Une belle opération

Chronique de Robert Laplante


Robert Laplante
_ BULLETIN DU LUNDI 6 février 2006
--------------------------------------------------------------------------------
Non mais quelle opération ! Un succès sur toute la ligne. Le Canada va se refaire une vertu en suivant les conseils du bon juge Gomery. De quoi être fier du plus meilleur pays du monde ! Et foi de Conservateur, Stephen Harper ne traînera pas, il va la déposer sa loi sur l'imputabilité. Et ça va causer dans les médias, et il va en pleuvoir des colloques sur l'éthique et la gouvernance. Les chaires du Canada vont tourner à plein régime.
Vraiment, c'est de la belle besogne. On pouvait difficilement faire mieux pour travestir une opération de sabotage anti-démocratique en plaidoyer pour la vertu. Gomery lave plus blanc ! a titré Édouard Cloutier dans la deuxième tranche du très fouillé dossier qu'il publie dans le numéro de janvier de L'Action nationale. Il faut le lire et le faire circuler. C'est la seule lecture indépendantiste du rapport Gomery qui ait été produite. Il est stupéfiant et exaspérant de voir que ni les élus du Bloc ni ceux du PQ ne l'aient cité.
Cloutier n'y fait pas que le démontage des contradictions de ce rapport touffu, il y démontre rigoureusement jusqu'à quel point la formulation du mandat et la façon dont Gomery l'a interprété ne pouvaient conduire qu'à un véritable détournement de débat. Le fond du scandale des commandites, ce n'est pas une affaire d'éthique administrative. Cela n'a rien à voir avec le délire vertueux de l'imputabilité et les appels au changement de la culture gouvernementale. Le fond du scandale, c'est qu'au plus haut niveau de l'État canadian on a décidé et entrepris de déstabiliser les finances du Québec, de brouiller ses repères identitaires et de saquer la démocratie québécoise, d'en saboter l'exercice et d'en confisquer les finalités.
Ottawa a lancé contre le Québec et le mouvement souverainiste une offensive massive dictée par la raison d'État. Il fallait combattre non seulement l'indépendantisme mais le droit à l'autodétermination lui-même. On ne nie pas un peuple pour laisser répéter qu'il a le droit de disposer de lui-même ! C'est donc une machine de guerre psychologique et de propagande qui a été lancée, une machine huilée à coups de centaines de millions et dotée de toutes les ressources humaines expertes dans le sabotage, la manipulation de l'opinion et le contournement des lois. Les voyous qui se sont fait prendre ne représentent qu'une toute petite bande dans l'armée de l'ombre qui a été lancée sur le Québec.
Ils ont transgressé les règles de la saine administration ? So what ! Il les aurait respectées pour servir la même finalité et tout à coup cela serait devenu acceptable ? Eh bien oui ! C'est cela qu'il faut vraiment conclure de Gomery, qui a tout fait pour ne pas voir que toute cette histoire est d'abord une affaire d'agression, un acte hostile à la nation québécoise. Ça annonce pour la prochaine fois. Il n'y aura plus de bavures dans l'administration des programmes, Stephen Harper va en prendre les moyens, c'est sûr. Mais on peut être tout aussi certain qu'il ne négligera rien pour s'occuper de l'unité nationale. Ce ne sera donc pas les commandites, le prochain coup. D'autres solutions existent, de nouvelles seront trouvées et elles viendront s'ajouter à celles qui continuent de s'appliquer pour déstabiliser la société québécoise.
Le Canada de Gomery a ceci d'ironique qu'il se sert de ses propres bavures pour mieux rendre opaque la zone d'action qu'il se définit pour contrer notre mouvement d'émancipation nationale. C'est cela qui devrait occuper le Bloc, pas les bavardages pédants sur la responsabilité ministérielle ou les savantes dissertations sur les paradigmes de l'administration publique. On s'attendrait à ce que les députés bloquistes interviennent sur le fond des choses, qu'ils rappellent constamment les finalités derrière les opérations de commandite, qu'ils posent les questions sur le rôle de l'armée et des services secrets, qu'ils scrutent à la loupe les liens entre les organisations de promotion du Canada et les actions des services secrets. ( Par exemple, Lyette Doré, dont nous ont parlé Lester et Philpot, qui sévissait à Option Canada agissait-elle pour le compte du SCRS ? Agit-elle encore sous mandat à Québec où elle continue de sévir ?) Il y a combien d'agents sous couverture dans ces organisations ? Combien d'entre elles servent de façades pour des opérations clandestines ? On aimerait qu'en Chambre ils questionnent les ministres et le gouvernement sur les budgets de l'armée et du SCRS consacrés à l'unité canadienne ; on aimerait qu'ils talonnent le gouvernement pour qu'il s'engage à respecter les lois québécoises ; on aimerait qu'ils questionnent le gouvernement sur les infiltrations dans les organisations souverainistes légitimes ; on aimerait, on aimerait...
On aimerait que cesse cette suave convivialité. Le Canada s'est équipé pour casser le Québec et, rapport Gomery ou pas, il n'a pas renoncé à aucun des outils qu'il s'est donnés ( C-20, Patrimoine Canada, les fondations privées, etc). On aimerait que le Bloc dénonce cette mascarade de la recherche de pureté perdue et qu'il s'attaque au rapport d'hostilité fondamental qui charpente l'action du gouvernement d'Ottawa. On aimerait que cesse cette façon qu'a le Bloc de s'installer dans les schèmes de pensée de nos adversaires.
C'est là le plus grand succès du rapport Gomery : il impose des catégories de pensée qui font censure opaque sur notre existence nationale et qui orientent le débat sur des objets superficiels et bien secondaires du point de vue de nos intérêts nationaux. Le babillage médiatique et l'indigence du commentaire politique qu'on nous sert dans ce qui nous tient lieu de presse écrite et électronique ont parfaitement relayé cet effet de censure. Radio-Canada et Gesca et tout le bataclan, cela n'a pas servi à faire une lecture critique de ce rapport, bien au contraire. Nous avons même eu droit à la canonisation médiatique du juge lorsque le très canadian magazine L'Actualité l'a sacré personnalité de l'année. Vraiment, Gomery est un authentique héros canadian. Les médias en ont fait un notable et un preux défenseur de la vertu alors que son rapport, truffé de contradictions, maniant habilement le sophisme, la restriction mentale et le silence d'omission n'a pas fait l'objet d'un seul commentaire de fond le situant dans l'offensive fédérale contre les forces souverainistes et la démocratie québécoise. Une belle opération, vraiment.
Il faut lire le dossier préparé par Édouard Cloutier. Il ne sera pas invité à Radio-Canada. On ne mentionnera pas l'existence de son travail chez Gesca. Il faut espérer que les bloquistes et péquistes se fassent plus critiques et qu'ils commencent à faire une lecture indépendantiste de ce rapport et des suites qu'y donnera un gouvernement Harper trop heureux de s'en servir pour se donner une vertu qu'il pourra d'autant mieux tourner contre nous. Il est temps de rompre avec la pensée que le Canada voudrait qu'on entretienne de lui.

Featured cfda6886922167b278b238baf6037d5a

Robert Laplante131 articles

  • 115 588

Robert Laplante est un sociologue et un journaliste québécois. Il est le directeur de la revue nationaliste [L'Action nationale->http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Action_nationale]. Il dirige aussi l'Institut de recherche en économie contemporaine.

Patriote de l'année 2008 - [Allocution de Robert Laplante->http://www.action-nationale.qc.ca/index.php?option=com_content&task=view&id=752&Itemid=182]





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé