Saint-Lambert: la balle est dans la cour des policiers, dit François Legault

0fd612ed24098377956f41c2df102f15

Les flics doivent tout simplement faire leur boulot


MONTRÉAL – Le premier ministre François Legault a dit vendredi s’attendre à ce que les policiers fassent «rapidement» leur travail, maintenant qu’une injonction a été obtenue par le Canadien National (CN) pour démanteler le blocus des voies ferrées à Saint-Lambert. 


• À lire aussi: Les manifestants défient l’injonction  


• À lire aussi: Saint-Lambert: des citoyens affichent leur ras-le-bol  


«Je m’attends à ce que le démantèlement se fasse bientôt», a-t-il confié en marge d’un point de presse à Montréal. 


«L’important, c’est que ça se fasse rapidement. Il n’y a pas de délai comme tel», a-t-il précisé. 




Au lendemain de la remise en main propre aux manifestants de l'injonction leur ordonnant de quitter les lieux et de libérer le chemin de fer, une vingtaine de protestataires étaient toujours sur les lieux du blocus ferroviaire, à Saint-Lambert, tandis que les policiers étaient eux aussi présents, se tenant quelque peu à l'écart, le vendredi 21 février 2020.<br>MAXIME DELAND/AGENCE QMI

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Au lendemain de la remise en main propre aux manifestants de l'injonction leur ordonnant de quitter les lieux et de libérer le chemin de fer, une vingtaine de protestataires étaient toujours sur les lieux du blocus ferroviaire, à Saint-Lambert, tandis que les policiers étaient eux aussi présents, se tenant quelque peu à l'écart, le vendredi 21 février 2020. MAXIME DELAND/AGENCE QMI





Comme la veille, M. Legault a insisté à plusieurs reprises pour que les «lois soient respectées». «Évidemment, je souhaite que ça se fasse dans l’ordre», a-t-il toutefois nuancé vendredi. 


S’il assure qu’il «faut être prudent», M. Legault est d’avis que les citoyens appuient l’idée de démanteler la barricade de Saint-Lambert. 


«Ils peuvent manifester. Ils ont le droit de manifester leur désaccord, mais ça ne doit pas se faire aux dépens des travailleurs», a-t-il indiqué. 






MAXIME DELAND/AGENCE QMI





«Je m’attends à ce que les policiers fassent leur travail, a-t-il ajouté. Comme on dit, la balle est dans leur cour, et c’est à eux à faire le travail. C’est aussi à eux de décider comment et quand ils le font.» 


La barricade encore en place






MAXIME DELAND/AGENCE QMI





Des manifestants bloquent depuis mercredi les voies ferrées du CN à Saint-Lambert en soutien avec la communauté Wet'suwet'en de la Colombie-Britannique. Conséquence: le service sur la ligne 4 Mont-Saint-Hilaire d’exo a notamment dû être interrompu. 


Des manifestants toujours en place 


En matinée vendredi, plus d’une vingtaine de manifestants étaient encore sur place. Des policiers étaient présents, mais se tenaient en retrait. Il y avait notamment le poste de commandement mobile de Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL). 


Jeudi soir, un huissier accompagné de policiers du CN et du SPAL a remis aux manifestations une copie papier du jugement, les forçant de cesser leur occupation des rails. 






MAXIME DELAND/AGENCE QMI





Contrairement à d’autres barrages érigés un peu partout au pays, le campement de Saint-Lambert n’est pas situé en territoire autochtone. 


Rappelons que la nation autochtone Wet’suwet’en s’oppose au passage du gazoduc Coastal GasLink sur son territoire, dans le nord de la Colombie-Britannique. 






MAXIME DELAND/AGENCE QMI





Vendredi, François Legault a déploré des pertes d’une centaine de millions par jour en raison des blocages. «Ce n’est pas bon pour l’économie, a-t-il ajouté. Ce sont des dommages importants.» 








Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.