnel dont elle était la cible et qu'elle n'avait jamais voulu admettre au cours des mois précédents.
L'avenir politique était maintenant bouché pour Pauline Marois. Après avoir dirigé les plus importants ministères -- Finances, Santé, Éducation --, elle ne pourrait se satisfaire de moins et, de toute façon, le seul poste qui pouvait encore l'exciter était celui de première ministre. André Boisclair réservera les gros ministères à ses fidèles, si jamais il devient premier ministre. Et sinon, le siège du chef est réservé à Gilles Duceppe. Le tour de Pauline Marois est passé. Les militants retiendront également de Mme Marois qu'elle a miné le leadership de Bernard Landry, et les auteurs d'un putsch, ouvert ou voilé, inspirent toujours une grande méfiance.
Les proches de M. Boisclair attribuent en plus à l'équipe Marois la propagation, durant la dernière course, de rumeurs soutenues sur la vie privée tumultueuse du nouveau chef et les circonstances entourant sa consommation de cocaïne, alors qu'il était ministre. Les accolades ne trompent personne; Pauline Marois ne figurait plus dans les plans de la compagnie depuis l'arrivée du nouveau patron.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé