Un référendum sur l'«austérité»

9f7870ca9b53ddf5efe53ee7c22aa8af

Les convictions à géométrie variable d'André Pratte : d'un seul coup, la tenue d'un référendum devient une bonne idée ( ! ! ! )

Les centrales syndicales fourbissent leurs armes dans le but de forcer le gouvernement Couillard à abandonner son plan de redressement des finances publiques. Le ton des dirigeants syndicaux laisse penser que la mobilisation sera très importante au cours des prochains mois. Le spectre du printemps 2012 apparaît à l'horizon.
Le président de la FTQ, Daniel Boyer, a repris dimanche un des principaux arguments des adversaires du gouvernement: «Les Québécois n'ont pas voté pour les politiques que ce gouvernement met en place. Rien dans l'attitude et les mots de M. Couillard ne laissait présager le programme d'austérité et de démantèlement du modèle québécois dans lequel il s'est lancé.»
Nous avons déjà démontré que le retour à l'équilibre budgétaire, quoi qu'on pense des mesures spécifiques mises de l'avant, n'entraînera d'aucune manière le «démantèlement» du modèle québécois. Il s'agit seulement de limiter à 1,8% (cette année) et 0,7% (2015-2016) la croissance des dépenses du gouvernement, après une décennie où ces dépenses ont augmenté deux fois et demie plus vite que l'inflation.
Par ailleurs, rappelons que les trois principales formations politiques prévoyaient, dans leur programme électoral, le retour rapide à l'équilibre budgétaire (2015-2016 pour le PQ et le PLQ et 2014-2015 pour la CAQ). Ces trois partis ont recueilli 90% des votes.
Il est vrai que les libéraux n'ont pas fait de cet objectif, encore moins des décisions difficiles qu'il implique, l'élément central de leur campagne. Beaucoup de Québécois croyaient sans doute que le déficit zéro pourrait être atteint sans que ça les touche, eux. Certains se retrouveront dans la rue avec les militants syndicaux pour scander «On n'a pas voté pour ça!».
Le premier ministre, Philippe Couillard, pourrait tuer dans l'oeuf la mobilisation en donnant la parole à la majorité silencieuse, les Québécois pour qui les casseroles servent à faire la cuisine. Il s'agirait de tenir dès cet hiver un référendum sur le plan de redressement des finances publiques mis en oeuvre par le gouvernement.
En Irlande, il y a deux ans, le gouvernement a soumis à la population l'assainissement fiscal imposé par l'Union européenne. À l'issue d'un débat portant en grande partie sur le bien-fondé de l'austérité, les Irlandais ont voté à 60% pour le pacte fiscal européen. Si le gouvernement Couillard obtenait un appui aussi fort à sa politique, les manifestants ne pourraient plus prétendre représenter la majorité.
Afin de maximiser la crédibilité de la démarche, les libéraux devraient chercher à s'entendre avec le PQ et la CAQ sur la date du référendum et sur le libellé de la question. Si l'opposition refuse de coopérer, on saura qu'elle accorde plus d'importance à ses intérêts partisans qu'à l'assainissement des finances publiques.
La tenue d'un référendum sur la politique budgétaire du gouvernement libéral comporte bien sûr des risques politiques pour le parti au pouvoir. Les libéraux préfèreront laisser passer le temps, en espérant que les manifestations n'atteindront pas l'ampleur de celles de 2012. À nos yeux, ce pari est plus périlleux que ne le serait une consultation populaire.

Featured e9ce29e1df8a56a11b26e68ffd733781

André Pratte876 articles

  • 262 136

[une chronique intitulée « Tout est pourri » (critique de Anne-Marie Gingras) ->http://books.google.fr/books?id=EZWguAMXAtsC&pg=PA27-IA27&lpg=PA27-IA27&dq=pratte+Tout+est+pourri&source=bl&ots=MUti9NTQuH&sig=h2zgJlLgOg844j5ejxnUl4zH2_s&hl=fr&sa=X&ei=73RrT8aQEqnh0QHuh4GyBg&ved=0CEEQ6AEwBQ#v=onepage&q=pratte%20Tout%20est%20pourri&f=false]

[Semaine après semaine, ce petit monsieur nous convie à la petitesse->http://www.pierrefalardeau.com/index.php?option=com_content&task=view&id=30&Itemid=2]. Notre statut de minoritaires braillards, il le célèbre, en fait la promotion, le porte comme un étendard avec des trémolos orwelliens : « La dépendance, c’est l’indépendance ». « La soumission, c’est la liberté ». « La provincialisation, c’est la vraie souveraineté ». « La petitesse, c’est la grandeur ». Pour lui, un demi-strapontin à l’Unesco est une immense victoire pour notre peuple. C’est la seule politique étrangère qu’il arrive à imaginer pour le peuple québécois. Mais cet intellectuel colonisé type n’est pas seul. Power Corp. et Radio-Cadenas en engagent à la poche.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé